Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/01/2010

Aer Lingus : Nous ferons le choix d’une alliance d’ici deux ou trois mois...

EI-DUZ%20-%20A330-302%20Aer%20Lingus%20-%20DUB%2021-05-08[1].jpg

Plutôt catégorique, Christophe Mueller le patron de la compagnie irlandaise qui veut redonner du souffle à Aer Lingus. Après avoir quitté, OneWorld en 2007, il veut aujourd’hui retrouver une approche internationale en matière de coopération aérienne.

 

Dans une interview donnée à Dow Jones Newswires, Christophe Mueller reconnaît « que l’avenir ne peut aujourd’hui s’envisager dans l’aérien sans nouer des liens économiques opérationnels ». Pour autant, pas question de dévoiler le choix de l’alliance qui aurait ses faveurs.



Aujourd’hui Aer Lingus a des collaborations étroites avec des compagnies membres des trois grandes alliances : Oneworld, Star Alliance et Skyteam. « Des pistes de travail intéressantes qui doivent permettre à la compagnie d’offrir plus de destinations asiatiques et australiennes pour notre clientèle irlandaise »

 

Source : Deplacement pros

27/01/2010

Brit Air va fermer ses escales de Nantes et Roissy...

Brit.air.crj-100.f-grjj.arp[1].jpg

La compagnie aérienne Brit Air, filiale d'Air France basée à Morlaix (Finistère), a annoncé mardi lors d'un CE son projet de fermer les escales de Nantes et de Roissy-Charles-de-Gaulle et le regroupement de ses activités sur Lyon, Orly et Rennes, a-t-on appris de sources syndicales.

 

«Ce projet paraît extrêmement léger et peu argumenté. Il ne comporte aucun volet social, pas de perspective à trois ou cinq ans et provoque un sentiment de rejet total» de la part des syndicats, a déclaré le délégué SNPL (Syndicat national des Pilotes de Ligne) Jocelyn Smykowski.

 

«La mise en oeuvre de ce projet ne se traduirait par aucune réduction de l'activité aérienne ou des emplois», souligne la compagnie en précisant que «les activités de BritAir et de son centre de formation Icare à Morlaix ne seraient pas affectées».

 

 

Source : Ouest France

23/01/2010

Eurowings : Restructuration...

lhr-crj-200lr[1].jpg

 

Eurowings, une compagnie aérienne allemande qui assure des vols régionaux pour le compte de Lufthansa, a annoncé mardi qu’elle va se séparer de plus de la moitié de ses appareils, synonyme de «plusieurs centaines» de suppressions de postes.

 

Eurowings va renoncer progressivement à 19 de ses 34 appareils cette année à partir de la fin mars, a déclaré un porte-parole à l’AFP :

Dans un premier temps, ses dix-sept CRJ 200 (photo) puis ses deux CRJ 700 du service.

Un an plus tard, elle compte ne plus exploiter que quinze CRJ 900, actuellement en cours de livraison, de plus grande capacité donc plus faciles à rentabiliser. Elle exploite aujourd’hui trente-quatre appareils.

 

Cette réduction drastique de la flotte va s’accompagner de centaines de licenciements. Ils toucheront tout le personnel, aussi bien le personnel navigant que les techniciens ou les employés administratifs. Les effectifs sont aujourd’hui de près de 1 260 personnes

20/01/2010

Pegasus Airlines : nouveaux vols quotidiens vers Istanbul...

1151828705_TC-API_Boeing-737-86N_Pegasus-Airlines[1].jpg

Dès le 28 mars prochain, Pegasus Airlines lance des vols quotidiens au départ de Paris vers Istanbul. Proposée à partir de 79,99 € l'aller simple, taxes incluses, la ligne quittera Istanbul Sabiha Gökçen à 10h35 pour arriver à Paris/Orly à 13h10. Le vol retour partira de Paris à 14h00 pour une arrivée prévue à 18h20.

 

Fondée à Istanbul en 1990 par Aer Lingus, Silkar Yatırım et Net Holding, la compagnie qui appartient depuis 2005 a ESAS a transporté plus de 23 millions de passagers depuis sa création.



Dôtée d’une flotte moderne de 24 avions, incluant le dernier modèle de Boeing 737-800, Pegasus opère aujourd’hui des vols domestiques et internationaux réguliers et charter depuis l’aéroport de Sabiha Gökçen, à İstanbul. Parmi les destinations internationales : Amsterdam, Athènes, Basel, Berlin, Birmingham, Bruxelles, Düsseldorf, Copenhague, Cologne, Francfort, Krasnodar, Londres, Manchester, Munich, Nord de Chypre (Ercan), Stuttgart, Téhéran, Vienne, Zurich et bientôt Paris



Parmi les domestiques: Adana, Ankara, Antalya, Bodrum, Dalaman, Diyarbakır, Elazığ, Gaziantep, Hatay, Konya , Istanbul, Izmir, Kayseri, Konya, Malatya, Mardin, Samsun, Trabzon, Van.

 

Source : Deplacements Pros

15/01/2010

Air Caraïbes veut apporter une aide continue à la communauté haïtienne.

air_caraibe_2.jpgAir Caraïbes a indiqué vendredi qu'elle allait mettre en place des vols à des tarifs spéciaux vers Haïti dès que l'aéroport de Port-au-Prince sera rouvert aux vols commerciaux.

"Dès que les vols commerciaux seront autorisés à atterrir à l'aéroport international de Port-au-Prince, Air Caraïbes proposera, soit des vols régionaux depuis son escale de Pointe-à-Pitre grâce à sa flotte régionale composée d'un ATR 72 et d'un Embraer 190 spécialement mobilisés à cette occasion, soit ultérieurement des vols depuis Paris en Airbus A330", a indiqué la compagnie dans une communiqué. Air Caraïbes affirme sa "volonté d'apporter une aide continue à la communauté haïtienne" et va "proposer des vols depuis Paris et Port-au-Prince pour aider à se rendre et quitter Haïti". L'aéroport de Port-au-Prince est fermé au trafic commercial depuis mardi soir, peu après un séisme ravageur de magnitude 7.

Le programme d’été 2010 d'Airlinair est ouvert à la vente.

airlinair.jpgDepuis Parisn Airlinair dessert Agen, Aurillac, Brive, Castres, Caen et Lannion. Depuis Lyon, les passagers peuvent rejoindre La Rochelle, Poitiers. Airlianair propose des tarifs sur aller simples à partir de 69 TTC (Agen, Brive, Castres et Caen), 79 TTC (Aurillac et Lannion) et 129 TTC (La Rochelle-Poitiers-Lyon).

14/01/2010

Brussels Airlines et Spanair : accord de code share...

Airbus_A320-232_-_Spanair_-_EC-IPI_-_LEMD[1].jpg

Brussels Airlines et Spanair, deux compagnies membres de Star Alliance, ont conclu un accord de partage de codes. Au cours d’une première phase, Alicante (Costa Blanca), les îles de l’archipel des Baléares, Ibiza et Majorque, la ville portuaire du Nord de l’Espagne La Corogne (Galice) et Ténériffe, la plus vaste des îles Canaries, complèteront le réseau de Brussels Airlines, via Barcelone ou Madrid. Ces vols de Spanair porteront également le code "SN" code IATA de Brussels Airlines.

 

Dans le courant de l'année 2010, l'objectif sera d'augmenter le nombre de destinations offertes en commun par les 2 compagnies.

 

Pour les bagages : les valises seront automatiquement tranférées au lieu de destination finale et les miles "Miles and More" du programme de fidélité pourront être utilisés sur l'ensemble de ces liaisons.

 

Source : Tour Mag

13/01/2010

Air Transat : Revenus en baisse, profits en hausse...

AirTransat-A330atYUL[1].jpg

Transat A.T., maison-mère d'Air Transat, a vu ses revenus reculer de 8,9 % au quatrième trimestre par rapport à l'an dernier, à 719,7 millions cette année contre 790,4 millions en 2008.

 

Le voyagiste attribue le recul de ses revenus à la baisse des prix de vente moyens et à un recul de 3,3 % du nombre de voyageurs.

 

Toutefois, l'entreprise a enregistré un bénéfice net de 18,1 millions au dernier trimestre, comparativement à une perte nette de 82,4 millions un an plus tôt.

 

« Au quatrième trimestre, les volumes ont été similaires à l'an dernier, mais les prix, et surtout les coûts, ont été inférieurs, et nous avons enregistré d'excellents taux de remplissage, d'où une marge en hausse », explique le PDG, Jean-Marc Eustache.

 

L'entreprise se dit satisfaite de ses résultats « à la lumière de la conjoncture, puisque 2009 aura été une année difficile pour le tourisme international, à cause de la récession et de la grippe A (H1N1) ».

 

Hausse des bénéfices sur l'année

Pour l'ensemble de l'année 2009, Transat A.T. a enregistré des revenus de 3,5 milliards, en hausse de 1 % par rapport à 2008. Quant aux bénéfices, ils s'élèvent à 61,8 millions par rapport à des pertes de 49,4 millions l'an dernier.

 

En septembre dernier, l'entreprise a lancé un appel public à l'épargne qui lui a permis de récolter un produit net de 60,5 millions de dollars.

 

Source : Radio-Canada.ca

08/01/2010

Aer Lingus espère "un petit bénéfice" fin 2009, réduit sa capacité...

AerLingus_EI-DEH.233[1].jpg

La compagnie aérienne nationale irlandaise Aer Lingus a déclaré vendredi s'attendre à "un petit bénéfice d'exploitation" avant exceptionnels au second semestre 2009, et a annoncé une réduction de capacité au printemps et le report de livraison de deux avions.

 

Le nombre de passagers transportés en décembre à augmenté de 9% et à atteind un taux d'occupation qui a augmenté de 2,5pts arrivant à 71,9%. Néanmoins, la compagnie estime que la demande devrait rester "soft" au cours des six premiers mois de l'année 2010. Elle a donc décidé de supprimer deux de ses cinq avions basés à Gatwick (Londres) et a reporté la livraison de deux appareils type A320 d'Octobre et Novembre 2010 à Avril et Mai 2011.

 

 

31/12/2009

Retard excessif d'un Airbus : Air Mauritius met les points sur les "i"

a340maur[1].jpg

Air Mauritius adresse ci-joint un communiqué relatif au retard du vol MK 291 de ce lundi 28 décembre.


"Prévu pour un départ à 16h30, le lundi 28 décembre, le vol MK 291, un Airbus A340 de 300 sièges, a été une première fois retardé en raison d’une arrivée tardive de l’appareil. Prévu pour 18h10, le nouveau
départ a dû être de nouveau différé, et ce n’est qu’à 23h30 que l’avion a pu prendre son envol pour l’Île Maurice.
Seize passagers ont préféré débarquer pour passer la nuit à Saint-Denis. Ils ont été bien obligeamment pris en charge par la compagnie. Ils partent pour l’Île Maurice par l’avion de 16h20, cet après-midi.

Il faut savoir que du 1er novembre au 31 janvier, tous les vols entre La Réunion et l’Île Maurice sont interdits au delà de 18h30, et ce jusqu’à l’aube, pour cause de vers blancs. Pour des raisons de transmissions documentaires, le départ du vol MK 291 n’a pu se faire avant l’heure fatidique de 18h30.

Dès lors seule une procédure d’exception, assujettie à certaines conditions, pouvait permettre le décollage de l’Airbus. La première veut que les soutes et portes de l’appareil soient fermées avant 18h30, et ne peuvent être réouvertes avant 20h30. Ensuite l’appareil doit être conduit dans un endroit sombre, à l’abri
de toutes lumières.

Ce n’est qu’après inspection visuelle des services de l’agriculture constatant l’absence de vol de ver blanc dans l’environnement immédiat de l’appareil que celui-ci peut-être autorisé à prendre son envol. À 20h30, le vol MK 291 avait toutes les autorisations nécessaires pour rejoindre l’Île Maurice…

Des rumeurs "les plus folles"

À bord, malgré les explications fournies par le personnel naviguant, certains passagers ont commencé à répandre les rumeurs les plus folles. Des appels téléphoniques à une radio locale ont contribué à
souffler un vent de panique chez quelques passagers qui ont commencé à s’en prendre au personnel de bord.

Dans ces conditions, le Commandant de bord a demandé l’intervention du personnel au sol qui a dû ouvrir l’avion et tenter de donner des explications complémentaires. Malgré cela, 16 passagers ont préféré débarquer. Aucun bagage ne pouvant voyager sans son propriétaire, il a donc fallu ouvrir les soutes à bagage au moment où le personnel d’assistance au vol était déjà pris par les préparatifs de départ d’autres vols internationaux. Ce qui a engendré un nouveau retard.

Ce n’est donc qu’à 23h30 que le vol MK 291 a fini par décoller pour sa destination finale. A l’Ile Maurice, Air Mauritius a hébergé les passagers en transit et pris en charge les transferts en taxi de tous ceux qui le désiraient.

Air Mauritius et son personnel présentent toutes leurs excuses aux passagers qui ont subi les désagréments dûs à ces retards successifs. Le respect des règles législatives en vigueur associé a un concours de circonstance ont conduit à cette situation exceptionnelle indépendante de la volonté d’Air Mauritius."

Source : Infos 974.com

Air Austral modifie sa représentation dans l’océan Indien...

3449514458_9cba512809[1].jpg

A partir du 1er janvier, la représentation d’Air Austral à Maurice, Madagascar et aux Comores sera assurée par Australair filiale à 100% d’Air Mascareignes société mauricienne dont la compagnie réunionnaise détient 49% du capital.

 

Les passagers mauriciens, malgaches et comoriens d’Air Austral n’y verront que du feu, à l’exception des changements d’adresses et de téléphones. Mais dans le monde du transport aérien, c’est un vrai virage. Depuis ses origines, Air Austral était représentée à Maurice par Rogers Aviation, la plus ancienne des représentations de compagnies aériennes dans l’île Sœur.

A Madagascar et aux Comores, c’est une filiale de Rogers Ario qui représentait les intérêts d’Air Austral.

A partir du 1er janvier, à Maurice, à Madagascar et aux Comores, Australair prend le relais. En avril 2005, Ireland Blyth Limited, l’un des poids lourds de l’économie de l’île Sœur, dévoile un projet touristique. Il s’articule d’une part sur une compagnie aérienne, Catovair, qui doit mettre en ligne un Beechcraft 1900 D pouvant accueillir 19 passagers, et d’autre part, la construction d’un hôtel à Agalega.

Le biturbopropulseur est destiné à desservir cette dépendance mauricienne. Pour compléter le portefeuille d’heures de vol, Catovair envisage la desserte de Rodrigues. En août 2005, Catovair qui a reçu en mai son Beech 1900 D, obtient des autorités mauriciennes une licence de transport aérien. Elle inaugure dans la foulée cinq liaisons hebdomadaires à des tarifs 10 % inférieurs à ceux pratiqués par Air Mauritius sur Rodrigues. En décembre 2005, Catovair inaugure des Pierrefonds - Plaisance et Rodrigues avec là aussi des tarifs 10 % inférieurs à ceux pratiqués par Air Mauritius et Air Austral. L’expérience s’achève en janvier 2006.

La compagnie d’IBL se replie sur son Plaisance - Rodrigues avant de jeter le gant définitivement en mai 2007 plombé par près de 43 millions d’euros de déficit. En décembre 2007, Air Austral prend 49% du capital de Catovair rebaptisée Air Mascareignes. La compagnie envisage d’ouvrir des liaisons au départ de Maurice vers les Seychelles et l’Afrique du Sud en Boeing 737 en attendant Bangkok. Le projet restera lettre morte mais c’est à partir d’Air Mascareignes, qu’Air Austral a bâti la filiale Australair dont le capital est détenu à 100% par Air Mascareignes où l’on retrouve toujours Ireland Blyth Limited aux côtés de la compagnie réunionnaise.

Source : CLICANOO (journal de l'ile de la Réunion)

30/12/2009

La banque d'Etat brésilienne accorde un crédit à Aerolineas...

aerolineas-argentinas[1].jpg

AEROLINEAS ARGENTINAs. La banque d'Etat brésilienne BNDES a donné son accord à l'octroi d'un crédit de plus de 640 millions de dollars à la compagnie aérienne argentine pour l'achat de 20 appareils au constructeur brésilien Embraer. Ce montant représente 85 % de la valeur de ces appareils. Le premier appareil de type Embraer 190 sera livré en juillet 2010. Neuf avions en tout seront livrés en 2010 et onze en 2011. L'acquisition de ces avions s'inscrit dans le plan de rénovation de la flotte d'Aerolíneas Argentinas y Austral qui a commencé avec la livraison de 10 Boeing 737-700 sur un total de 12.

 

Source : Les Echos.fr

 

 

28/12/2009

Les avions d'Air Comet définitivement cloués au sol...

1779621-2419132[1].jpg

La compagnie aérienne espagnole s'est placée ce mardi en cessation de paiement. Elle a suspendu tous ses vols. Des milliers de clients sont bloqués à l'aéroport de Madrid tandis qu'une procédure de licenciements a été engagée pour les 700 employés de la compagnie. Le gouvernement espagnol lui a retiré sa licence de transporteur aérien.

 

 

Air Comet clouée au sol. La compagnie aérienne espagnole, en difficultés depuis plusieurs mois, a dû cesser ce mardi son activité en raison de grandes difficultés financières qui l'ont obligé à se placer en cessation de paiement. Le transporteur, spécialisé dans les liaisons avec l'Amérique latine, a suspendu tous ses vols, laissant plusieurs milliers de voyageurs à destination d'Amérique latine bloqués à l'aéroport de Madrid.

 

Dans un communiqué diffusé dans la nuit de lundi à mardi, le groupe, détenu par Gerardo Diaz Ferran qui n'est autre que le patron des patrons espagnols, annonce également avoir engagé une procédure de licenciement pour ses 700 employés.

 

Le coup de grâce est venu de la décision d'un tribunal de commerce de Londres qui a donné, vendredi, son feu vert à une procédure de saisie conservatoire par la banque allemande, Nord Bank, avec laquelle la compagnie aérienne avait un contrat de crédit-bail pour sa flotte d'avions. Selon le quotidien El Pais, cette dette d'Air Comet auprès de Nord Bank s'éleverait à 17,2 millions d'euros. L'endettement total du transporteur atteint 100 millions d'euros.

 

Dans le sillage de cette décision de justice, la secrétaire d'Etat aux Transports, Concha Gutiérrez a annoncé que la licence de transporteur aérien avait été retirée à Air Comet afin d'éviter que ces difficultés financières se transforment en "problèmes de sécurité".

 

Source : La Tribune.fr

26/12/2009

Alitalia et Etihad Airways : accord de partage de codes en vue...

alitalia460276[1].jpg

Alitalia et Etihad Airways ont officiellement annoncé vendredi 18 décembre 2009 leur intention d'opérer avec un accord de partage de codes à partir d'avril 2010, sous réserve d'approbations gouvernementales. Avec cet accord, les passagers Etihad pourront voler vers deux nouvelles destinations en Italie, Rome et Naples. Les passagers de la compagnie Alitalia au départ d'Italie pourront rejoindre Abu Dhabi en vol direct et avoir accès au réseau...

 

Source : Ouverture Voyage

24/12/2009

Action du personnel de Jet Airways à l'aéroport de Brussels...

200709jet-airways-0[1].jpg

Des membres du personnel de Jet Airways ont mené une action, mercredi matin au comptoir d'enregistrement de la compagnie aérienne indienne à l'aéroport de Bruxelles, pour protester contre la vente par Jet Airways à Flightcare de son département Airport Services.

Les treize travailleurs de ce service, qui supervise les opérations au sol de la compagnie à Brussels Airport, bénéficieront de conditions salariales et de travail moins favorables.

Les huit travailleurs qui ont participé à cette action portaient une pancarte "à vendre" autour du cou. Ils ont également distribué des tracts.
Les mêmes travailleurs s'étaient déjà mis en vente sur le site de ventes aux enchères eBay pour protester contre le fait qu'ils se sentent "vendus comme du bétail". Le plus offrant se verra offrir un repas indien.
Le conflit social semble dans l'impasse. Vendredi dernier, le personnel opérationnel de Jet Airways à l'aéroport de Bruxelles était parti en grève contre la vente d'Airport Services. Entre-temps, le personnel a repris le travail, à l'exception des huit travailleurs. 

Les directions de Jet Airways et de Flightcare ne se montrent, pour l'heure, pas disposées à parler de cette reprise qui doit devenir réalité au 1er janvier 2010.

 

Source : RTBF

22/12/2009

Air Comet suspend tous ses vols, cessation de paiement...

091222esp1[1].jpg

La compagnie aérienne espagnole Air Comet, spécialisée dans les liaisons avec l'Amérique latine, a annoncé la suspension de tous ses vols pour une durée indéterminée. Ses difficultés financières l'ont obligée à se placer en cessation de paiement.

 

La compagnie, propriété du président de l'organisation patronale espagnole CEOE, Gerardo Diaz Ferran, a engagé une procédure de licenciement pour ses 640 employés, selon un communiqué.

 

Air Comet attribue ses déboires à la décision d'un tribunal de commerce de Londres qui a donné son feu vert à une procédure de saisie conservatoire par la banque allemande Nord Bank. Le groupe avait avec elle un contrat de crédit-bail pour sa flotte d'avions.

 

Selon un syndicat de personnel de bord, Stavla, la compagnie transporte en temps normal environ 1500 passagers par jour et assure six liaisons régulières depuis Madrid vers Bogota, Buenos Aires, La Havane, Lima, Quito et Guayaquil, en Equateur.

 

Le ministère des Infrastructures et Transports a donné lundi soir un délai de 12 heures à Comet pour un plan de prise en charge alternatif pour les milliers de passagers affectés. Il a parallèlement mis en place des numéros pour informer les passagers concernés. Mais à l'aéroport de Madrid, plusieurs centaines d'entre eux ont été surpris par la suspension.

 

Beaucoup sont des travailleurs immigrés latino-américains qui comptaient regagner leur pays d'origine pour Noël. Le plus dur est devoir "appeler mon fils et lui dire qu'une entreprise a fait faillite et que je ne pourrais pas le voir", a expliqué l'un d'eux, de nationalité péruvienne, à "El Mundo".

 

Source : Romandie News

Les principales compagnies low-cost du Grand Sud...

compagnie_grand[1].jpg

Air France riposte à la concurrence des « low cost » en lançant une nouvelle grille tarifaire.

Face à l'offensive des vols low cost, Air France organise la riposte. Fin mars, la compagnie historique s'alignera sur les prix pratiqués par les lignes à bas coûts avec une refonte de sa grille tarifaire courts et moyens courriers. On pourra réserver ses billets dès le 16 janvier. Air France entre désormais de plain-pied dans une guerre des prix dont elle s'était tenue à l'écart jusqu'alors et offrira des prix inférieurs de 20 % sur sa classe « premium » (et non plus « affaires »), tout en conservant intacts et gratuits certains services.

 

Au même moment, EasyJet inaugure son premier vol Toulouse-Genève et annoncerait une nouvelle ligne avant la fin de l'année. Ryanair ouvre une douzième ligne au départ de Carcassonne et confirme son poids dans le Grand Sud.

 

Voilà dix ans que le marché low cost dynamise le trafic. À Toulouse-Blagnac par exemple, entre Easy Jet, Aer Lingus, BMI Baby, Flybe… les vols ont progressé de 15 % en un an pour représenter 18 % de la fréquentation totale. Avec ses cinq destinations, Easy Jet arrive deuxième derrière Air France. Et l'ouverture au public du Hall D dès février annonce aussi d'autres destinations alors qu'on en compte déjà trente et une. Sans aucun service gratuit à bord, avec des conditions d'enregistrement des bagages très désavantageuses, ces compagnies sont parvenues à se frayer un chemin en opposant des tarifs imbattables.

 

Mais ces mêmes compagnies, convaincues qu'elles contribuent à l'aménagement du territoire, ont introduit une politique du donnant donnant. Les organismes gestionnaires comme les CCI ont bien été obligés de verser leur écot. À Carcassonne, l'organisme consulaire reverse 3,70 € par passager, mais consolide de fait l'existence de sa plateforme aéroportuaire.

 

Sauf que le poids grandissant des low cost est mal ressenti par les élus, d'autant que s'instaure aujourd'hui une concurrence entre des aéroports régionaux dont les zones d'attrait se recoupent. Le coup de gueule du président de la région Charente opposé aux appétits financiers de Ryanair (publié ces jours-ci dans nos colonnes), donne la mesure du mécontentement.


Ryanair : la polémique enfle

Carcassonne, Tarbes-Lourdes, Pau, Bergerac, Rodez, Perpignan… Ryanair a peu à peu tissé sa toile dans le Grand Sud. L'aéroport de Carcassonne réunit à lui seul douze destinations, dont Glasgow au printemps prochain. Un record si on excepte le hub de Roissy et Orly. « Si on a des tarifs raisonnables, c'est qu'on reste liés par une longue histoire », explique la CCI. L'aéroport cathare observe de loin la polémique qui point à l'horizon. Le front du refus est parti de Michel Boutant, le président du conseil général de Charente, après que la compagnie irlandaise à bas coût lui a demandé une rallonge de 175 000 € en plus des 225 000 € prévus à l'origine pour conserver la ligne Angoulême-Londres au départ de Poitiers. « Pas question, affirme l'élu qui appelle ses confrères à monter au créneau pour ne pas céder à ce qu'il interpréterait presque comme un chantage. L'élu PS voudrait que les collectivités adoptent une position commune, rappelant au passage que Ryanair a annoncé un bénéfice de plus de 380M€ pour les six premiers mois de 2009, soit une hausse de 80 %. D'autant plus remonté, Michel Boutant qu'on contribue ainsi à faire tuer les concurrents de Ryanair avec l'argent du contribuable !

 

Air France : réservation dès janvier

Dans un contexte où le transport aérien mondial a enregistré ses pires résultats en 2009 avec une baisse du trafic passager de 3,1 %, Air France a décidé de contre-attaquer.

On pourra dès janvier réserver sur l'ensemble des vols intér

ieurs, Paris-Toulouse compris, même s'il est trop tôt pour en connaître le détail. La compagnie apporte enfin une réponse tarifaire à la concurrence.

 

« À compter du 1er avril 2010, sur son réseau moyen-courrier, Air France offrira un service qui vise à mieux répondre aux nouvelles attentes des voyageurs orientées vers plus de simplicité, de lisibilité et des tarifs plus abordables », explique la compagnie, pour rappeler aussitôt que le service rendu ne sera toutefois pas celui d'un low-cost. Il y aura toujours la presse à bord, la gratuité du premier bagage ; mais la restauration sur les vols de courte durée devrait disparaître en classe éco. Les tarifs vont donc baisser jusqu'à 20, voire 30 % sur certaines lignes avec une gamme simplifiée pour faciliter l'accès au meilleur tarif. Le prix affiché sur une même page web combine le tarif disponible le moins cher, à la fois pour l'aller et pour le retour. Les billets sont vendus en aller-retour mais les tarifs promotionnels sont désormais proposés en aller simple », explique Air France.

 

À noter que ces billets ne seront pas remboursables mais échangeables pour 50 euros.

Ainsi, l'offre « Voyageur » s'adresse à ceux qui recherchent un produit simple et peu cher, avec la gratuité d'un bagage en soute jusqu'à 23 kg. Et ceux-ci pourront en plus choisir leur siège à l'enregistrement.


Brive-Souillac cet été

Et un nouveau venu apparaît dans le ciel régional : l'aéroport Brive-Souillac dont la dénomination divise les collectivités partenaires aujourd'hui en procès. Cette plate-forme sera opérationnelle l'été prochain. Le conseil syndical doit se prononcer ces jours-ci sur l'offre d'une compagnie low-cost pour deux rotations journalières vers Paris. Ce sera ni Ryanair, ni Easyjet. Le syndicat mixte prévoit un taux de remplissage de l'ordre de 45 % dans les premiers mois, avant que l'établissement ne trouve sa vitesse de croisière avec une clientèle de Corrèze, du Lot et de Dordogne, et même de l'Aveyron, au risque de concurrencer Rodez.

 

Source : La Depêche.fr

BA et Flybe renforcent leurs vols pour compenser l'arrêt d'Eurostar...

dyn008_original_596_391_jpeg_2567601_629e05e38bea3de26283c07a4398d44f[1].jpg

Les compagnies aériennes British Airways (BA) et Flybe ont indiqué lundi avoir augmenté leurs capacités sur les lignes transmanche, pour faire face à la demande générée par la suspension du trafic d'Eurostar, tandis que les vols d'easyJet vers Paris-CDG étaient perturbés.


British Airways, qui utilise normalement des A319 et A320 pour ses liaisons entre Londres et Paris, a indiqué à l'AFP les avoir remplacés par des A321 (qui peuvent transporter 180 passagers chacun) et a de plus rajouté un Boeing 747 (plus de 340 passagers).


La compagnie britannique Flybe a également renforcé ses capacités vers la France. Elle a mis en place des appareils plus grands pour les quatre prochains jours, sur les lignes Birmingham-Paris et Southampton-Paris.


"Nous sommes fiers d'être capables de réagir quand il le faut, nous l'avions fait quant le Tunnel sous la Manche avait été fermé l'an dernier suite à un incendie et nous sommes fiers de le faire à nouveau suite aux problèmes de condensation d'Eurostar", a déclaré Mike Rutter, directeur commercial de Flybe.


En revanche, easyJet a dit subir des retards et des annulations sur ses vols vers la France, du fait de restrictions des vols à l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle imposées par les autorités de l'aviation françaises.

 

Source : Les Echos.fr

18/12/2009

Air France peine à mettre en ligne l'Airbus A 380, à nouveau en panne...

airbus-a380-air-france-3556239yessw[1].jpg
L'Airbus A 380 dont Air France a reçu un premier exemplaire le 15 novembre dernier, est toujours cloué au sol dans l'énorme hangar de maintenance de Roissy-CDG. Jeudi, le vol AF 006 Paris-New York a été annulé à nouveau pour raisons techniques. La compagnie explique qu'un problème électrique perturbe l'affichage de la position des becs et des volets qui se déploient sur les parties antérieure et postérieure de l'aile. Ces dispositifs hypersustentateurs augmentent la portance de l'aile à basse vitesse, quand l'avion décolle ou atterrit. Ils ne sont donc utilisés que lors de ces phases de vol et les pilotes doivent savoir s'ils sont sortis ou non. De tels défauts de signalisation ne sont pas rares, dépendant de mini-contacts qui peuvent être défaillants pour quelques millimètres de décalage. Vendredi matin, les services de maintenance d'Air France n'avaient pas identifié précisément l'origine de la panne mais remplaçaient l'ensemble de la pièce, quitte à la faire contrôler ensuite en laboratoire pour trouver le composant fautif. La date de remise en ligne du très gros porteur n'était pas connue, même si la compagnie a bon espoir d'assurer demain samedi le vol AF 006.


L'A 380 ne dessert actuellement que New York à raison de six vols par semaine (sauf le mercredi, consacré à la maintenance et à la formation des navigants). L'arrivée d'un deuxième appareil en janvier permettra d'assurer plus de régularité des liaisons. C'est en effet le troisième incident enregistré en quelques jours par l'A 380 aux couleurs d'Air France. Lundi soir déjà, l'AF 007 New York-Paris avait été annulé, suite à un problème de transfert de carburant entre les réservoirs. Cette fonction, outre celle d'alimenter les moteurs, permet de faire varier la position du centre de gravité de l'avion et d'améliorer ses performances. L'avion a été ramené à Paris en vol dit "ferry", c'est-à-dire sans passager, pour y être dépanné. Et depuis, il n'a pas revolé. Le premier incident était survenu cinq jours après la mise en ligne sur les États-Unis intervenue le 21 novembre : une panne de configuration de pilote automatique avait exigé un retour à New York, causant trois heures de retard.


Tous ces soucis de mise au point concernent des problèmes électriques, ce qui n'est guère étonnant. Sur l'A 380 comme sur le Boeing 787 qui vient d'effectuer son premier vol, les circuits électriques sont beaucoup plus nombreux que sur les avions de la génération précédente où régnaient les systèmes hydrauliques (et leurs fuites). Air France n'est pas la seule à connaître des soucis avec l'A 380. Un appareil de Singapore Airlines a fait demi-tour cette semaine après une panne, électrique elle aussi, des fours des cuisines. Cette compagnie à très haute qualité de service n'envisageait pas la possibilité d'un vol de douze heures sans servir de plats chauds à ses passagers... Hier à Roissy-CDG, les passagers, qui, dans l'ensemble, comprennent que des problèmes de rodage peuvent intervenir sur un nouvel avion, acceptent beaucoup moins le déficit d'information. Les 481 voyageurs du Paris-New York sont restés près de sept heures au sol à bord de l'A 380. On leur a laissé entendre que les moteurs ne démarraient pas. La communication reste un point perfectible à Air France. Puis deux heures ont été nécessaires pour récupérer leurs bagages, le fonctionnement de l'aéroport étant perturbé par la neige. Un Boeing 777 a alors été affrété, en embarquant 303 d'entre eux et décollant dans la nuit, les autres étant acheminés aujourd'hui. Ceux qui voulaient voler en A 380 devront encore attendre.
Source : Le Point

15/12/2009

Un A380 d'Air France bloqué à New York...

Un Airbus A380 d'Air France avec 511 passagers à son bord n'a pas pu décoller de New York en raison d'un "problème technique" sur un réservoir.

Le vol AF007 New York-Paris qui devait décoller à 19h10 locales lundi "a été retardé en raison d'un problème technique sur l'avion", a indiqué à l'AFP une porte-parole de la compagnie, confirmant une information de la radio RTL.

 

Il s'agit d'un "problème de transfert de carburant d'un réservoir à l'autre", a-t-elle précisé.

 

L'A380 d'Air France, qui assure régulièrement la liaison New York-Paris depuis le 23 novembre, a été déjà été contraint fin novembre de retourner se poser à New York en raison d'une panne informatique jugée "mineure".

 

Source : France Soir.fr