Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/09/2008

Zoom Airlines fait faillite et attérie pour la dernière fois après 8 ans d'expérience

deac82706bc31d9ec43d04750ae00e12.jpgLe transporteur aérien à bas prix Zoom Airlines a suspendu toutes ses activités, jeudi, laissant en plan des centaines de passagers dans les aéroports d'Ottawa, de Calgary et de Glasgow.

La direction de Zoom Airlines a expliqué ses déboires financiers par les coûts élevés du carburant et le ralentissement économique. Depuis mercredi, l'entreprise a des arriérés auprès de propriétaires d'appareils loués et des autorités aéroportuaires de Calgary, d'Ottawa et de Glasgow, en Écosse. Elle doit notamment 400 000 $ à l'aéroport de Calgary et 75 000 $ à celui d'Ottawa.

«La faillite de Zoom est due à des éléments qui échappent à notre contrôle», ont déclaré Hugh et John Boyle, les propriétaires de la compagnie aérienne, sur le site Internet de celle-ci.

Ils allèguent que la compagnie avait enregistré des profits l'année dernière, mais que le bilan a été négatif cette année en raison des coûts élevés du carburant et du ralentissement économique. «Notre facture de carburant a grimpé de plus de 50 millions de dollars en un an et nous n'avons pas pu augmenter les tarifs de nos clients qui avaient déjà fait leurs réservations», précisent-ils.


Les passagers qui sont arrivés à Ottawa mercredi pour prendre un vol en direction de Londres, en Angleterre, attendaient toujours de partir hier après-midi. «Nous ne savons pas trop ce que nous allons faire», a dit Rachel Chaiton, qui tentait de retour ner à Londres après avoir assisté à un mariage à Ottawa. «Je devais être de retour au travail aujourd'hui (hier), mais ça n'a pas été possible, ni demain sans doute», a-t-elle ajouté.

De mercredi à hier matin, les agents du transporteur ont prétendu que les retards étaient dus à des problèmes opérationnels et que le service reviendrait bientôt à la normale. En après-midi, cependant, il est devenu évident que la compagnie se dirigeait tout droit vers la faillite.

«Nous avons fait tout notre possible pour soutenir la compagnie et consolider nos dettes, ce qui aurait permis au transporteur de continuer à voler. Mais nous avons dû explorer d'autres avenues», rapporte la déclaration officielle publiée sur Internet. L'entreprise s'est donc placée sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies et a remis son certificat d'opération à Transport Canada.

source: Sun média
Auteur: Terri Saunders