Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/12/2009

Northwest Airlines : Tentative d’acte terroriste" à bord d’un avion...

a3303ntw[1].jpg

Un Nigérian affirmant appartenir à Al-Qaida a tenté, vendredi 25 décembre, de déclencher un engin explosif ou incendiaire à bord d'un avion de ligne de la compagnie Northwest Airlines qui amorçait un atterrissage sur Detroit, dans le Michigan.

 

Selon des témoins, cités dans la presse américaine, le jeune homme n'est parvenu qu'à s'infliger de sévères brûlures aux jambes avant d'être maîtrisé par des passagers et des membres d'équipage qui l'ont remis aux autorités après que l'avion s'est posé sans encombre, un peu avant 13 heures.

 

Le vol 253 de Northwest Airlines était parti du Nigeria et avait fait escale à Amsterdam (Pays-Bas). Environ vingt minutes avant l'atterrissage, des passagers ont entendu des bruits sourds, similaires à "un pétard dans une taie d'oreiller", a raconté, Peter Smith, l'un des 278 passagers à bord de l'Airbus A330. Plusieurs témoins ont ensuite vu une lueur et de la fumée. Un passager aurait sauté par-dessus les rangées de sièges pour tenter de maîtriser l'homme à l'origine de l'explosion ratée. Selon Syed Jafri, un autre passager, qui a aussi vu "un jeune homme" sauter sur le suspect, il y a eu un mouvement de "panique" à l'intérieur de l'appareil.

 

Après avoir été maîtrisé avec l'aide de membres de l'équipage au terme d'une brève lutte, le Nigérian a été amené à l'avant de l'avion, où Melinda Denis, une passagère, a constaté que ses jambes étaient brûlées. Selon son témoignage, il était "très calme et ne montrait aucune réaction à la douleur". Une fois l'appareil posé, il aurait été emmené à l'extérieur menotté sur une civière. Des images télévisées ont montré l'appareil en bout de piste, entouré de voitures de police et d'ambulances, tandis qu'un agent de déminage en tenue de protection inspectait l'intérieur.

 

Le suspect se nommerait Umar Farouk Abdul Muttalab (ou Abdul Farouk Abdulmutallab). Il aurait prétendu agir sur instruction d'Al-Qaida. Il était soigné, vendredi soir, dans un hôpital de Detroit (deux passagers auraient également été légèrement blessés). Selon ABC News, il est âgé de 23 ans et étudiait à la University College de Londres. Son visa indiquait qu'il voyageait aux Etats-Unis pour un séminaire religieux. La chaîne rapporte que son nom apparaissait sur une base de données du renseignement américain mais ne figurait pas sur la "no fly list", la liste des personnes auxquelles il est interdit de prendre l'avion.

 

Le jeune homme avait fixé de la poudre explosive sur ses jambes et aurait tenté de la faire détoner en injectant des produits chimiques au moyen d'une seringue. Il aurait aussi déclaré avoir reçu l'engin explosif et des instructions au Yémen, mais ses affirmations, jugées suspectes par les enquêteurs, n'avaient pas été vérifiées.

 

"Nous nous efforçons de déterminer exactement ce qu'il avait en sa possession et ce qu'il pensait faire, mais nous avons le sentiment qu'il cherchait à causer des ravages", a déclaré au New York Times un haut responsable. "Au fur et à mesure que l'enquête progressera, nous devrions être capables de déterminer s'il avait les moyens de réaliser son plan", a-t-il ajouté.

 

Le président Obama, qui passe les fêtes de fin d'année à Hawaï avec sa famille et une poignée d'amis, a été tenu informé de l'incident. Les mesures de sécurité devaient être resserrées de manière différente selon les aéroports mais le niveau officiel d'alerte terroriste (orange) n'a pas été augmenté pour les vols intérieurs et internationaux.

 

L'incident a rappelé la tentative d'attentat de Richard Reid, un Britannique qui avait tenté, fin décembre 2001, de faire exploser, à bord d'un vol Paris-Miami, une bombe dissimulée dans sa chaussure. Depuis cette tentative d'attentat, la plupart des passagers doivent retirer leurs chaussures pour les faire contrôler avant d'embarquer à bord d'un avion.

 

Si elle est confirmée, cette tentative d'attentat fait aussi suite à un complot déjoué par les autorités britanniques à l'été 2006 et qui visait à faire exploser plusieurs appareils à l'aide d'explosifs liquides. La découverte avait conduit les compagnies aériennes à limiter strictement les quantités de liquides transportées dans les bagages à main. Les Etats-Unis ont demandé "aux compagnies aériennes des mesures de sécurité supplémentaires", ont indiqué samedi 26 décembre, les autorités néerlandaises. "Elles s'appliquent dans le monde entier à tous les vols vers les Etats-Unis pour une durée indéterminée", ont-elles ajouté.

 

Source : Le Monde.fr

Les commentaires sont fermés.