Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/03/2010

La compagnie Transavia s'ouvre à la Province...

transavia_aircraft[1].jpg

Après Paris, Transavia s'installe à Nantes et à Lyon. La compagnie low cost, propriété à 60 % d'Air France et à 40 % de Transavia Hollande, poursuit son expansion en France, avec un modèle économique très particulier: elle se partage en effet entre la vente directe et la vente de lots de billets inclus dans les packages des tour-opérateurs. Ainsi, 55 % des sièges sont vendus en direct, essentiellement sur son site Internet, et 45 % par les tour-opérateurs.

 

Un modèle qui lui permet de lancer de nouvelles destinations, car, dans cette configuration, «les risques sont partagés», explique Noël Guérin, le PDG. Pour l'été prochain, cette compagnie qui exploite déjà sept avions basera un huitième 737.800 à Nantes, ce qui lui permettra de desservir Djerba, Heraklion, Marrakech, Monastir, Palma, Porto et Funchal. À Lyon, les ambitions sont plus modestes, avec Djerba, Héraklion et Monastir. Mais c'est à Paris que Transavia poursuit son expansion, sans jamais marcher sur les plates-bandes de sa maison mère.

 

Avec un coût au siège (SKO) de 5 cents sur des distances de 1.500 km, elle peut se concentrer sur le trafic loisirs, où le prix des billets doit toujours être le plus bas possible. Et ouvrir de nouvelles destinations, comme Fès au Maroc où Funchal au Portugal. Avec des avions qui volent près de 14 heures par jour, elle atteint désormais un niveau record de productivité. Sur les 11 derniers mois, il lui a suffi d'augmenter de 2 % le nombre de ses vols pour voir le nombre de passagers transportés s'accroître de 11 %. Cette compagnie qui emploie 260 personnes l'hiver passera à 400 salariés pour la saison d'été, avec, selon le modèle low cost, un appel important à la sous-traitance, que ce soit pour l'enregistrement, les bagages ou le catering.

 

Sur la plupart des routes qu'elle exploite, Transavia est en concurrence directe avec d'autres low cost ou avec des compagnies régulières, mais elle réussit à grignoter chaque année des parts de marché. Le fait de proposer des tarifs «tout compris» même pour les bagages semble avoir la faveur de ses clients, qui lui accordent un très bon indice de satisfaction. Après avoir clôturé l'exercice dernier avec une perte de 16 millions d'euros, elle devrait terminer le mois prochain avec un budget quasiment à l'équilibre. Le PDG lance cependant un cri d'alerte sur les différences en matière de taxes et de redevances sociales par rapport à ses concurrents exploitant en France mais «basés» dans d'autres pays d'Europe. Une différence qui coûte à Transavia 6 % de rentabilité.

 

Source : Le figaro

19:46 Publié dans Transavia | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.