Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/01/2011

Aer Lingus, soutenue par Ryanair continue sa grève...

aer-lingus_1006767c[1].jpg

Après une semaine de grève de son personnel de cabine, la compagnie irlandaise Aer Lingus a décidé de répondre rudement au mouvement social : elle a loué neuf appareils et leurs équipages, dont 4 à Ryanair, et espère pouvoir assurer tous ses vols.

 

Aer Lingus entend donc rester droit dans ses bottes : après avoir suspendu sans salaire une centaine de salariés grévistes, la compagnie pallie au plus pressé. Le recours à la location de neuf appareils et leurs équipages coûte cher : le chiffre de 20 000 euros par jour et par avion a été cité. Aer Lingus espère ainsi pouvoir assurer la totalité de ses vols. Elle répond ainsi sèchement aux grévistes menés par le bien-nommé syndicat Impact, qui s’opposent à la nouvelle organisation du travail mise en place par les responsables de la compagnie.
Les mouvements sociaux semblent en vogue de l’autre côté de la Manche : vendredi dernier, le personnel navigant de British Airways s’était prononcé pour de nouvelles grèves. Après avoir annoncé un mouvement pour Pâques, c'est finalement la date du mariage du prince William et de Kate Middleton, le 29 avril, qui ferait partie des "cibles" potentielles.

 

Source : Deplacements Pros



 

TWIN-JET (compagnie aérienne française) : Baisse de la fréquentation sur la ligne Périgueux-Paris-Orly...

Twin_Jet_B190_F-GLNE[1].jpg

Twin Jet et Chalair sont les deux compagnies qui ont postulé pour avoir le marché des transports aériens entre Périgueux et Paris. archives jean-christophe sounalet

«Globalement, la ligne aérienne entre Périgueux et Paris se comporte bien, sa fréquentation progresse tous les ans. » Michel Moyrand, le maire de Périgueux qui gère l'aéroport de Bassillac, reste optimiste.

 

En 2010, environ 7 000 passagers ont emprunté cette ligne qui place Périgueux à 1 h 20 de la capitale. Un chiffre relativement faible qui s'explique par trois facteurs : le volcan islandais qui a paralysé le trafic aérien européen au printemps, la neige de cet hiver et la grève des contrôleurs aériens.

« Si l'année avait été réellement complète, nous aurions atteint voire même dépassé les 8 500 passagers », souligne Michel Moyrand. Un chiffre encore loin des 10 000 voyageurs annuels nécessaires pour obtenir l'aide financière de l'État.

 

C'était aussi sans compter l'arrêt du fameux « saut de puce » entre Bergerac et Périgueux depuis le 18 octobre. Une situation « pénalisante pour Périgueux » puisqu'elle prive la ligne « de la moitié des passagers issus de Bergerac ».

 

Des tarifs élevés

 

Il faudra pourtant encore patienter plus de six mois pour voir rétablie cette liaison d'une cinquantaine de kilomètres. « Il manque un contrôleur aérien à Bergerac et nous n'avons pas trouvé de consensus pour organiser l'aller-retour, explique Michel Moyrand. Ce dispositif sera remis en place au 1er juillet avec l'arrivée d'un nouveau contrôleur aérien. » Mais pour l'instant il s'agit surtout pour le maire de Périgueux de renouveler la procédure d'obligation de service public qui s'achèvera le 31 mars. Deux compagnies ont répondu à l'appel d'offres : Twin Jet, qui officie déjà à Bassillac, et Chalair, une petite compagnie bretonne. « Nous allons les rencontrer pour négocier les conditions de transport à partir du 1er avril », précise Michel Moyrand. La décision devrait être prise dans le courant du mois de mars.

 

Pas sûr, en tout cas, que ces deux compagnies puissent proposer des vols moins onéreux. « Le coût du billet aller et retour entre Périgueux et Orly est de 505 euros, relève un nouvel habitant de Périgueux qui doit se rendre en Algérie. Le vol Orly-Alger coûte 247 euros, donc l'organisation qui m'emploie me demande de partir de Bordeaux où l'aller-retour vers Alger est au prix de 408 euros. Pensez-vous vraiment que Périgueux puisse se développer si rien n'est fait pour faciliter le transport international ? »

 

Pour Michel Moyrand, ce coût est dû à la petite taille des compagnies qui affrètent des avions de 19 places. « Ces prix restent élevés malgré la participation des collectivités », poursuit-il.

 

Participation de l'État

 

Mais les financeurs de la ligne et du fonctionnement de l'aéroport que sont la Ville de Périgueux, la Communauté d'agglomération périgourdine, le Conseil général, la Chambre de commerce, la Communauté de communes Isle-Manoire, la commune de Bassillac et l'association de chefs d'entreprises baptisée la Voie des airs attendent surtout de connaître le montant de la participation de l'État.

 

« Si elle n'est pas à la hauteur, les collectivités ne pourront plus assumer », prévient Michel Moyrand. Dans ce scénario catastrophe, les onze employés de l'aéroport se retrouveraient aussi sur le carreau.

 

Ceux-là ne peuvent que souhaiter que l'optimisme de 2010 se concrétise en 2011.

 

Source : Sud-Ouest

 

 

Le Terminal 3 de l'aéroport de Lyon St-Exupéry s'aggrandit pour répondre à la demande du Low-cost...

easyjet-lyon[1].jpg

La traditionnelle pose de la première pierre a eu lieu ce lundi sur le nouveau Terminal 3 de l’aéroport de Lyon-Saint Exupéry. Les responsables du site entendent réaménager rapidement le bâtiment existant, et y relier un "satellite d’embarquement". Objectif : accroître sa capacité pour répondre à la demande des compagnies low cost, EasyJet en tête.

 

Le bâtiment actuel du Terminal 3 avait été mis en service en 2008, pour permettre l’implantation d’une base EasyJet sur le site Lyon-Saint Exupéry. L’an dernier, le trafic low cost a augmenté de 10%. L’heure est donc à l’adaptation, pour accueillir cet afflux de passagers. Un réaménagement du bâtiment actuel permettra une mise en service rapide, dès début 2012. La première phase de construction du nouveau Terminal 3 à services simplifiés permettra de doubler la capacité d’accueil des passagers low cost, pour atteindre 3 millions de voyageurs. Un «satellite d’embarquement» de 5000 m² verra le jour, relié au bâtiment principal par une galerie sous-terraine, sous le passage des avions. Il comprendra un niveau «départ» au niveau des avions et un niveau «arrivée», semi-enterré, ainsi que deux salles d’embarquement extensibles, et 500 m² de commerces.
A l’horizon 2016, le Terminal 3 sera directement relié au Terminal 1, créant un nouvel espace commun de 15000 m², dont 4 000 m² de boutiques et services. A terme, les responsables de l'aéroport prévoient ainsi de porter la capacité globale de l'aéroport à 12.5 millions de voyageurs.

 



Source : Déplacement Pros

 

24/01/2011

Easyjet : Génève-Compostelle au mois de Mai 2011...

18826_une-easyjet[1].jpg

La compagnie britannique à bas prix easyJet va ouvrir prochainement une nouvelle ligne au départ de Genève (GVA), en Suisse, vers Saint Jacques de Compostelle (SCQ) en Espagne.

 



Les vols vers la ville galicienne débuteront dès le 15 mai 2011. Les vols auront lieu deux fois par semaine, le jeudi et le dimanche et ce jusqu’au 27 octobre 2011.

  



Au départ de Genève, les horaires sont les suivants : le jeudi, départ à 17:15 et arrivée à 19:20 ; le dimanche, départ à 13:40, arrivée à 15:45.

  



Dans l’autre sens, le jeudi, départ à 19:55 et arrivée à 22:00 ; le dimanche, départ à 16:20, arrivée à 18:25.

 



EasyJet dessert pour la première fois l'aéroport de Compostelle.


Les billets sont d’ores et déjà en vente.

 

Source : Quelle Compagnie.com

19/01/2011

EasyJet: hausse de 13,7% du nombre de passagers en Suisse...

topelement[1].jpg

EasyJet a vu le nombre de ses passagers au départ de la Suisse progresser l'an passé de 13,7% à 6,6 millions. La compagnie veut continuer sur sa lancée en 2011, tout en améliorant la qualité de ses services et sa ponctualité, qui ont fait l'objet de vives critiques.

 

La compagnie propose désormais 83 routes au départ de la Suisse, dont 19 inaugurées l'an dernier (11 depuis Bâle, sept à Genève, une à Zurich). Avec quatre avions supplémentaires, la flotte helvétique a été portée à 17 Airbus. Un nouvel appareil est annoncé pour le mois de mai à Genève ainsi que des rotations plus fréquentes.

 

La patronne d'EasyJet Carolyn McCall a insisté, mercredi à l'aéroport de Cointrin, sur l'amélioration de la qualité des services et sur une plus grande ponctualité. "Nous allons faire un grand effort pour améliorer la vie de nos clients, en les informant beaucoup mieux sur d'éventuels retards et annulations", a promis la responsable.

 

EasyJet veut atteindre le cap des 7 millions de passagers transportés au départ de la Suisse en 2011 et développer son offre dédiée aux voyages d'affaires, a indiqué Carolyn McCall.

 

Transavia pourrait ouvrir 4 nouvelles lignes au départ de MRS MP2...

F-GZHN%20-%20B737-800%20Transavia%20France%20-%20ORY%2010-07-08[1].jpg

La compagnie low cost Transavia, filiale d’Air France-KLM, pourrait ouvrir quatre nouvelles lignes vers le Maroc, la Tunisie et l’Italie au départ du terminal MP2 de Marseille (MRS).



Selon les informations du site spécialisé Le Quotidien du tourisme, il s’agirait de deux lignes vers le Maroc (Agadir (AGA) et Oujda (OUD)), d'une ligne vers la Tunisie (Djerba (DJE)), ainsi qu’une ligne vers Palerme (PMO), en Sicile.



Si ces ouvertures ne sont pas encore officielles - Transavia doit communiquer sur le sujet cette semaine - les premiers vols vers Palerme pourrait débuter le 8 avril 2011 (2 vols par semaine), les vols vers Oujda et Djerba le 14 avril 2011 (2 vols par semaine) et les vols vers Agadir le 16 avril 2011 (3 vols par semaine).



Ces quatre destinations viennent s’ajouter aux deux liaisons déjà existantes vers Monastir (MIR) et Marrakech (RAK). Sur ces 6 destinations, trois sont en réalité des lignes abandonnées par Ryanair. La compagnie irlandaise a en effet décidé de ne plus desservir Marrakech, Agadir et Palerme suite à la fermeture de sa base marseillaise.

 

Source : QuelleCompagnie.com

Air France : Marseille pour redécoller...

air-france-express-a318-510x341[1].jpg

La direction pousse pour ouvrir sa première base opérationnelle en juin. Des lignes de Ryanair seront reprises. Mais le projet nécessite l'aval des syndicats sur la rémunération.

 

Changement de statut pour l'aéroport de Marseille. En construisant en 2006 un terminal "low cost" taillé sur mesure pour Ryanair, la plate-forme phocéenne faisait acte de félonie vis-à-vis d'Air France dans le paysage aéroportuaire français. Quatre ans plus tard, Marseille est appelée à devenir le laboratoire de la stratégie de la reconquête du réseau court-courrier d'Air France, ébranlé depuis des années par la déferlante des compagnies à bas coûts et du TGV.

 

C'est en effet à Marseille-Provence - mais pas dans le terminal low-cost - que la direction a décidé de lancer en juin son projet « bases province », qui consiste, par le biais d'une baisse de coûts de 15%, à développer fortement l'offre de vols, soutenue par des prix très agressifs. "Un plan offensif" qui, pour être mené à bien, a besoin d'un accord avec les syndicats, notamment des navigants, en particulier les pilotes. Ce qui est loin d'être gagné. En effet, pour augmenter le nombre d'heures de vols travaillées sans faire dériver le volume des rémunérations (les heures supplémentaires se déclenchent à partir de soixante heures de vols par mois chez les pilotes), la direction veut modifier, sur la base du volontariat, les règles de rémunération des navigants en passant d'un système de rémunération à l'heure de vol à un système de rémunération à la journée. L'idée est de travailler plus d'heures dans la journée sur un nombre de jours plus restreint, en contrepartie d'une hausse de salaire. Un système destiné aux personnels volontaires à être basés à Marseille, Bordeaux, Toulouse et Nice, les quatre aéroports ciblés par Air France.

 

Marseille sera donc la première. Cette escale étant considérée comme "chaude" socialement tout comme Toulouse, la direction estime que si le projet est accepté, il le sera aussi sur les trois autres aéroports. En outre, l'arrêt de la base marseillaise début janvier de Ryanair donne des opportunités en termes de réseau. Air France va reprendre les meilleures lignes délaissées par la low-cost irlandaise et en ouvrir de nouvelles. Les prix seront très agressifs avec des baisses prévues du prix moyen du coupon allant de 40% à 70%. "Dans certains cas, ils seront inférieurs à ceux d'Easyjet », indique une source informée.

 

Convaincre les salariés

Alors que des syndicats estiment impossible l'ouverture de la première base avant septembre, la direction pousse pour lancer le concept en juin. "Quitte à ne lancer la commercialisation qu'un mois avant le début des opérations avec une montée progressive du programme de vol prévu", précise-t-on. A part peut-être une ligne, les destinations d'Air France ne vont pas se télescoper avec celles de sa filiale "low cost" et charter Transavia, qui a déjà annoncé un renforcement de ses activités à Marseille. Sur les lignes loisirs à forte présence des tour-opérateurs, Air France laissera Transavia. Les trois autres bases seraient lancées d'ici à mars 2012. La question de Lyon, aujourd'hui le "hub" moyen-courrier de la filiale régionale Britair, se posera forcément. Celle d'Orly aussi. Pour l'heure, le projet bases ne porterait pas préjudice à Britair ni à l'autre filiale Regional. "Leur activité sera peu ou prou la même, explique une source informée. L'objectif est en effet qu'elles conservent le même nombre d'avions et plus ou moins le même nombre d'heures d'utilisation des appareils".

 

Crainte d'une radicalisation

Mais la direction doit convaincre les syndicats et les salariés. Certains observateurs craignent une radicalisation des syndicats à l'approche des élections professionnelles en mars. Deux écoles s'affrontent pour savoir auprès de qui - des pilotes ou des personnels de cabine (PNC) -, il sera le plus compliqué d'obtenir le feu vert. Certains syndicalistes estiment que la question de "la rémunération des PNC fera capoter le projet". Une chose est sûre, sans ce projet de croissance, Air France peut faire une croix définitive sur son activité court-courrier de point-à-point. Une menace pour l'emploi.

 

Source : La Tribune

 

13/01/2011

Ryanair ouvre Paris Vatry-Porto...

B737 EI-DCZ RYANAIR[1].jpg

La compagnie irlandaise Ryanair va ouvrir une nouvelle ligne entre l’aéroport de Paris Vatry (XCR) et Porto (OPO), au Portugal. Elle va également reprendre ses rotations vers Oslo-Rygge (RYG), en Norvège.

 



Les vols vers la ville portugaise débuteront le 29 mars 2011 et seront programmés tous les mardis et samedis. Le départ de Vatry se fera à 11:20 pour une arrivée à Porto à 12:25. Dans l’autre sens, les vols sont programmés au départ de Porto à 7:50 pour une arrivée dans la Marne à 10:55.

  



Par ailleurs, Ryanair reprend cet été l’exploitation de sa ligne vers Oslo-Rygge (RYG), abandonnée en novembre 2010, faute de réservations suffisantes. Les vols reprendront dès le 30 mars 2011.

 



Ryanair espère faire voyager 90.000 passagers depuis l’aéroport de Vatry, situé à 140 km à l’est de Paris.


Les billets ne sont pas encore en vente sur le site de Ryanair.

 

Air Arabia multiplie ses lignes au départ de Montpellier Méditerranée...

 

airarabia_av[1].jpgAprès Casablanca et Fès, avant Marrakech, la compagnie ouvrira Tanger, Nador et Oujda Il n'y a pas de hasard.   Mardi, Ryanair recadrait son aventure marseillaise, ses quatre avions retirés et, avec eux, certains vols au rang desquels Marrakech, Tanger, Nador ou Agadir. Hier, dans un salon de l'aéroport de Fréjorgues, sa rivale low cost Air Arabia dévoilait trois dessertes nouvelles au départ de Montpellier, Nador, Oujda, Tanger, assurées à partir du 27 mars. Et ce « n'est assurément pas la fin, jugeait son directeur général, Rohit Ramachandran, de l'expansion de notre compagnie à Montpellier ».



La relation entre la plateforme héraultaise et ce transporteur est en effet aussi récente qu'elle est intense. En moins d'un an - le vol inaugural vers Casablanca date du 28 février

À compter de fin mars, il y en aura deux de plus, directs, en direction d'Oujda, à la frontière algérienne (le mardi), et de Fez (le jeudi) et deux des quatre vols à destination de Casablanca feront une escale à Nador (le samedi) et Tanger (le dimanche).



À l'évidence, Air Arabia bénéficie du vide laissé par Ryanair. Mais elle surfe aussi sur le succès des deux premières ouvertures, se satisfaisaient à la fois le patron de l'aéroport, Cyril Reboul, et Rohit Ramachandran, hier. « Nous avons transporté 50 000 passagers, signifia celui-ci, avec un taux de remplissage moyen de 81 %. » L'entreprise bénéficie d'une communauté d'origine marocaine forte de quelque 40 000 personnes en Languedoc, mais pas seulement : « Cette population représente effectivement la moitié de notre clientèle, analysait Rohit Ramachandran, cependant surpris de constater qu'un grand nombre des voyageurs font du tourisme, sont étudiants ou hommes d'affaires. C'est une clientèle très hétérogène, avec des flux dans les deux sens. »



Avec Oujda, Nador et Tanger, il parie sur la même mixité, « davantage de tourisme » pour les unes, « plus de déplacements professionnels pour Tanger et son port ». En attendant Marrakech, promet-il, espérée « l'hiver prochain ou à l'été 2012 », plus tard Agadir. « Ces destinations sont bien desservies aujourd'hui, nous devons y trouver notre place et renforcer, d'abord, nos positions sur d'autres villes. »


À Montpellier, on se frotte bien entendu les mains. L'ambition d'Air Arabia Maroc colle à plein avec la stratégie présentée par Cyril Reboul en décembre dernier à son conseil de surveillance : croissance des liaisons touristiques entre Nord et Sud, mais recherche de lignes nouvelles pouvant favoriser le développement économique de la région.  

 

Source : Midi-Libre

10/01/2011

Ryanair : Bye Bye Marseille-Provence...

2410813-3378570[1].jpg

 La compagnie irlandaise fermera sa seule base française, à Marseille. Conséquence : les vols Marseille-Brest, ou encore Lille et Paris n'existeront plus, et plus d'un millier d'emplois est menacé.

À partir de lundi soir, «ce qui va changer, c'est qu'il n'y aura plus d'avions Ryanair sur le tarmac de Marseille», lance-t-on à la direction de la communication de l'aéroport. C'est-à-dire qu'il n'y aura plus les quatre avions bleus et jaunes qui dormaient dans les emplacements de stationnement prévus pour Ryanair.

Ce qui va aussi changer, c'est que plusieurs destinations ne seront plus assurées, comme les lignes reliant Marseille à des destinations françaises, comme Brest, Lille, Nantes, Paris, Tours.

Enfin, la vie de plus d'un millier d'employés va changer. Selon le patronat local, cette fermeture est une menace pour plus d'un millier d'emplois directs ou indirects. Chez Ryanair, on explique que les pilotes et autres personnels de Ryanair stationnés à Marseille, soit environ 200 personnes, ont été mutés sur d'autres bases, en Italie, en Espagne ou en Lituanie.

L'entreprise, dont l'image en termes de qualité et de services est ternie, avance qu'il n'y a «pas eu de licenciement». Toutefois, «certains», ont quitté l'entreprise, refusant «les propositions (de changer de pays, NDLR) de Ryanair». La compagnie n'a pas donné de détails chiffrés sur ces départs.

 

Coup dur pour Marseille

 

Au cours de l'année, la compagnie low cost a fait partir 1,4 million de pasagers depuis cet aéroport sur les 7,3 qui y transitent. «Ryanair qui dessert 30 destinations depuis Marseille est notre deuxième client après Air France», souligne-t-on à l'aéroport de Marseille.

Pour février et mars, Julien Boullay, directeur de la communication de l'aéroport, évoque une perte de passagers de l'ordre de 50.000 par mois. Annuellement, la perte devrait être proche des 750.000 passagers, avance-t-il.

Par ailleurs, Ryanair, c'est «550 millions d'euros de retombées économiques», estimé Maurice Wolff, vice-président de l'Union pour les entreprises des Bouches-du-Rhône. Il y a «un impact sur l'économie touristique ainsi que les commerces mais aussi sur les entreprises sous-traitantes au sein de l'aéroport», précise-t-il, plaidant «pour une reconstruction de cette offre low-cost» à Marseille.

 

Ryanair se venge de sa mise en examen

 

Ryanair a décidé de quitter Marseille après avoir été mise en examen fin septembre 2010 pour «travail dissimulé», dans le cadre d'une information judiciaire ouverte à Aix-en-Provence. La justice française lui reproche d'avoir déclaré en Irlande 120 salariés travaillant à Marseille.

«Quand on a une activité régulière en France, on doit être soumis à la réglementation française», martèle de son côté Roland Rappaport, avocat d'un syndicat de pilotes engagé dans la procédure contre Ryanair.

La mise en examen porte également sur le prêt illicite de main d'oeuvre, l'emploi illicite de personnel navigant, l'entrave au fonctionnement du comité d'entreprise, aux fonctions de délégué du personnel ainsi qu'à l'exercice du droit syndical et au fonctionnement du CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail), indique-cette source.

 

Source : Le Figaro

 

12:10 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (0)

L'aéroport de Rodez repart à la hausse !!!

2008_CRJ_Air_France_1[1].jpg

En 2010, la plateforme ruthénoise a accueilli près de 141 000 passagers. Soit une progression de l'ordre de 5 % Après une année 2009   particulièrement morose, le trafic passagers de la plateforme aéroportuaire aveyronnaise est reparti à la hausse en 2010.



Avec 140 848 passagers, le trafic de l'aéroport de Rodez-Marcillac a progressé d'environ 5 %. Ce qui est plutôt encourageant dans un contexte toujours tendu de sortie de crise. En 2009, la part des vols nationaux et celle des vols internationaux étaient parfaitement identiques. L'an passé, le trafic des vols internationaux (75 600 passagers) a pris assez nettement le dessus sur le trafic intérieur (65 300 passagers). L'aéroport a notamment bénéficié de l'ouverture d'une nouvelle ligne Ryanair à bas prix

entre Rodez et Porto, même si la période de lancement, fin octobre, n'était pas forcément la meilleure.


Avec près de 141 000 passagers, l'aéroport aveyronnais a donc repris un peu de poil de la bête et s'est offert une petite bouffée d'oxygène, alors qu'un vaste programme de modernisation et d'agrandissement des installations est en cours de réalisation.



Mais le trafic reste encore inférieur aux résultats de la période 2004-2008, avec un pic de fréquentation de 160 000 passagers atteint en 2006. Et l'on est loin des 300 000 passagers que la capacité de la nouvelle aérogare va prochainement offrir. Les travaux ayant pris quelques retards, cette nouvelle aérogare accueillera ses premiers passagers, selon toute vraisemblance, après le 15 février.



D'ici là, les trois partenaires historiques du syndicat mixte, à savoir le conseil général de l'Aveyron, la chambre de commerce et d'industrie et la communauté d'agglomération du Grand Rodez (sujette à de fortes turbulences ces derniers jours...) vont officialiser leur nouvelle participation. Répondant aux souhaits de la CCI et de l'Agglo de prendre un peu de recul en raison de la charge financière (environ trois millions d'euros), le Département va prendre seul les commandes du syndicat mixte, dont il va devenir majoritaire à hauteur de 75 %. À plusieurs reprises (notre édition du 17 décembre notamment), Jean-Claude Luche a dit toute l'importance de l'aéroport pour le développement économique du département. Reste désormais à explorer de nouvelles pistes pour améliorer son attractivité. Tout le monde en convient. Cela passera, entre autres, par une meilleure politique de tarification sur la ligne Rodez-Paris.  

 

Joel BORN

 

Source : Midi Libre

 

06/01/2011

XL Airways lance une ligne Paris (CDG)-Varadero (Cuba)...

xl airways[1].jpg

La compagnie aérienne XL Airways a lancé sa route entre Paris – CDG et Varadero à Cuba, à raison d’un vol par semaine jusqu’au mois d’avril 2011.

 

Proposée à partir de 525 euros l’aller-retour, la liaison entre Paris et Cuba est opérée par XL Airways tous les mercredis, avec départ du terminal 2A de Roissy à 8h55 pour une arrivée à Varadero à 15h35. Le vol retour quitte l’aéroport Juan Gualberto Gomez le même jour à 17h35, pour atterrir le lendemain à Paris à 8h20. Les vols sont effectués à bord d’un Airbus A330-200 offrant 364 sièges en deux classes.

 

XL Airways est toute seule à opérer sur cette ligne, alors que Cuba est reliée à la France neuf fois par semaine par Air France et deux fois par Cubana de Aviacion, à chaque fois en direction de la capitale La Havane. La low cost Jetairfly vol également vers Varadero au départ de Bruxelles, de même que Edelweiss Air depuis Zurich, Condor depuis Francfort ou Air Berlin depuis trois villes allemandes selon les saisons. Mais l »aéroport est surtout relié au Canada par les compagnies Air Canada, Air Transat, WestJet, Sunwing Airlines ou autres CanJet.

Asiana Airlines passe commande de 6 Airbus A380...

img_00039[1].jpg

Asiana Airlines, une compagnie aérienne basée en Corée du Sud, a signé un contrat portant sur la commande ferme de six A380 à Airbus, filiale du groupe européen EADS.

 

Ces A380, qui représentent un investissement de quelque 1,78 milliard de dollars (1,35 milliard d'euros), sont livrables entre 2014 et 2017, a annoncé la compagnie dans un communiqué diffusé à la Bourse de Séoul.

 

 

La compagnie prévoit de mettre en service ces appareils dotés d'un aménagement haut de gamme, sur des lignes majeures à destination de l'Europe et des Etats-Unis, a précisé de son côté Airbus dans un communiqué.

 

 

Asiana Airlines, qui est un nouveau client du très gros porteur d'Airbus, annoncera son choix de motorisation pour sa flotte A380 très prochainement.

 

 

Doté d'une autonomie de 15.300 kilomètres, et pouvant accueillir 525 passagers dans un aménagement tri-classe standard, l'A380 permet de relier sans escale Séoul et l'Europe ou les Etats-Unis.

 

 

L'A380 totalise désormais 240 commandes fermes émanant de 18 clients du monde entier.

 

 

Jean-Michel Bélot, édité par Benoît Van Overstraeten

 

Source : REUTERS

04/01/2011

Easyjet a signé un contrat d'acquisition avec Airbus...

easyjetcom-uk-a320-200-f-wwbo-g-eztb00tko-tls-ydlr[1].jpg 

(AOF) - Airbus a annoncé qu'easyJet avait signé un contrat portant sur l'acquisition de 15 A320 supplémentaires, ainsi que sur la conversion d'une commande existante de 20 A319 d'Airbus en A320 de plus grande capacité. « Cet accord s'inscrit dans un carnet de commandes qui totalise désormais 242 monocouloirs Airbus, faisant ainsi d'easyJet l'un des principaux clients dans le monde pour ce type d'appareil », a expliqué la principale division d'Airbus.

12:37 Publié dans Easyjet | Lien permanent | Commentaires (0)

03/01/2011

Wizzair lance de nouvelles routes à partir du Printemps 2011...

HA-LPK%20-%20A320%20Wizzair%20-%20WAW%2020-09-07b[1].jpg

La compagnie aérienne low cost Wizz Air a annoncé en une semaine le lancement de onze nouvelles routes, essentiellement entre l’Europe centrale et de l’est et les pays du sud.

 

A compter du 27 mars 2011, la compagnie à bas coûts hongroise lancera deux nouvelles routes reliant Poznan à Barcelone et Brno à Rome (deux vols par semaine chaque), ainsi qu’une nouvelle liaison entre Bucarest et Bari (trois vols hebdomadaires).

 

Le lendemain verra l’inauguration de trois routes au départ de Gdansk en Pologne, vers Göteborg en Suède (2 vols par semaine), Stavanger en Norvège (3 vols) et Aarhus au Danemark (2 vols). La liaison lancée le même jour entre Bruxelles – Charleroi et Belgrade sera opérée deux fois par semaine, tout comme celle entre Bucarest et Alicante, la route reliant Londres – Luton à Targu Mures en Roumanie recevant trois vols hebdomadaires.

 

Une ligne Belgrade – Göteborg sera inaugurée le 3 avril et opérée deux fois par semaine, à l’instar de celle reliant Cluj en Roumanie à Larnaca (Chypre), lancée elle le 4 juin 2011.

 

Avec une flotte de 34 Airbus A320 qu’elle espère porter à 132 appareils d’ici cinq ans, Wizz Air dessert 169 routes, dont neuf au départ de Paris – Beauvais et sept depuis Charleroi.

 

Source : Air Journal

Pregression de l'activité Charter chez SAS Scandinavian...

7310[1].jpg

La compagnie aérienne scandinave SAS a connu une hausse de 19,8% de son activité charter en 2010.


Elle est devenue la 9ème compagnie au monde sur ce marché alors qu'elle n'était qu'en 15ème position en 2008. Elle est l'une des rares compagnies à avoir vu son trafic progresser sur ce marché en 2009 avec la compagnie tchèque Travel Service (+14,4%), Air Mediterranée (+2,4%) et Air Transat (+0,6%).


Le Tour-opérateur allemand TUI qui opère les compagnies TUI airlines, Thomson Airways en Angleterre, TUIfly en Allemagne, Jetairflair en Belgique, Arkefly en Hollande, Corsair en France, Jet4you au Maroc et TUIfly Nordic reste le leader du marché charter avec 22,115 millions de passagers devant Thomas Cook (10,852 millions de passagers), Air Berlin, AIr Transat, Transavia, Monarch Airline, Travel Service Airlines et Transaero.

 

01/01/2011

Happy New Year 2011 !!!!!

avion-ciel[1].jpg

Bonne et Heureuse Année 2011 à tous...

 

Merci d'être si fidèle au blog...2011 sera encore plus riche en informations... All the best for everyone... !!!! :)