Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/10/2009

Iberia pourrait bien faire payer ses bagages en soute...

1262645-1651712[1].jpg

La première compagnie aérienne espagnole Iberia étudie de rendre payant l'enregistrement des bagages en soute à ses passagers, un modèle traditionnellement utilisé jusqu'ici par les compagnies à bas-coûts, a déclaré mercredi une porte-parole.

"C'est à l'étude, mais nous ne savons pas si cela va affecter tous les passagers ou quand cela va être mis en place", a déclaré une porte-parole.

Le quotidien El Mundo affirme, citant un document interne, que la compagnie va faire payer au moins 15 euros l'enregistrement de la première valise à partir du 20 octobre.

Le fait de faire payer les bagages en soute est une pratique commerciale employée notamment par les compagnies à bas-coûts.

"Beaucoup de voyageurs veulent voyager à des prix très bas, et un des moyens d'y parvenir est de fractionner le produit" commercialisé, a déclaré la porte-parole, qualifiant cette évolution de tendance suivie par l'ensemble du secteur, alors que l'américain American Airlines fait payer l'enregistrement d'un deuxième bagage.

Iberia, qui est en train de mener un processus de fusion avec le transporteur britannique British Airways, a été durement affectée, comme l'ensemble du secteur, par la crise économique, et fait face sur le marché espagnol à la féroce concurrence des compagnies à bas-coût.

Elle est par ailleurs leader sur les liaisons entre l'Europe et l'Amérique latine.

Deux associations espagnoles de consommateurs (Facua et UCE) ont protesté mercredi contre ce projet et menacé de porter plainte contre Iberia, jugeant son projet "illégal".

Selon elle les lois en vigueur en Espagne sur le transport aérien prévoient que le prix du billet inclue le passager et ses bagages, si le poids n'est pas excessif.

Source : AFP

8 Octobre 2009

07/10/2009

Aer Lingus réduit encore ses effectifs...

Aer.lingus.a321-200.ei-cph.arp[1].jpg

La compagnie aérienne irlandaise Aer Lingus annonce la suppression de 676 emplois et une baisse des salaires pour améliorer sa compétitivité, ce qui fait bondir son action de près de 8%.

Le transporteur, qui a déjà contrecarré deux projets de rachat hostile de son concurrent et compatriote Ryanair, souhaite réduire ses coûts de fonctionnement annuels de 97 millions d'euros d'ici 2011.

"Aer Lingus ne peut pas survivre dans un contexte où le personnel est sensiblement mieux rémunéré et travaille avec moins d'efficacité que des concurrents dans des conditions comparables", s'est justifié le groupe.

A 09h30 GMT, le titre gagne 7,7% à 77 centimes d'euros, la plus forte hausse du marché irlandais.

Aer Lingus a précisé qu'un plan de départs volontaires serait proposé à 489 salariés et que des réductions d'effectifs supplémentaires pourraient être mises en oeuvre si 74 millions d'euros de réductions de coûts ne sont pas obtenues d'ici 2011.

Le groupe va également réduire les salaires des personnels gagnant plus de 35.000 euros par an.

Source : Le Point.fr

7 Octobre 2009

04/10/2009

Lufthansa est sur le point d'acquérir la totalité de BMI...

OB-EH775_luftha_F_20090825112021[1].jpg

Scandinavian Air System (SAS)  a cédé les 20% qu'il lui restait au capital de British Midland (BMI) à un holding qui en détenait déjà 80%. Lufthansa, qui emmène ce holding, ajoute qu'il en sera bientôt le seul actionnaire. La compagnie aérienne allemande est sur le point de consolider 100% de BMI.

La compagnie aérienne scandinave SAS a fait savoir qu'elle avait cédé au holding LHBD 20% de ses parts dans British Midland contre 19 millions de livres, soit 21 millions d'euros environ. LHBD, qui détenait déjà 80% de BMI, est un holding dont Lufthansa détient 35% des parts. Et Lufthansa indique aujourd'hui qu''après avoir acquis les droits de navigations nécessaires, Lufthansa entend être en mesure de racheter 100% de LHBD', elle-même à la tête de 100% de British Midlands.

Lufthansa ajoute qu'elle paiera 19 millions de livres supplémentaires à SAS au titre d'un accord d'actionnaires datant de 1999. Si elle décide de céder, dans les deux ans qui viennent, tout ou partie de ses titres BMI, la compagnie aérienne allemande devra, sous conditions, régler une somme additionnelle non précisée à SAS.

Source : Cercle Finance

1 Octobre 2009

Nouveau départ pour Olympic Air...

1003593175[1].jpg

Le coup d'envoi d'Olympic Air, ex transporteur national de la Grèce sous le nom d'Olympic Airlines, elle-même succédant à la compagnie historique d'Aristote Onassis Olympic Airways, a été donné jeudi avec un premier vol Athènes - Thessalonique, l'occasion pour le nouveau propriétaire, Andreas Vgenopoulos, d'annoncer la création d'une filiale de l'Olympic, basée à Thessalonique, "Macedonian Airlines".

M. Vgenopoulos a affirmé que Marfin Investment (MIG), le groupe qu'il préside, a déposé la marque lui garantissant l'utilisation au niveau mondial du sigle "Macedonian Airlines", ajoutant que "nul autre que nous ne pourra utiliser cette appellation".

M. Vgenopoulos a encore affirmé que dès la semaine prochaine, il rencontrera les autorités locales du Nord de la Grèce pour discuter de questions structurelles, tout en annonçant que la nouvelle filiale d'OA sera prête à voler dans les prochains mois. Selon des informations, les premiers vols que réalisera la compagnie seront à destination de l'Allemagne et d'Amsterdam.

Enfin, répondant aux questions de la presse, M. Vgenopoulos n'a pas exclu la possibilité d'une participation minoritaire du secteur public à Olympic Air, précisant toutefois que "nous matérialiserons notre projet que ce soit avec la participation du secteur public ou pas".

La reprise d'Olympic par le groupe Marfin met fin à l'épineux problème de privatisation de l'aérotransporteur historique de la Grèce à la quelle s'opposaient les puissants syndicats de la compagnie, malgré les lourds déficits. Plusieurs appels d'offres au privé avaient échoué jusqu'ici.

Le sauvetage de la compagnie s'est fait non sans des drastiques restrictions et un redéploiement des lignes couvertes alors même que le secteur du transport aérien est soumis à la concurrence acharnée des compagnies low-cost. Par ailleurs, le jour de l'inauguration de la nouvelle Olympic Air, on annonçait la fin de la liaison directe New-York / Athènes avec des appareils d'Olympic. La liaison sera désormais assurée par Delta Airlines avec laquelle Olympic Air a passé des accords pour des vols sous un code share (commun).

28/09/2009

Air Transat reliera Québec à Bordeaux et Marseille l'été prochain...

C-GKTS%20-%20A330%20Air%20Transat%20-%20BRU%2018-07-07[1].jpg

Après avoir développé ses vols vers Montréal, la compagnie canadienne s'attaque à la desserte de Québec au départ de deux villes de province.

Air Transat poursuit le développement de ses lignes entre la France et le Québec. Alors que la compagnie opère huit lignes au départ de province et de Paris vers Montréal et une ligne entre Paris et Québec, elle lancera l'été prochain deux nouveaux vols directs vers la ville de Québec, au départ de Bordeaux et Marseille. La cité phocéenne bénéficiera d'un liaison par semaine de mi juin à septembre, tandis que seuls quelques vols ponctuels seront opérés au départ de Bordeaux, début juin et en fin de saison.

Source : L'Echo Touristique

28 Septembre 2009

21/09/2009

Air France : va t-elle opter pour une stratégie Low-cost?

CDG_avion_Air_FRance_001[1].jpg
Avec 814 millions d'euros de perte nette en 2008-2009 et 426 millions d'euros au cours du 1er trimestre de cette année, Air France-KLM sait que l'heure des mesures d'urgence est venue. La situation financière actuelle - saine "avec une solide position de trésorerie de 4,3 milliards d'euros et de 1,2 milliard d'euros de lignes de crédit disponibles" selon le dernier rapport annuel -, ne le restera pas éternellement.
La crise financière mondiale et ses conséquences sur l'activité économique ne sont pas les seules responsables. À ce lourd facteur conjoncturel - certains clignotants commenceraient d'ailleurs à repasser au vert - s'ajoute un déséquilibre structurel irréversible des réseaux court et moyen-courriers d'Air France.
Le court-courrier qui dessert la France et quelques destinations proches comme Londres, Bruxelles, Genève, est déstabilisé par la concurrence du TGV et de ses cousins Eurostar, Thalys ou Lyria. Les tarifs mais aussi les temps de transport et la simplicité des formalités sont devenus les arguments du ferroviaire pour les liaisons de moins de trois heures. Pour les vols moyen-courriers vers l'Europe et le bassin méditerranéen, Air France doit se battre, cette fois dans le ciel, attaquée par les compagnies aériennes low cost aux tarifs parfois imbattables (Ryanair, easyJet, Flybe, Vueling, Air Berlin, etc.). La guerre s'est d'ailleurs récemment étendue aux liaisons transversales françaises et au marché pourtant très protégé de la Corse.

Proposition à la fin du mois

Actuellement, au siège d'Air France, à Roissy-Charles-de-Gaulle, une demi-douzaine de groupes de travail planchent sur une question capitale : dans quelles activités le groupe peut-il faire des économies ? Le comité de pilotage tranchera d'ici à la fin du mois avant d'entamer les délicates négociations avec les partenaires sociaux qui n'ont pas tous pris en compte le fait qu'Air France est aujourd'hui une entreprise privée, cotée en Bourse, soumise à la concurrence et ne jouissant plus guère de monopoles.

À l'aide d'économistes et d'experts en transport aérien, lepoint.fr a dénombré quelques sources d'économies possibles pour Air France, des gisements par ailleurs identifiés par les groupes de travail de la compagnie.
Une approche simple consiste à tenter de transposer le modèle low cost à Air France. Dans une certaine mesure, la même thérapeutique vient d'être appliquée récemment en douceur au secteur cargo d'Air France-KLM, très mal en point, en faisant appel à la filiale low cost hollandaise Martinair. Seulement quatre Boeing cargo vont être exploités par Air France contre une douzaine autrefois.

Classe unique en moyen-courrier
Faut-il supprimer la classe affaires ? Contrairement à des rumeurs récentes, ce n'est pas à l'ordre du jour. Air France, ne l'oublions pas, gagne sa vie grâce aux sièges des cabines situées à l'avant des vols long-courriers. Seulement 60 % des passagers partent de Paris. Il faut être en mesure de proposer aux autres, ceux venus de toute l'Europe via une correspondance, de voyager plus confortablement, même pendant les deux à trois heures de ce pré-acheminement.

En revanche, on devrait voir apparaître une simplification : les trois classes actuelles - affaires, tempo challenge et tempo - vont être réduites à deux. En fait, il n'existe pas - physiquement - de classe affaires sur les avions moyen-courrier d'Air France (tous de la famille A 320) comme il y en une en long-courrier avec des sièges spécifiques différents de ceux de la classe économique. En moyen-courrier, seule une cloison mobile, constituée de rideaux, est déplacée plus ou moins vers l'arrière en fonction du remplissage. Des accoudoirs mobiles permettent de transformer les rangées de deux fois trois sièges en deux fois deux sièges. British Airways et Lufthansa utilisent le même système. Seul le service proposé au passager au sol et en vol, lui, est différent, notamment avec des plats chauds et l'accès à un salon avant le départ. Aussi, la neutralisation de la classe affaires, faute de client, peut-elle intervenir au coup par coup en quelques minutes sans qu'il soit nécessaire de reconfigurer l'avion.

Rentrer le soir à la maison
La véritable source d'économies sur laquelle travaille Air France, consiste à supprimer les "night stops", les nuits passées par les avions et les équipages dans les escales du réseau autres que Roissy-CDG et Orly.
Aujourd'hui, les coûts d'hôtels et de restaurants pour les navigants, la nécessité de prévoir deux équipages dormant à l'extérieur, les redevances de stationnement des avions sont très pénalisants par rapport au fonctionnement des compagnies low-cost. Celles-ci construisent leurs dessertes de manière à ce que les avions et les équipages reviennent chaque soir à leurs bases.
Supprimer les "night stops" constituerait un chantier très lourd, avec, à la clé, la reconstruction de la grille horaire du réseau moyen-courrier de telle sorte que les correspondances du hub de Roissy-CDG continueraient d'être assurées. Il serait, en effet, absurde de gagner quelques sous sur le moyen-courrier et de perdre des fortunes sur le long-courrier, la vraie source de profit d'Air France-KLM.

Meilleure productivité des navigants
À salaire égal, un pilote d'Air France vole un peu moins de 600 heures par an quand ceux d'easyJet ou de Ryanair totalisent entre 800 et 900 heures. L'objectif serait d'obtenir une amélioration de la productivité de 20 % qui rendrait la compagnie nationale plus compétitive. La négociation sociale avec les pilotes et le personnel de bord va être serrée. Un problème difficile à résoudre car les navigants en moyen-courrier sont majoritaires au prorata d'une centaine d'avions long-courrier et de 150 moyen-courriers (KLM et filiales non comprises).

Arrêter les destinations non rentables
Chez Air France, supprimer une desserte demande des mois de réflexion alors que chez easyJet, ce type de décision prend une semaine, même si les passagers n'y trouvent pas toujours leur compte. Est-ce toujours la solution ? Prenons un vol, Paris-Naples, où il n'y a pas de clientèle affaires : c'est une destination certes pas rentable lorsqu'elle est exploitée avec un avion d'Air France, mais elle pourrait le devenir avec un appareil de Transavia, la filiale low cost basée à Orly. Difficulté : ces transferts sont verrouillés par des accords sociaux à négocier.

Sous-traiter le fonctionnement des escales
Les 1.500 départs volontaires récemment annoncés chez Air France semblent insuffisants, à en croire certains audits qui parlent de 3.000 à 10.000 suppressions de postes souhaitables. Les sureffectifs sont d'autant plus aigus que l'activité diminue. De plus, les nouveaux services numériques de réservation, d'enregistrement et d'embarquement se généralisent, nécessitant moins de personnel. Il est notoire qu'une escale gérée par Air France en direct coûte deux fois plus cher que celle ayant le même trafic confiée à une chambre de commerce ou une société d'assistance. Ryanair ou easyJet ont recours systématiquement à ce genre de prestataires extérieurs.

Réduire les structures
Cette solution avait été envisagée par Christian Blanc, ancien président d'Air France. En 1993, il avait fait adopter le plan de sauvetage de la compagnie. L'externalisation de l'informatique, devenue plus complexe aujourd'hui, ne semble plus d'actualité,. Le moindre bug peut avoir des conséquences dramatiques et paralyser la compagnie, ses plans de vol, ses réservations, ses enregistrements de passagers, ses sites internet, etc.
Les économies réalisables semblent modestes face aux risques encourus. En revanche, réduire l'activité du siège au marketing, aux relations humaines et à la finance s'est montré être une mesure efficace lors du redressement récent de certaines compagnies américaines.

Vendre ou fusionner Britair et Regional
Les deux filiales exploitant des avions de moins de cent vingt sièges accumulent les pertes. Les synergies entre les deux sont déjà optimisées : les achats d'avions, de carburant et d'assurances sont réalisés au niveau du groupe Air France-KLM. D'autres pourraient encore être accomplies, mais au prix d'une grosse fièvre sociale.

Source : Le Point.fr
21 Septembre 2009

18/09/2009

Olympic Air revient en force...

olymp1[1].jpg
La nouvelle compagnie aérienne Olympic Air sera opérationnelle à partir du 1er octobre, a affirmé le président de Marfin Investment Group (MIG), Andréas Vgénopoulos, assurant que Olympic Air disposera de la plus nouvelle flotte d'avions par rapport à toutes les autres compagnies aériennes du monde.
Présentant jeudi les plans de travail de Olympic Air qui emploiera 5.000 travailleurs, M. Vgénopoulos après avoir remercié le groupe chargé de mettre en place la nouvelle compagnie aérienne en un temps record, a indiqué que MIG a investi 1,1 milliard de dollars, principalement dans l'achat de nouveaux avions.
De plus, Olympic Air vient de nouer un code-share avec Delta Air Lines. Cet accord entrera en vigueur dès le premier octobre sur leurs vols entre Athènes et New York.

Antonis Simigdalas, le directeur général d'Olympic Air, a également annoncé la signature de "partenariats stratégiques" avec Air France, KLM, Cyprus Airways et Etihad Airways pour des vols à destination de la France, du Canada et des Pays-Bas. Ces partenariats seront opérationnels d'ici mars 2010.

Ces accords avec des compagnies internationales montrent une confiance retrouvée en l'ancienne Olympic Airways. Lourdement endettée depuis les années 1990, cette dernière avait vu plusieurs tentatives de privatisations échouer. Elle a été finalement sauvée de la faillite en mars dernier par un repreneur providentiel, le groupe d'investissement gréco-émirati Marfin. Et rebaptisée Olympic Air.

Source : Tour Hebdo

18 Septembre 2009

07/09/2009

British Airways envisage de faire une offre d'achat sur BMI...

Bmi_airbus_a319-100_g-dbci_arp[1].jpg

British Airways envisage de faire une offre sur son concurrent national bmi et des discussions à ce sujet entre la compagnie aérienne britannique et Lufthansa, actuel propriétaire de bmi, ont déjà eu lieu, selon le Sunday Times.
 

D'après le journal, le président de British Airways, Martin Broughton, s'est rendu en Allemagne la semaine dernière pour discuter avec des représentants de Lufthansa. 
 

Le Sunday Times ajoute que le rachat de bmi est secondaire par rapport aux discussions de fusion, entamées depuis un an, avec Iberia, tout en précisant que British Airways envisageait de financer un éventuel rachat de bmi via une émission d'actions.
 

Virgin Atlantic, également présenté comme portant un intérêt à bmi, a réagi à l'information, dans un communiqué envoyé par e-mail à Reuters : " British Airways veut fusionner avec Iberia, avec American Airlines et maintenant avec bmi. La compagnie veut obtenir davantage de créneaux (à Heathrow), tuer ses rivaux et devenir ainsi un pur monopole".

Source : La tribune.fr

7 Septembre 2009

04/09/2009

Lufthansa s'impose en Europe...

7331[1].jpg

Les grandes manœuvres se poursuivent dans le ciel européen. Lufthansa a annoncé hier qu'elle détenait 90 % d'Austrian Airlines. Ce rapprochement a été rendu possible par l'accord fin août de la Commission européenne, au terme d'un marathon de plus d'un an. Outre son accord à un tel rachat, Bruxelles a validé le soutien apporté par l'État autrichien à sa compagnie nationale, à hauteur de 500 millions d'euros. Au total, l'opération n'aura coûté que 220 millions d'euros à Lufthansa. Cette somme comprend le prix de son offre publique d'achat et les 366 268 euros symboliques versés pour racheter la part de l'État autrichien.

Lufthansa doit néanmoins s'acquitter d'une dernière formalité, avant le 9 septembre : opérer le retrait forcé des actions qui n'ont pas été apportées à l'OPA, soit un peu moins de 10 % du capital.

Une fois cette acquisition finalisée, la compagnie allemande a encore deux dossiers sur le feu : Brussels Airlines et la prise de participation majoritaire dans la compagnie britannique BMI. « Lufthansa sera alors la première compagnie aérienne européenne avec quelque 100 millions de passagers par an », a déclaré hier Stefan Lauer, membre du directoire de Lufthansa.

Cette série d'acquisitions pourrait marquer la fin de la consolidation du ciel européen. La crise économique a en effet freiné les appétits des trois géants, Air France-KLM, British Airways et Lufthansa, lesquels, il y a quelques mois encore, se livraient une compétition acharnée pour élargir leur réseau. En annonçant officiellement mi-août qu'elle renonçait à racheter la compagnie Czech Airlines, Air France-KLM semble être sortie de la course. Par ailleurs, la fusion de British Airways et d'Iberia est plus que jamais au point mort. Le conseil d'administration de la compagnie espagnole a même demandé en août à son président de chercher un projet de remplacement.

 

9 milliards d'euros de pertes

 

Bien loin de la course à la taille, la fin de l'année 2009 et le début de 2010 devraient plutôt être marqués par les plans de sauvetage. Selon l'Association internationale du transport aérien (Iata), les compagnies aériennes dans le monde vont perdre 9 milliards d'euros en 2009. Si l'on en croit Lufthansa, ce chiffre est optimiste, 6 milliards ayant déjà été perdus au premier semestre.

Dans ce contexte, Lufthansa a lancé un plan qui doit lui faire économiser un milliard d'euros d'ici à 2011. Air France-KLM devrait lancer courant septembre un plan de départs volontaires. De son côté, la direction de British Airways a mis en place l'an dernier un plan de départs volontaires qui a réduit de 25 % les effectifs de son top management. Au printemps, la compagnie a annoncé qu'elle avait encore 3 700 emplois à supprimer.

Source : Le Figaro

4 Septembre 2009

03/09/2009

Lufthansa a bouclé son rachat de la compagnie autrichienne...

3680967[1].jpg

La première compagnie aérienne allemande Lufthansa a annoncé jeudi qu'elle avait bouclé le rachat de son homologue autrichienne Austrian Airlines (AUA), après l'aval de la Commission européenne délivré fin août.

Lufthansa détient plus de 90% du capital de la compagnie en difficulté, qui fait désormais partie intégrante du groupe allemand, selon un communiqué diffusé en Allemagne.

Les actionnaires qui n'ont pas encore proposé leurs titres peuvent le faire jusqu'au 9 septembre, d'après Lufthansa.

Fin août, au terme d'un feuilleton de plusieurs mois, la Commission européenne avait donné son accord au rachat et à l'octroi d'une aide publique de l'Etat autrichien de 500 millions d'euros à AUA, représentant un tiers des dettes de celle-ci, en échange de concessions de Lufthansa sur plusieurs destinations.

Lufthansa a multiplié les acquisitions ces derniers mois, marquant des points dans la course à la première place européenne des compagnies aériennes lancée avec Air France-KLM.

Source : AFP

2 Septembre 2009

02/09/2009

Delta Air Lines suspend sa ligne New York au départ de Lyon...

dyn004_original_596_391_jpeg_2567601_3e4f3aa03803d95a188317eb7ba063bc[1].jpg

La compagnie aérienne américaine Delta Air Lines a suspendu "pour l'hiver" son vol direct quotidien entre Lyon et New York, évoquant une nette baisse de sa rentabilité, a-t-on appris mercredi auprès de la compagnie.

"La fréquentation n'est pas trop mauvaise, mais nous avons dû baisser nos tarifs à cause de la crise économique. La rentabilité de la ligne est nettement amoindrie", a expliqué à l'AFP Béatrice de Rotalier, directrice commerciale de Delta en France.

Créé en 2000 puis supprimé une première fois en septembre 2001, ce vol assuré par un Boeing 757-200 de 174 sièges avait repris en juillet 2008, en partenariat avec Air France. Lors de son premier anniversaire, cet été, il affichait une fréquentation moyenne "de 75%", selon la responsable.

"La clientèle d'affaires a beaucoup souffert de la crise, plus que la clientèle loisirs, et les réservations anticipées ne sont pas à la hauteur de l'année dernière", a-t-elle précisé.

Cette décision s'inscrit dans une "restructuration globale du réseau transatlantique de Delta", avec la suspension "d'une douzaine de lignes" dont les vols Manchester-New York, Kiev-New York et Prague-Atlanta, a-t-elle ajouté.

Selon Mme de Rotalier, la compagnie "ne se désengage pas totalement du marché" et "espère pouvoir rétablir la ligne au printemps".

Source : Journal France Amérique

2 Septembre 2009

30/08/2009

Aigle Azur propose sa classe affaire vers Annada et Oran...

classe_affaire_em[1].jpg

A compter du 24 octobre, Aigle Azur étend sa classe affaires à de nouvelles lignes.

Sont concernées : Paris / Annaba, Marseille / Annaba, Marseille / Oran et Lyon / Oran. A cette occasion, la compagnie propose une promotion exclusive à partir de 419 euros TTC l'aller retour. La classe affaires d'Aigle Azur donne aux passagers un accès aux salons VIP (Internet, presse, et petit déjeuner gratuits), une franchise bagage supérieure et un repas gastronomique chaud. La cabine a également été repensée. Elle se compose de sièges bleus en cuir, comme en éco, mais avec un pitch plus vaste de 15 cm environ. Le siège du milieu (non commercialisé) est doté d’une tablette cocktail, qui permet d’y disposer boissons et autres. Par ailleurs, Aigle Azur renouvelle progressivement la décoration intérieure de ses 11 appareils d’ici fin 2010. Les accoudoirs sont convertibles : ils bougent pour donner 5 cm de plus en largeur. Une vingtaine de places en classe affaires sont commercialisés sur chaque vol bi-classe.

Source : Quotidien du tourisme

27 Août 2009

29/08/2009

Iberia subit toujours ses pertes au deuxième trimestre...

dyn008_original_596_391_jpeg_2567601_9ad9dfc448400bd00de7e024600ce1f5[1].jpg

Iberia est passée dans le rouge au deuxième trimestre. La première compagnie aérienne espagnole a inscrit une perte nette de 72,8 millions d'euros contre un bénéfice de 21,2 millions un an plus tôt.

Cette perte est légèrement supérieure à celle attendue par les analystes. Le chiffre d'affaires a lui reculé de 22% à 1,068 milliard d'euros, a indiqué Iberia.

La perte d'exploitation (Ebit) s'est inscrite à 276,9 millions d'euros, contre un consensus à 257,3 millions. Un an auparavant, Iberia avait subi une perte ajustée de 32,3 millions.

Iberia a déjà prévenu qu'elle avait peu de chances d'enregistrer un bénéfice cette année si la crise devait persister, tout en prévoyant un retour des profits en 2010.

Source : Romandie.com

28 Août 2009

Aer Lingus : réduction d'effectifs et de salaires...

Lingus_G_374662t[1].jpg

Aer Lingus réduira les salaires et sans doute aussi ses effectifs pour assurer sa survie, déclare son président.

"Je pense qu'Aer Lingus a sans doute plus de personnes qu'il ne lui en faut", a dit Colm Barrington à la radio nationale.

Il s'est abstenu de tout commentaire sur un article de presse voulant qu'Aer Lingus licencie 500 personnes environ sur 3.879, dans le cadre d'un plan d'économies de 130 millions d'euros.

"Nous envisagerons une réduction des salaires, c'est certain", a-t-il ajouté.

Aer Lingus a publié jeudi une perte d'exploitation sans précédent et dit qu'aucune banque ne voulait lui prêter d'argent pour prendre livraison de nouveaux avions car la compagnie aérienne dilapidait sa trésorerie.

La structure de l'actionnariat d'Aer Lingus a toujours constitué un obstacle de poids à sa réforme. Sa concurrente Ryanair détient une participation de près de 30%, l'Etat irlandais et le personnel 25% et 14% respectivement.

Barrington a dit que le nouveau directeur général Christoph Mueller présenterait une refonte du modèle d'entreprise dans le courant de l'année.

Source : Le Point.fr

28 Août 2009

Bruxelles autorise le rachat de Austrian par Lufhtansa...Lufthansa approuve les conditions...

610x[1].jpg

La première compagnie aérienne allemande Lufthansa a accepté vendredi les conditions de Bruxelles pour son rachat d'Austrian Airlines (AUA), une étape décisive dans sa conquête du titre de première compagnie aérienne en Europe, devant Air France-KLM.

Les conditions imposées par Lufthansa pour racheter la compagnie autrichienne ont également été respectées, a déclaré le groupe dans un communiqué.

La Commission européenne a en effet donné vendredi son accord à l'octroi d'une aide publique de l'Etat autrichien de 500 millions d'euros à Austrian Airlines, représentant un tiers des dettes de celle-ci.

En contrepartie, Lufthansa va offrir à d'autres compagnies des créneaux horaires d'atterrissage et de décollage sur 4 liaisons clé à partir de Vienne, pour éviter que la concurrence ne soit biaisée.

Par ailleurs Lufthansa a également précisé que jusqu'à présent "plus de 75%" des actionnaires privés d'Austrian Airlines lui ont vendu leurs parts pour environ 166 millions d'euros. L'offre de rachat court encore pendant 10 jours d'ouverture de marché, a précisé à l'AFP une porte-parole de Lufthansa.

A ces parts s'ajoutent celle qui était détenue par l'Etat autrichien (41,56%) dans AUA, pour laquelle Lufthansa a déboursé 366.268 euros.

Au total, Lufthansa possède ainsi actuellement 86,5% d'Austrian Airlines.

La compagnie allemande prévoit une opération de retrait obligatoire ("squeeze out") des derniers actionnaires privés pour monter à 100% du capital, précise le communiqué. Pour ce faire, elle doit atteindre les 90% au terme de son offre de rachat.

Avec Austrian Airlines, qui dispose actuellement d'un réseau de 120 destinations, notamment vers l'Europe centrale et orientale, et qui a transporté 10,7 millions de passagers l'an dernier, le groupe Lufthansa marque un point de plus dans la course au titre de numéro un du ciel européen face à Air France-KLM.

Source : Men'sup

28 Août 2009

27/08/2009

Aer Lingus subit de très grosses pertes...Ryanair revient à l'attaque...

ryanair_aer_lingus_46_5876b[1].jpg

DUBLIN (Reuters) - Les fortes pertes annoncées par Aer Lingus pour le premier semestre pourraient être venues à bout de l'opposition de la compagnie à tout partenariat avec son concurrent Ryanair.

Les pertes d'Aer Lingus ont plus que triplé au premier semestre et la compagnie aérienne irlandaise a prévenu que son avenir restait sombre en raison de perspectives incertaines et d'une confiance des consommateurs en berne.Aer Lingus a repoussé cette année une deuxième OPA hostile menée par Ryanair, première compagnie low-cost européenne. Son nouveau directeur général, Christoph Mueller, doit prendre ses fonctions la semaine prochaine.Le directeur financier Sean Coyle, prié sur la radio irlandaise de dire ce qui se produirait si Mueller décidait une alliance avec Ryanair, a répondu: "Si c'est ce qu'il décide et ce que veulent les actionnaires, alors je crains que ce soit la direction que nous prendrons."Soulignant qu'une fusion n'était toutefois pas la seule option, Coyle a ajouté s'attendre à ce que Ryanair, qui détient déjà 29% d'Aer Lingus, soumette une nouvelle offre, et a admis n'avoir "aucune idée" de la réponse qu'y apporterait sa compagnie.Un porte-parole de Ryanair n'a pas souhaité faire de commentaires dans l'immédiat.Les pertes d'Aer Lingus après impôts au premier semestre 2009 ont augmenté de 242%, à 73,9 millions d'euros en raison notamment d'un chiffre d'affaires en baisse de 12,2%, à 555 millions d'euros.En outre, Aer Lingus consomme rapidement sa trésorerie et peine à lever des fonds pour acheter de nouveaux appareils, ce qui compromet son indépendance."Aucune banque n'est disposée à prêter de l'argent à une compagnie aérienne qui brûle 400 millions d'euros de trésorerie en douze mois, comme nous l'avons fait", a déclaré Coyle
A 08h00 GMT, l'action Aer Lingus cotait 0,543 euro, valorisant le groupe à environ 271 millions d'euros. En décembre, Ryanair avait proposé 750 millions d'euros pour le rachat de sa concurrente, et 1,5 milliard d'euros lors de sa première approche en 2006.

 

Andras Gergely, version française Gregory Schwartz

Jeudi 27 Août 2009

26/08/2009

Déroutement d'un avion Spanair pour cause de disfonctionnement des volets...

dyn005_original_600_339_pjpeg__45ce0c73c9c3f5b69b4282a0c08b264c[1].jpg

Un avion de la compagnie aérienne espagnole Spanair a été contraint de se dérouter et de se poser en urgence sur l'aéroport international de Palma de Majorque (Espagne) suite à un problème technique empêchant les pilotes de sortir les volets.

L'avion, un Airbus A320, vol JK5690, qui devait effectuer la liaison entre l'aéroport international Barajas de Madrid (Espagne) et l'aéroport international Mahon de Minorque (Baléares) avec une centaine de passagers à bord, était en approche, vers 22h00, heure locale, lorsque les pilotes ont remis les gaz et signalé qu'ils se déroutaient vers l'aéroport international Son Sant Joan de Palma de Majorque suite à un problème technique sur les volets, une base technique se trouvant sur cet aéroport.

Après quelques minutes de vol, l'appareil s'est présenté à Palma et s'est posé, plus rapide et plus long que d'habitude, à la grande inquiétude des passagers. Certains d'entre eux n'ont d'ailleurs pas repris le vol de remplacement, quatre heures plus tard. Les techniciens de la compagnie n'ont rien trouvé qui puisse expliquer la panne.

Source : Crash Aérien

25 Août 2009

BMI pourrait être cédée à Virgin Atlantic

G-WWBB%20-%20A330-200%20BMI%20-%20MAN%2014-05-08[1].jpg

Richard Branson en a rêvé, Lufthansa pourrait le faire. Le groupe allemand serait en effet sur le point de céder BMI à Virgin Atlantic. Selon le Sunday Times, Lufthansa "cherche à lever des fonds après s'être vue menacée d'une dégradation de sa note d'endettement, et une vente de BMI (…) fait partie des options à l'étude".

De quoi intéresser Virgin Atlantic, codétenue par Singapore Airlines et le groupe Virgin du milliardaire Richard Branson. Ce dernier plaide en effet depuis des années pour un rapprochement entre les deux compagnies anglaises afin de contrer la suprématie de British Airways outre-Manche. A condition bien sûr de mettre la main sur l'ensemble de la compagnie et de ses slots.

Mais Lufthansa pourrait choisir de céder BMI à la découpe, vendant séparement les très convoités slots sur Heathrow. British Airways pourrait alors mettre la main dessus et garder ainsi l'avantage sur le long-courrier.

Source : Tour Hebdo

26 Août 2009

24/08/2009

Le bénéfice de WestJet plonge de 65%...

IMG_3283[1].JPG

Le bénéfice net du transporteur aérien WestJet a plongé de 65% au 2e trimestre en raison de la conjoncture économique difficile qui a comprimé les marges bénéficiaires de l’entreprise.

Pour le trimestre terminé fin juin, WestJet a déclaré un bénéfice net de 9,2 millions de dollars, lui qui était de 26,8 millions de dollars  à la période correspondante il y a un an.

Les revenus ont totalisé 531,2 millions de dollars, comparativement à 616 millions de dollars l’an dernier, en recul de 13,8%.

«La faiblesse de l’économie et la guerre des prix qui sévit dans le transport aérien continue d’avoir un impact négatif sur nos résultats», a expliqué le président et chef de la direction de WestJet, Sean Durfy, dans un communiqué. Ce dernier a toutefois ajouté que l’entreprise a bénéficié de la baisse du prix du carburant par rapport à la même période en 2008.

Source : Les affaires.com

6 Août 2009

21/08/2009

Austrian a souffert de grosse perte au Terminal 1...

oe-lag-d0001[1].jpg

La compagnie aérienne autrichienne en difficulté Austrian Airlines (AUA), en cours de rachat par l'allemande Lufthansa, s'est enfoncée dans le rouge après avoir enregistré au premier semestre une perte nette de 166,6 millions d'euros, a annoncé mardi AUA.

Au premier semestre 2008, Austrian Airlines avait subi une perte nette de 48,7 millions d'euros, a-t-elle rappelé, en soulignant que l'aggravation des comptes de la compagnie aérienne était due à la persistance de la crise dans le secteur.

Sur les six premiers mois de l'année, Austrian Airlines très endettée a enregistré une perte d'exploitation de 161,6 millions d'euros, contre 29,9 millions d'euros lors de la période correspondante de 2008.

"Nous souffrons d'une demande extrêmement faible, identique à celle qui pèse sur tout le transport aérien", écrivent les coprésidents Peter Malanik et Andreas Bierwirth dans un communiqué.

"La crise a implacablement révélé nos faiblesses", ajoutent-ils.

Le 31 juillet, la Commission européenne a annoncé son intention de donner son feu vert conditionnel au rachat d'Austrian Airlines par Lufthansa, après de nouvelles propositions faites par la compagnie allemande.

La Commission européenne avait ouvert début juillet une enquête approfondie sur le projet de rachat, disant craindre "des hausses de tarifs pour les passagers ou une réduction des prestations sur certaines routes".

La Commission doit également se prononcer sur l'octroi par l'Etat autrichien d'une subvention de 500 millions d'euros couvrant environ le tiers de la dette de la compagnie nationale autrichienne. Il s'agit d'une condition posée par Lufthansa pour la reprise d'Austrian Airlines.

Source : Romadie News

4 Aout 2009