Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/05/2012

Les vols à bas coût font la queue au Luxembourg...

Easyjet_a319-100_g-ezbr_hundredthairbus_arp.jpg

L’aéroport régional de Metz- Nancy Lorraine accueille une nouvelle compagnie, l’espagnole Volotea. L’offre low cost à quelques coups d’ailes de Luxembourg ne cesse de croître. Un enjeu qui fait débat.

Volotea est la toute nouvelle compagnie low cost espagnole. Elle vient d’annoncer des vols à bas coût en partance de l’aéroport Metz-Nancy Lorraine (dans un premier temps vers Nantes à partir du 11 septembre), dans le créneau des vols directs entre capitales régionales. Edo Friart, le responsable pour la France de Volotea, souligne que les études de marché confirment ce business model : « Il existe une réelle demande », a-t-il expliqué à nos confrères du Républicain Lorrain.

Luxembourg, à la fois capitale européenne, nationale, régionale et, bien sûr, place financière internationale, est de plus en plus concernée et cernée par cette offre low cost. En attendant EasyJet – le 3e opérateur low cost mondial opèrera vers Londres dès fin octobre – et en observant les mouvements, notamment de Darwin Airlines qui a lancé une offre sur Genève, le modèle du ciel luxembourgeois est sur la défensive.

Une stratégie à définir

Le ministre de l’Économie et du Commerce extérieur, Étienne Schneider, a appelé tout récemment à une stratégie commune et réfléchie avec tous les acteurs pour le développement du secteur aérien. Sont directement concernés Lux Airport, la société de gestion du Findel, Luxair, Cargolux, le Cargo Center, mais aussi l’ensemble du secteur des voyages, de l’horeca, de la logistique… Les syndicats sont évidemment sur la brèche. Par rapport à EasyJet, par exemple, l’OGBL a marqué une opposition de principe. Le LCGB, en réclamant une tripartite sur le secteur, a salué l’initiative d’une stratégie globale, telle que souhaitée par le ministre.

Luxembourg est au cœur de la question, entre secteurs public et privé. L’influence de l’État reste évidente – il est actionnaire de référence des principaux gros porteurs économiques précités - mais le pays se trouve aussi face à de nouvelles réalités et à des acteurs de plus en plus incontournables, comme les Qataris qui poussent Cargolux par exemple.

Tout autour

Avec le low cost pour principale et redoutable arme (une phobie pour les opérateurs qui misent sur le service et la classe business, comme Luxair), les aéroports et les compagnies se livrent une guerre féroce, arbitrée par le consommateur bien sûr, mais aussi par les stratégies politico-économiques, des États ou des régions.

Longtemps écartées du hub luxembourgeois, les compagnies, emmenées par Ryanair, ont tourné autour. Francfort-Hahn et Charleroi sont notamment des points de chute prisés, par ailleurs desservis par des opérateurs routiers luxembourgeois – les navettes Flibco de Sales-Lentz sont un exemple flagrant.

Et, dans un vaste rayon autour de Luxembourg, que l’on couvre en deux battements d’ailes, on trouve aussi Metz-Nancy, Strasbourg, Reims, Cologne, Düsseldorf, Sarrebruck, Zweibrücken, Aix-la-Chapelle, Liège, Bruxelles…

Si le ciel peut attendre, la stratégie terre-à-terre, au départ de Luxembourg, a, incontestablement, des pistes à suivre, sans traîner.


Source : paperJam.lu

Les commentaires sont fermés.