Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/02/2010

Ryanair veut réduire ses vols vers Londres...

EI-DHO%20-%20B737-800%20Ryanair%20-%20BGY%2026-02-08[1].jpg

AÉROPORT ANGOULÊME-COGNAC. La compagnie a annoncé qu'elle poursuivrait ses vols en 2010 seulement en juillet et août et non plus de mars à octobre. Le bras de fer continue

 

 

 

On saura aujourd'hui, après la réunion du Smac (syndicat mixte des aéroports de Charente), quelle posture prendront les élus face à la dernière annonce de la compagnie à bas prix Ryanair (notre édition d'hier). Si elle ne plie pas bagages, en revanche, elle entend réduire ses vols vers Londres aux seuls deux mois d'été, en juillet et août, alors que la convention qui court sur cinq ans (2008-2012) concerne la période de mars à octobre avec trois vols par semaine. Ce qui était le cas jusqu'à maintenant.

 

Cette volonté de la compagnie de se désengager partiellement du contrat qui la lie au Smac fait suite au bras de fer engagé avec les élus depuis plusieurs mois. Cet accord prévoit que Ryanair ouvre une ligne aérienne Angoulême-Londres tandis que le syndicat mixte lui achète de « l'espace communication », sorte de subvention. Le Smac devait ainsi débourser 925 000 ? sur trois ans : 400 000 ? en 2008, 300 000 ? en 2009, 225 000 ? en 2010.

 

Ryanair demande du rab

Or, dans une lettre datant du 3 décembre 2009, Ryanair, prétextant la crise, a demandé le versement pour 2010 de 400 000 ?, et non plus 225 000 ?. Dans la balance : le maintien de la ligne aérienne. Ce qui a eu le don de mettre en pétard le président du Conseil général Michel Boutant, qui a parlé « de pratiques de flibustiers. » Le Département finance à lui seul 70 % des sommes versées à Ryanair via le syndicat.

 

Les élus ne voulant pas courber l'échine et payer les 175 000 euros supplémentaires réclamés par la compagnie, celle-ci vient donc de décider de réduire considérablement la voilure de ses vols. « Sauf qu'il y a une convention et qu'ils doivent la respecter », s'insurge Patrick Berthault, le président du Smac.

Pour Daniel Braud, le président de la Chambre de commerce et d'industrie d'Angoulême qui gère l'aéroport Angoulême-Cognac, toute cette affaire est « inquiétante. » « Je suis d'accord sur le fond avec Michel Boutant, mais pas sur la forme. Je l'ai déjà dit. » L'intéressé aurait souhaité que le président du Conseil général prenne un peu plus de gants pour laisser une marge de négociations.

 

« Ce qui me préoccupe, c'est le devenir du personnel de l'aéroport. On a l'équivalent de 25 temps pleins pour les vols internationaux. Si on a moins de vols, nous aurons besoin de moins de personnel... » Sauf si le gestionnaire trouve d'autres compagnies aériennes. « On a une piste sérieuse, mais j'en parlerai aujourd'hui au comité syndical. Après, reste à savoir quel développement les élus voudront donner à l'aéroport », avance Daniel Braud.

 

On sait que les finances des collectivités ne sont pas au mieux en ce moment et que le fonctionnement de ces compagnies dites « low cost » ne fait pas l'unanimité. « Il y a aussi le problème de l'amortissement des investissements consentis pour faire venir Ryanair », pointe du doigt le président de la CCI, qui précise que le fonctionnement de l'aéroport ne sera de toute façon pas remis en cause.

 

Une ligne vers l'est

« Notre activité ne s'arrête pas à Ryanair. On a 27 000 mouvements par an avec des vols militaires, sanitaires ou encore postaux. Il y a également Héli-Union, qui est en plein développement, et on est en train de chercher une compagnie pour effectuer des vols transversaux vers l'est de la France. Ce qui répondrait aux attentes des entreprises charentaises », tente-t-il de rassurer tout en admettant que les vols commerciaux sont aussi importants pour le tourisme. Avec Ryanair ou un autre...

 

Source : Sud ouest

12:50 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (0)

10/02/2010

Ryanair ouvre une ligne low-cost Pau-Beauvais

ryanair[1].jpg

La compagnie irlandaise "à bas prix et bas coûts" Ryanair et la Chambre de commerce et d'industrie de Pau-Béarn, ont annoncé cet après-midi l'ouverture d'une ligne low-cost Pau-Beauvais (Paris) à compter du 3 mai 2010, pour un prix moyen annoncé de 32€ (aller simple).

 

Il y aura des vols les lundi, mercredi, vendredi et dimanche. Beauvais est un aéroport situé en périphérie de Paris et constitue une base importante et internationale de Ryanair, qui propose des correspondances sur plus de 30 destinations européennes comme Pise (Italie) ou Stockhom (Suède).

 

A Beauvais, les voyageurs peuvent prendre une navette qui les amène à la capitale pour 14€. C'est donc une ligne qui vient concurrencer Air France sur la destination parisienne au départ du Béarn.

 

Ryanair confirme par ailleurs le maintien des lignes aériennes low-costs actuelles sur Londres et Charleroi-Bruxelles. Pour ce maintien sur l'année 2010 et l'ouverture de Beauvais, la CCI et les collectivités locales (communauté d'agglomération de Pau et communauté de communes de Lacq) ont accepté de monter le niveau des aides publics au transporteur irlandais à 1,44 million d'euros.

 

Source : Sud Ouest

 

17:49 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (0)

09/02/2010

Ryanair, le social low cost...

ryanair[1].jpg
Le succès de la compagnie aérienne irlandaise repose sur le dumping fiscal et… les fonds publics. La CGT dévoile l’envers du décor d’une entreprise 
qui applique dans l’esprit la directive Bolkestein.

Vous vous triturez les méninges pour comprendre comment la compagnie Ryanair peut pratiquer des tarifs aussi bas  ? Stop. Le syndicat CGT d’Air France lance une campagne nationale pour dévoiler les petits secrets de la compagnie low cost irlandaise. Vendredi, à Marseille, il a présenté son analyse que l’on peut résumer ainsi  : le modèle économique de Ryanair repose sur le non-respect des règlements nationaux et communautaires, sur le dumping social et fiscal et, au bout du bout, sur le financement par le contribuable. Le lancement de cette campagne par José Rocamora, secrétaire national de la CGT Air France, à Marseille, ne doit rien au hasard puisque le syndicat a rendu public un mémorandum sur l’exemple concret de l’aéroport de la deuxième ville de France.

 

règlements contournés…

Qu’y découvre-t-on  ? Tout d’abord que la compagnie dirigée par le très médiatisé Michale O’Leary ne paie aucune taxe parafiscale (taxe professionnelle, taxes d’apprentissage et de formation professionnelle). Air France verse à ce titre 1,3 million d’euros à l’échelle de la région PACA. Encore plus surprenant  : Ryanair ne paie aucune cotisation sociale. Et ce malgré un chiffre d’affaires en France qui approche les 300 millions d’euros.

 

« De fait, le fonctionnement de Ryanair est l’application dans l’esprit et les actes de la directive Bolkestein, accuse le syndicat. (…) Des salariés navigants irlandais, écossais, français ou d’autres pays d’Europe, dont certains vivent en France, effectuent leur travail en totalité ou en partie au départ de la métropole (de Marseille en particulier). Leur entreprise contourne les lois et les règlements français et européens. À ce jour, contre toute attente, la DGAC, l’Urssaf et l’inspection du travail font la sourde oreille alors qu’un simple contrôle à l’aéroport permettrait de mettre en évidence ce travail dissimulé. » Le manque à gagner est, par définition, difficilement chiffrable mais ce sont des centaines de milliers d’euros, voire des millions qui sont en jeu.

 

La grande valse des billets n’est pas encore terminée, puisque la chambre de commerce, gestionnaire de l’aéroport, « a mis en place des mesures incitatives » : abattements à droite, aide à gauche. Plus fort, elle a conclu un marché d’achat d’espaces publi-citaires avec AMS, filiale à 100 % de Ryanair. Montant sur cinq ans  : 6,8 millions d’euros. « Ce marché est une aide d’État non notifiée au regard des règles de la communauté européenne », souligne le syndicat. Les collectivités locales, soucieuses de l’attractivité de leur territoire, voient toujours d’un bon œil l’ouverture et ont tendance à dérouler le tapis rouge à Ryanair jusqu’à ce que celle-ci fasse monter, comme à Toulon, entre autres, les enchères… Les chambres régionales des comptes se sont, à de multiples reprises, étonnées de ces relations dangereuses. Quant au président du conseil général de Charente, Marc Boutat, il a publiquement dénoncé le « chantage » du « tigre » celtique.

 

… ou entente tacite

 

À l’échelle du continent européen, la CGT estime que Ryanair touche 650 millions d’euros d’aides pour un résultat net de 400 millions. CQFD. « Si le droit européen s’appliquait, toutes ces aides devraient être remboursées », insiste José Rocamora. La Commission européenne a été saisie à plusieurs reprises. Sans suite. Le syndicaliste tente une explication  : « Nous supposons qu’il y a probablement entente tacite entre la Commission de Bruxelles et le patron de Ryanair. Nous avons été étonnés de l’engagement de ce dernier dans la campagne référendaire, l’an dernier. »

 

Entre autres revendications, la CGT demande l’application de la législation française à tous les personnels des compagnies low cost basées en France et l’arrêt total des interventions financières des collectivités envers les compagnies qui persistent à mépriser la législation sociale et fiscale française.

 

Christophe Deroubaix

 

Source : L'Humanité

20:19 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (0)

04/02/2010

Ryanair : trafic en hausse de 9% au mois de janvier...

newsmlmmd.bba0527124a8b1017095f35b568e6812.af10_ryanair-and-aircraft-maintenance-firm-sr-technics-b[1].jpg

Ryanair annonce un trafic en hausse de 9% au titre du mois de janvier.


Son coefficient d'occupation a parallèlement augmenté d'un point, de 69% à 70%.



Ryanair précise avoir transporté 4,44 millions de passagers le mois dernier.



Coté à la Bourse de Londres, le titre Ryanair recule actuellement de 0,4% à 3,5 euros.

 

Source : CercleFinance.com

11:54 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (0)

01/02/2010

Ryanair réduit sa perte au 3e trimestre, objectif annuel relevé...

dyn002_original_594_406_pjpeg__4b42d11a86c98f7770360f923a49a1df[1].jpg

Ryanair a relevé son objectif de bénéfice annuel après avoir annoncé une perte nette plus réduite que prévu au troisième trimestre.

 

La perte nette est de 10,9 millions d'euros sur trois mois à fin décembre contre une perte de 118,8 millions un an auparavant.

 

Le courtier maison Davy anticipait une perte nette de 35,1 millions d'euros.

 

"Nous avons relevé notre objectif de bénéfice net annuel à 275 millions d'euros, alors que prévoyions auparavant un résultat dans le bas d'une marge de 200 à 300 millions", dit le directeur général Michael O'Leary dans un communiqué.

 

Le chiffre d'affaires trimestriel a augmenté de 1% à 612 millions d'euros.

 

Andras Gergely, version française Wilfrid Exbrayat

 

Source : Le point.fr

11:33 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (0)

26/01/2010

Ryanair devant la justice pour non respect du droit du travail

e91415dc-0a98-11df-b41c-54febd42f6ab[1].jpg

Deux syndicats du secteur, dénonçant les pratiques sociales de la compagnie irlandaise low cost, ont porté plainte mardi.

Après easyJet, au tour de Ryanair d'être jugée prochainement pour non respect du droit du travail. L'Union des navigants de l'aviation civile (Unac) et le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) ont porté plainte mardi auprès du parquet d'Aix-en-Provence contre la compagnie aérienne irlandaise. Lui sont notamment reprochés d' «entraver la représentation des salariés» et de «refuser de mettre en œuvre les dispositions du code du travail» au bénéfice de ses employés marseillais.

 

«Au bout d'un an, les compagnies de cette taille ont l'obligation de réunir les formations syndicales existantes pour procéder à la tenue d'élections. Non seulement Ryanair a fait l'impasse sur cette procédure, mais nos appels en ce sens sont restés sans réponse» explique Eric Chauvel, vice-président de l'Unac. Le SNPL, qui a déposé plainte pour «travail illicite et travail dissimulé» souligne également les manquements de la compagnie low-cost à ses responsabilités sociales.

 

 

Dumping social

 

Car Ryanair persiste à appliquer sur le sol français le droit irlandais, bien moins protecteur. Elle ne s'acquitte en conséquence ni des charges sociales françaises, ni des cotisations au régime de retraite obligatoire du secteur, le CRPN. Une pratique s'apparentant à du dumping social, invalidée par le décret du 21 novembre 2006 qui soumet les personnels navigants des compagnies étrangères installées en France au droit français. Mais la compagnie irlandaise n'en a cure, et déclare se conformer à la législation européenne «qui prime la loi française». Elle a également saisi la Cour européenne des droits de l'Homme afin de faire invalider cette disposition.

 

EasyJet, qui met en oeuvre des pratiques sociales similaires, a également été jugée la semaine dernière pour travail dissimulé par le tribunal correctionnel de Créteil. Le parquet a requis la peine maximale : 225.000 euros d'amende.

 

Source : Le Figaro

20:32 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (0)

25/01/2010

Ryanair réduit ses capacités au départ de Dublin...

large_405976[1].jpg

La compagnie aérienne low-cost irlandaise Ryanair va réduire son trafic de 20% au départ de Dublin.

 

Trois appareils vont déménager dans un autre aéroport: Ryanair opèrera alors 15 Boieng 737 à Dublin à partir de cet été contre 18 Boeing 737 actuellement.

 

Le trafic de la compagnie low-cost devrait diminuer de 8,7 à 6,5 millions de passagers par an ce qui entrainera une chute similaire à l'aéroport qui devrait accueillir 18 millions de passagers contre 20 millions actuellement.

 

Source : Business Travel

19:37 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (1)

21/01/2010

Ryanair va proposer un Marseille - Billund (Danemark) en mai 2010...

3144841338_e74844f665[1].jpg

FRANCE / DANEMARK. La compagnie Ryanair proposera à compter du 5 mai 2010 un vol entre Marseille et Billund au centre du Danemark.

Cette liaison fonctionnera deux fois par semaine (mercredi et dimanche).



La vente des billets commence le 21 janvier 2010.



mp², le terminal dédié aux vols low-cost de l'aéroport Marseille Provence d'où partira ce vol, propose aujourd'hui vingt-sept destinations directes low-cost vers onze pays : Allemagne, Danemark, Espagne, France, Grande-Bretagne, Irlande, Italie, Maroc, Norvège, Portugal, Suède.



Horaires du vol Marseille / Billund :


Mercredi : départ Marseille à 10h20, arrivée à Billund à 13h00.
Dimanche : départ Marseille à 15h45, arrivée Billund à 18h25.


Mercredi : départ Billund à 13h25, arrivée Marseille à 16h05.
Dimanche départ Billund à 18h50, arrivée Marseille à 21h30.

 

Source : eco nostrum.info

21:12 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (0)

19/01/2010

Ryanair lancera en mai une liaison entre Lille et Gerona...

Ryanair_planes_at_Girona_Airport[1].jpg

La compagnie aérienne Ryanair a annoncé ce mardi matin le lancement d'une liaison régulière entre Lille et Gerone, près de Barcelone, à partir du 5 mai.

 

 

La compagnie irlandaise opérera trois vols par semaine, les lundi, mercredi et samedi. Les réservations se font uniquement par le biais du site www.ryanair.com de la compagnie.

 

Ryanair propose actuellement des vols de Lille vers Porto et Marseille.

 

Interrogée sur la relance des liaisons vers Pise (Italie) et Alicante (Espagne), Janita Govinden, représentant la compagnie low-cost, a indiqué que ces liaisons, abandonnées en 2009 après quelques mois, n'étaient pas envisagées pour l'été 2010. « Ryanair teste ses marchés avant de les pérenniser. On verra les années prochaines », relève Jean-Christophe Minot, président délégué de l'aéroport de Lille, qui s'est dit « très heureux » de la mise en place de cette nouvelle route.

 

La défunte compagnie Centralwings, qui dépendait de la LOT polonaise, avait ouvert en 2008 une liaison entre le Nord et la Catalogne, pendant quelques semaines seulement.

 

Source : Nord Eclair

17:09 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (0)

08/01/2010

Le trafic de Ryanair en passe de rattraper celui d'Air France-KLM...

020303470642_web[1].jpg

L'année 2010 sera selon toute probabilité l'année de la consécration pour Ryanair. Sauf retournement de tendance ou événement imprévu, la compagnie à bas coûts irlandaise devrait en effet passer devant Air France-KLM en nombre de passagers transportés. Avec un total de 65 millions de clients l'an dernier, Ryanair n'est désormais plus qu'à 6 millions de passagers du score probable d'Air France-KLM pour 2009 (environ 71 millions de passagers toutes destinations confondues), soit l'équivalent du trafic d'un mois d'été pour la « low cost » irlandaise.

 

Les deux entreprises n'ont en effet pas vécu la crise de la même façon. Tandis qu'Air France-KLM a vu son trafic reculer de 4 % en moyenne l'an dernier, la compagnie irlandaise est parvenue à maintenir une croissance de 13 %. En moyenne, Air France-KLM a ainsi perdu quelque 350.000 passagers par mois, alors que, dans le même temps, Ryanair en gagnait 610.000. Et les perspectives pour 2010 ne sont guère plus réjouissantes pour Air France-KLM, qui ne prévoit pas de reprise avant 2011.

 

Lufthansa premier transporteur européen

Résultat, la courbe ascendante du trafic de Ryanair devrait croiser celle descendante du groupe franco-néerlandais, probablement dès l'été prochain. C'est d'ailleurs déjà chose faite si l'on ne prend en compte que le seul trafic moyen-courrier d'Air France-KLM -de l'ordre de 50 millions de passagers -ou le trafic de la seule compagnie Air France. Par ailleurs, Ryanair a également transporté deux fois plus de personnes que British Airways, également distancé par Easyjet, avec 32,34 millions de passagers transportés en 2009, contre 46 millions pour la deuxième compagnie à bas coûts européenne.

 

Cependant, la couronne de premier transporteur aérien européen devrait encore échapper à Ryanair en 2010, pour revenir au groupe Lufthansa. Si celui-ci figurait jusqu'à présent derrière Air France-KLM, ses rachats successifs de Swiss, Austrian Airlines, BMI et SN Brussels lui permettront de prendre la tête du peloton européen, l'an prochain et pour quelque temps.

 

A fin novembre, le groupe allemand totalisait déjà plus de 70 millions de passagers, non inclus le trafic de BMI et avec seulement trois mois d'activité d'Austrian. Mais là encore, ce ne sera probablement que partie remise pour Ryanair, qui prévoit d'atteindre les 90 millions de passagers en 2012, en prenant livraison de 112 Boeing 737 au cours des trois prochaines années. Les grandes compagnies traditionnelles pourront toujours se consoler en comparant leurs chiffres d'affaires avec celui de Ryanair : près de 24 milliards d'euros pour Air France-KLM contre 2,9 milliards pour la compagnie irlandaise. A raison de 60 euros en moyenne par billet d'avion, il faudra en effet de nombreuses années à Ryanair pour générer autant de chiffre d'affaires que ses grands compétiteurs, nettement plus efficaces en matière de production de valeur.

 

Source : Les Echos.fr

BRUNO TRÉVIDIC, Les Echos

07/01/2010

Italie: Ryanair poursuit les vols intérieurs ...

ryanair[1].jpg

Ryanair est revenue jeudi sur sa décision de suspendre ses vols intérieurs en Italie après être parvenue à un accord avec les autorités sur l'identification des passagers, ont indiqué la compagnie aérienne irlandaise à bas coûts et les autorités.



La compagnie a annoncé dans un communiqué qu'elle "rétablissait tous ses vols domestiques en Italie --sans interruption-- à partir du 23 janvier, Ryanair et l'Enac (l'autorité italienne de l'aviation civile) étant parvenus aujourd'hui à un accord".
Selon l'Enac, Ryanair "acceptera désormais la carte d'identité, le passeport" des passagers au moment de l'embarquement ainsi que les "cartes ministérielles" d'identification accordées par les ministères à leurs employés et qui font office de document d'identité en Italie.



Ryanair a en outre demandé "du temps pour évaluer la possibilité d'accepter dans le futur d'autres documents, dont le permis de conduire", ajoute l'Enac dans son communiqué.

 

Source : Le Figaro

20:49 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (0)

Ryanair: plus de 65 millions de passagers en 2009, hausse de 13%...

dyn007_original_596_354_jpeg_2567601_a27605ea843279702d6e245d90d1e69c[1].jpg

DUBLIN — La compagnie aérienne irlandaise à bas coûts Ryanair a annoncé jeudi dans un communiqué avoir transporté 4,9 millions de passagers en décembre, soit 12% de plus qu'en décembre 2008, et un total de 65,3 millions de personnes en 2009, une hausse de 13%.

 

Par ailleurs, le patron Michael O'Leary a confirmé que la fin des projets de commande de 200 Boeing, annoncée le mois dernier, aboutirait à une forte baisse des dépenses en capital, suivie d'une redistribution d'argent aux actionnaires. Il a aussi répété n'avoir pas de projet de troisième offre pour Aer Lingus.

 

Le taux de remplissage est ressorti à 81% en décembre sur le mois, en hausse de deux points par rapport à décembre 2008, et à 82% sur douze mois.

 

Ryanair, qui n'hésite pas à se qualifier de "compagnie favorite au monde", confirme en tout cas le succès du modèle à bas coût sur les distances courtes européennes. La compagnie classique British Airways a ainsi vu son trafic européen (la zone d'activité équivalente à celle de Ryanair) baisser de 4,7% en décembre, et de 3,6% depuis le début de l'année financière en avril.

 

Malgré les surcoûts divers, la politique de prix agressive de l'irlandaise lui amène un succès supérieur à celle de l'autre grande low cost, la britannique easyjet, dont le trafic a augmenté de 9,3% en décembre et de 3,4% sur l'année, avec 46,077 millions de passagers.

 

S'exprimant jeudi à l'occasion d'une journée d'investisseurs, le directeur général Michael O'Leary a estimé que la compagnie "était en forte croissance et restait bien partie pour transporter plus de 66 millions de passagers sur l'actuelle année financière".

 

Il a indiqué par ailleurs que la compagnie avait couvert ses besoins en carburant pour l'année financière à venir à raison de 720 dollars par tonne environ.

 

"Après la fin des discussions avec Boeing en vue d'acquérir 200 appareils, les prévisions de dépenses en capital vont maintenant passer de 1,2 milliard d'euros au cours de l'année financière actuelle à 100 millions d'euros dans l'année qui s'achèvera en mars 2013", a-t-il précisé.

 

Il a confirmé qu'ainsi, "les réserves en trésorerie, actuellement de 2,5 milliards d'euros, vont augmenter de manière importante d'ici à mars 2013". "Nous prévoyons de distribuer le surplus aux actionnaires à partir de cette date", a-t-il rappelé.

 

M. O'Leary a par ailleurs réitéré "qu'une troisième offre pour Aer Lingus (qui en a déjà refusé deux, ndlr) était hautement improbable, à moins, ou jusqu'à ce que le gouvernement irlandais décide de vendre ses 25% dans cette compagnie aérienne régionale déficitaire et incroyablement marginalisée".

 

Ryanair possède pour sa part 29,8% d'Aer Lingus, des titres acquis principalement lors de sa première offre en octobre 2006.

 

Source : AFP

20:46 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (0)

04/01/2010

Grande-Bretagne: l'autorité de la concurrence épingle les pratiques "puériles" de la compagnie Ryanair...

200710boeing-ryanair-150th-delivery[1].jpg


LONDRES — Le patron de l'Office of Fair Trading (OFT), le gendarme de la concurrence au Royaume-Uni, a épinglé comme "puériles" certaines pratiques tarifaires de la compagnie aérienne à bas coût Ryanair, dans une interview au quotidien l'Independent.


John Fingleton, qui ne s'exprime pas souvent de cette manière, s'en prend particulièrement à la pratique des cartes de crédit payantes, des frais qui n'apparaissent qu'en fin de transaction.


Ryanair, qui se targue que tous les frais annexes sur ses lignes soient optionnels, offrait le paiement gratuit par Visa Electron jusqu'au 31 décembre, une carte peu répandue. La compagnie a changé de partenaire gratuit, optant pour la Mastercard Prepaid, pas très courante non plus. Les détenteurs de Visa Electron doivent désormais payer cinq livres ou cinq euros par achat, comme avec les autres cartes.


M. Fingleton dénonce ce "petit jeu" de Ryanair qui revient selon lui à "se moquer" de la clientèle.


M. Fingleton estime aussi que la manière dont Ryanair, comme d'autres compagnies aériennes, impute directement des frais d'assurance sur le prix de ses billets, à charge pour le client de les ôter lui-même s'il ne souhaite pas cette assurance, est "dans la zone grise" de la légalité.


Mais il considère "qu'il serait stupide de se mettre à pourchasser des choses comme ça à chaque fois parce qu'ils trouveraient autre chose".


M. Fingleton s'est mal fait recevoir par la compagnie, dont le porte-parole, Stephen McNamara, a estimé que les propos étaient "à prendre avec des pincettes", venant d'un homme dont l'organisation a failli dans la poursuite d'autres scandales, selon lui.


Malgré les agaçants surcoûts, la compagnie reste assez bon marché, ce qui lui a permis de bien survivre à la crise, alors que les compagnies classiques comme British Airways voyaient leur trafic européen baisser pendant ce temps.


Source : AFP

22:09 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (0)

28/12/2009

La Charente et la Vienne s'insurgent contre les subventions demandées par Ryanair...

ryanair[1].jpg

Michel Boutant, président du Conseil général de Charente, ne veut plus être "la poule aux œufs d'or" de Ryanair. Alain Claeys, maire de Poitiers, est sur la même longueur d'onde.


Sale temps pour Ryanair qui doit faire face à une fronde de certains conseils régionaux agacés de mettre la main à la poche pour subventionner Ryanair. Michel Boutant, président du conseil général de Charente, a ainsi refiusé de financer une rallonge demandé par la compagnie : "Ryanair doit cesser de nous prendre pour la poule aux oeufs d'or. Ryanair joue la carte de la concurrence entre Poitiers, La Rochelle, Bergerac, Limoges et Angoulême. La compagnie demande toujours plus !" Du coup, selon la Charente Libre, la ligne Angoulème-Londres semble menacée. Alain Claeys, maire de Poitiers et président de la communauté d'agglomération poitevine (CAP), a aussi refusé les demandes de Ryanair. Les deux élus espèrent un front commun de toutes les collectivités territoriales. Ce n'est pas gagné. Cité par la Nouvelle République, André Sénécheau, président de l'aéroport de Poitiers, est sceptique : "Pendant que nous discutons pour savoir s'il faut ou non répondre aux injonctions de Ryanair, d'autres s'apprêtent à signer. La Rochelle ouvre une ligne avec Oslo aux conditions fixées par la compagnie irlandaise. Je voudrais bien, comme Alain Claeys, croire aux vertus d'une coopération entre les villes, départements et chambres de commerce de la région, mais après les déclarations d'intention, tout le monde continuera de tirer la couverture à soi.".

 

Source : Quotidien du tourisme

13:59 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (1)

24/12/2009

Ryanair suspend ses vols en Italie temporairement...

10-08-2009-ryanair[1].jpg

La compagnie aérienne irlandaise à bas coûts Ryanair a annoncé l'arrêt temporaire à partir de fin janvier de ses vols domestiques en Italie en raison d'un litige qui l'oppose aux autorités italiennes sur l'identification des passagers. Cette suspension concernera, à partir du 23 janvier, tous les vols domestiques reliant les 10 aéroports italiens, où opère Ryanair, indique-t-elle dans un communiqué.



La compagnie souhaite protester ainsi contre une ordonnance émise à son encontre le 17 novembre par l'autorité de l'aviation italienne (Enac), l'obligeant à accepter des passagers munis d'un des documents d'identité valables en Italie, y compris "le permis de conduire, un badge de travail ou une carte de pêche".



La compagnie irlandaise, qui n'enregistre à l'embarquement que les passagers munis de passeport ou de carte d'identité, a présenté un recours auprès du Tribunal administratif régional (Tar). Mais son recours a été repoussé le 17 décembre.



"Nous sommes vraiment désolés pour les inconvénients que cette décision entraînera pour nos passagers italiens voyagant sur les vols domestiques. Mais il est incorrect de la part de l'Enac d'introduire des mesures qui réduisent la sécurité sur les vols domestiques italiens par rapport aux mesures de sécurité que nous adoptons sur tous nos autres vols", a déclaré le patron de la compagnie Michael O'Leary.



"A partir du moment où ces règles d'identification sont approuvées par tous les passagers, l'Enac n'a aucune justification pour interférer dans les procédures de sécurité de Ryanair", a-t-il ajouté.



"Ryanair est la seule compagnie européenne et internationale qui prétend voler en Italie sans respecter les lois italiennes", a riposté l'autorité de l'aviation italienne Enac, qui précise être intervenue sur cette question suite aux protestations de plusieurs passagers italiens de Ryanair, refoulés à l'embarquement faute de voir accepter leur document d'identification.

Source : AFP

17:39 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (1)

18/12/2009

Ryanair met fin à ses discussions avec Boeing...

La compagnie irlandaise à bas coûts a mis fin aux négociations concernant l'achat de 200 avions Boeing, et a annoncé la distribution d'une partie de l'argent aux actionnaires.

Le groupe Ryanair a confirmé vendredi avoir mis fin aux négociations qui étaient en cours avec le constructeur aéronautique Boeing pour l'acquisition de 200 Boeing 737-800 pour livraison entre 2013 et 2016. Faute d'avoir réussi à « conclure de manière satisfaisante » les discussions avec le groupe américain « se sont terminées sans succès ».

Vendredi, le directeur général de la compagnie, Michael O'Leary a accusé Boeing « de n'avoir pas voulu incorporer (dans le contrat, ndlr) certains termes et conditions existant actuellement » entre les deux entreprises. Un investissement dans de telles conditions « ne constituerait pas une utilisation avisée ou sensée de l'argent des actionnaires », a-t-il indiqué.

 

Une première distribution de dividendes

 

Le surplus monétaire issu de la fin de ses négociations devrait être pour partie reversé aux actionnaires du groupe. La décision prise par Ryanair va engendrer « une grosse réduction des dépenses en capital en 2011 et 2012, générant ainsi des surplus importants à distribuer entre 2012 et 2015 », a annoncé Michael O'Leary. Jusqu'à maintenant, Ryanair n'a encore jamais distribué de dividende.

La compagnie a tenu à préciser que la rupture des négociations n'affectera pas la livraison de 112 B737-800 prévue durant les trois prochaines années, « ce qui soutiendra la robuste croissance du trafic à moyen terme ». « Et peut-être qu'à l'avenir il y aura d'autres occasions pour Ryanair et Boeing de travailler ensemble dans notre intérêt commun à partir de 2013 », a conclu le directeur générale.

Source : Le Figaro

14:28 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (1)

17/12/2009

Ryanair : la Charente veut lancer le front du refus...

 

Transport. Le conseil général refuse de régler la rallonge que la compagnie réclame sur la ligne Angoulême - Londres.

« Je veux monter un front du refus contre les méthodes de Ryanair. Ce sont des gens qui se comportent comme des flibustiers » tempête le président du conseil général de Charente, Michel Boutant. Il est vent debout contre la compagnie aérienne à bas coût depuis qu'il a découvert les nouvelles exigences de celles-ci pour conserver la ligne Angoulême-Londres. « Ils nous demandent sous forme d'ultimatum une rallonge de 175 000 € en plus des 225 000 € prévus initialement dans notre contrat pour l'année 2010, au titre de notre participation à la communication. Il n'est pas question de céder » affirme-t-il. Il envisage donc de contacter dans les tout prochains jours les autres présidents de conseils généraux concernés par les contrats avec Ryanair. « Actuellement nous sommes en concurrence. Nous avons tous peur de voir nos lignes partir chez le voisin. Il faut au contraire que l'on arrive à avoir une position commune » explique l'élu socialiste. Il souligne que Ryanair annonce un bénéfice de plus de 380 millions d'euros pour les six premiers mois de son exercice 2009, soit une hausse de 80 % ! « La seule chose qu'on les aide à faire est de tuer leurs concurrents avec l'argent du contribuable » analyse-t-il. Mais son appel risque d'être un peu tardif pour cette année. Ainsi le conseil général de la Vienne s'apprête à voter sa décision dès demain. « Le fait d'être pris en otages interpelle tous les élus. L'accroissement de la demande nous pose vraiment problème. Mais même si je ne peux pas préjuger du résultat du vote de demain, l'appel de Michel Boutant arrive trop tard » estime ainsi le président UMP de la Vienne Claude Bertaut. Pour sa ligne au départ de Poitiers, Ryanair demande une rallonge de 1 million d'euros ! Du côté de Ryanair, le directeur de la communication Steven Mac Namara se contente de dire que la « compagnie ne commente pas les contrats, les rumeurs ou les négociations en cours. » Le débat n'est pas vraiment nouveau puisqu'il se pose pour de nombreux aéroports régionaux dans le Grand Sud, notamment à Carcassonne ou Rodez. Les chambres régionales des comptes ont récemment tiré la sonnette d'alarme, même si les retombées de ces lignes à bas coût se chiffrent aussi par dizaines de millions d'euros pour les économies locales.

 

Source : La Depeche.fr

 

18:11 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (0)

15/12/2009

Front commun contre Ryanair...

Hier, le syndicat mixte des aéroports de Charente a refusé le « chantage » de Ryanair.

Michel Boutant était remonté comme une pendule, hier, à la sortie du comité syndical des aéroports de Charente. « Ryanair emploie des méthodes de voyous, de flibustiers », tonnait-il, courrier de la compagnie aérienne à l'appui. Une position largement partagée au sein du comité syndical qui a dressé un front commun contre la demande financière de Ryanair.

 

Qu'en est-il exactement ? La collaboration entre le syndicat mixte des aéroports de Charente (Smac) et la compagnie Ryanair est traduite dans une convention qui court sur cinq ans (2008-2012). En gros, Ryanair ouvre une ligne aérienne Angoulême-Londres, tandis que le Smac achète de « l'espace de communication », expression polie pour désigner une subvention, sur le site Internet de la compagnie. Le Smac débourse ainsi 925 000 ? sur trois ans : 400 000 ? en 2008, 300 000 ? en 2009, 225 000 ? en 2010, zéro en 2011 et 2012, terme de la convention...

 

Or, dans une lettre datée du 3 décembre, Ryanair, prétextant la crise, change brutalement les règles du jeu et demande au Smac de régler, pour 2010, une somme équivalente au premier versement, soit 400 000 ?. « On leur doit 225 000 ?, un point c'est tout. On ne va pas leur payer 175 000 en plus?, comme ça », fulmine Michel Boutant.

 

La compagnie n'hésite pas à mettre dans la balance, poliment mais fermement, la ligne Angoulême-Londres. Une ligne susceptible d'être fermée assez facilement : pour dénoncer la convention qui la lie au Smac, Ryanair n'aurait qu'à débourser 50 000 ? de pénalités. Une broutille pour la compagnie qui, par ailleurs, exige une réponse des collectivités « avant le 10 décembre »

 

Crédibilité

Pour Michel Boutant, c'en est trop... Le président du Conseil général n'en finit pas de lire la courbe croissante des profits de Ryanair : 387 millions d'euros sur les six premiers mois de 2009 ! Plutôt enclin à calmer le jeu avant la réunion d'hier, Daniel Braud, président de la CCI, et Patrick Berthault, président du Smac, ont finalement adopté, hier, la même ligne de conduite que Michel Boutant. « On ne peut pas céder à une compagnie qui se sert de cet argent pour exercer une concurrence déloyale. Avec l'argent public, Ryanair baisse le prix de ses billets et étouffe ses rivaux. Couler la concurrence, il n'y a que ça qui les intéresse », réagit Patrick Berthault.

 

Michel Boutant compte maintenant consulter les présidents de conseils généraux « dans tous les départements où Ryanair a ouvert des lignes » pour organiser un « front commun » et faire plier la compagnie. Daniel Braud devrait entreprendre une démarche identique auprès des dirigeants des Chambres de commerce et d'industrie.

 

En attendant, le danger de fermeture de la ligne Angoulême-Londres est bien réel... « Pas si sûr », nous glisse-t-on. « Quand vous dénoncez une convention, comme aurait l'intention de faire Ryanair, vous perdez toute crédibilité dans les négociations suivantes ». Ryanair y réfléchirait donc à deux fois avant de mettre sa menace à exécution.

 

Source : Sud-Ouest

10:48 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (0)

09/12/2009

Ryanair devrait renoncer à commander 200 avions à Boeing...

ryanair[1].jpg

La compagnie aérienne irlandaise Ryanair va sans doute renoncer in extremis à commander 200 avions à Boeing car le constructeur américain veut modifier ses modalités de livraison, a déclaré son directeur général Michael O'Leary.

 

Il avait averti le mois dernier que les discussions sur ce projet de commande de 200 appareils livrables entre 2013 et 2016 n'avaient que peu progressé et que la situation risquait de pénaliser la croissance de Ryanair.

 

"Nous avons effectivement quasiment trouvé un accord avec Boeing sur le prix d'une commande de 200 avions (...) mais l'opération a peu de chances de se faire car maintenant ils veulent rediscuter pour modifier les conditions de livraison", a-t-il dit dans un entretien à Reuters.

 

"La semaine dernière, nous avions plus ou moins trouvé un accord avec eux sur le prix et puis, pendant le week-end, ils ont voulu changer les modalités de livraison", a-t-il ajouté.

 

"Nous prendrons une décision définitive en conseil d'administration jeudi prochain. A moins qu'ils ne modifient leur position d'ici la semaine prochaine, l'accord est caduc."

 

Michael O'Leary, qui s'est forgé au fil des ans une réputation de négociateur particulièrement difficile, a précisé qu'il n'avait pas de projet alternatif qui consisterait à commander des avions à Airbus.

 

"Nous ne discutons même pas avec Airbus pour l'instant", a-t-il dit.

 

Pete Harrison, version française Gwénaëlle Barzic

 

Source : Le Point.fr

23:06 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (0)

07/12/2009

Ryanair et EasyJet progressent au dépend de BA...

BA_Reveals_the_Hidden_Costs_of_Ryanair_and_easyJet_large[1].jpg

Sur novembre, Ryanair a transporté 15% de passagers supplémentaires sur un an contre 12,2% pour Easy Jet et -3.4% pour British Airways.

 

 

Les compagnies low cost gagnent du terrain. Ryanair a annoncé avoir transporté 4,96 millions de passagers au mois de novembre, 15% de plus que l'an dernier, contre +12,2% pour EasyJet. British Airways affiche, en réponse, un déclin de 3,4% sur un an avec 2,34 millions de passagers et des revenus en baisse de 4,3%, malgré une diminution du nombre de sièges par kilomètre de 6,2%.

Par ailleurs, Ryanair a annoncé 6 nouveaux appareils pour Alicante pour mars 2009 et l'ouverture de 7 nouvelles routes : Altenburg, Krakow, Seville, Smaland Vaxjo, Stockholm Vasteras, Valladolid et Venice Treviso.

L'année prochaine, Ryanair devrait ainsi proposer 500 vols hebdomadaires au départ et à destination d'Alicante.

Source : L'Echo Touristique