Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/11/2010

Easyjet veut séduire à nouveau ses passagers affaires...

airbus_100[1].jpg

La compagnie aérienne low-cost EasyJet veut renforcer sa présence auprès de la catégorie des hommes d'affaires, qui représentent seulement 18 % de ses ventes aujourd'hui. Annonçant hier qu'elle avait triplé ses profits pour l'exercice clos en septembre et qu'elle paierait son premier dividende en 2012, EasyJet a ainsi révélé une nouvelle politique tarifaire. Contre un prix plus élevé, il sera possible de changer son billet jusqu'à deux heures avant le départ du vol, d'embarquer plus rapidement que les touristes classiques et de prendre un bagage supplémentaire en cabine. Les compagnies aériennes traditionnelles, qui gagnent beaucoup d'argent sur la catégorie business, pourraient donc devoir contrer cette attaque sur leur terrain.

 

 

Faisant partie des rares compagnies à rester profitables l'an dernier, EasyJet a profité du rebond généralisé du secteur pour à peu près tripler ses résultats avant impôts, à 154 millions de livres. Si le volcan islandais, notamment, lui a coûté près de 100 millions, les frais de carburants se sont repliés de 123 millions de livres. Le nombre de passagers ayant grimpé de 7,9 %, à 48,8 millions, EasyJet a augmenté ses revenus de 11,5 %, à près de 3 milliards.

 

La compagnie fondée il y a 15 ans par Stelios Haji-Ioannou et présidée par Carolyn McCall en a profité pour annoncer que ses finances lui permettaient de verser son premier dividende en 2012, au titre de l'exercice clos en septembre l'an prochain. Celui-ci sera fixé à un cinquième du résultat par actions. Par ailleurs EasyJet compte augmenter sa flotte d'avions de 24 appareils d'ici 2013, portant le total de sa flotte à 220.

 

Ces chiffres n'ont pas impressionné la Bourse, qui sanctionnait le titre de la compagnie de près de 4 % hier après-midi à Londres. Il est possible que les résultats aient été déjà pris en compte dans les cours et que la hausse des coûts récurrents -de 2,2 % -par passager ait déçu. Certains analystes comme ceux de Numis soulignent également que bien que les perspectives de croissance d'EasyJet soient bonnes, le bras de fer entre la compagnie et son fondateur continue à peser sur les comptes.

 

Celui-ci, qui est resté principal actionnaire bien qu'il ait accepté de quitter la direction de la compagnie, a estimé que le dividende allait dans la bonne direction mais n'était pas suffisant. Il souhaiterait qu'il représente la moitié des bénéfices.

 

EasyJet et « Sir Stelios » viennent de solder une dispute de plus de deux ans en trouvant un accord qui va permettre à ce dernier de monétiser à prix d'or la marque dont il reste propriétaire. EasyJet va lui verser 0,25 % de ses revenus pendant au moins dix ans, afin d'avoir toute latitude pour se développer dans les services associés au transport aérien (hôtellerie, location de voiture, assurance-voyages…).

NICOLAS MADELAINE, CORRESPONDANT A LONDRES

Source : Les Echos

 

15:46 Publié dans Easyjet | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.