Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/12/2009

Saint-Exupéry : easyJet va fêter ses trois millions de passagers...

easyjet_A320[1].jpg

La compagnie low-cost qui a ouvert une base à Lyon, depuis avril 2008, propose trois nouvelles destinations. Elle assure désormais près de   15 % de l'offre de Saint-Exupéry.

 

 

Venu inaugurer à Lyon l'arrivée d'un troisième Airbus A 319 de 156 sièges sur sa base lyonnaise de Saint-Exupéry et deux nouvelles destinations, François Bacchetta, directeur France d'easyJet évoque la marche en avant de sa compagnie certes avec une grande satisfaction mais aussi une tranquille assurance.

 

Cette réussite à Lyon semble logique, évidente. Sous-entendu, la recette d'easyJet ne pouvait être que couronnée de succès sur un aéroport où les vols low-cost ne représentaient que 6 % du trafic en 2007, et qu'ils atteignent 18 % aujourd'hui ainsi que le souligne Philippe Bernand, le directeur général d'Aéroports de Lyon. A elle seule, la compagnie britannique easyJet réalise près de 15 % du trafic global de Saint-Exupéry.

 

« Nous offrons désormais vingt routes depuis Lyon. Après le vol vers Nantes depuis le 2 novembre, nous ajoutons ceux vers Edimbourg et Bruxelles. Et je peux vous dire qu'ils marchent très bien. Les Ecossais se sont notamment rué pour réserver et aller vers les stations de ski ».

 

La compagnie qui, avant de créer sa base lyonnaise, génératrice de la création d'une centaine d'emplois en avril 2008, avait ouvert dès décembre 1999 une liaison avec Londres. Celle qui se présente comme la deuxième compagnie par son nombre de passagers à Lyon après Air France, fêtera bientôt ses trois millions de passagers à Saint-Exupéry. « Nous comptons bien poursuivre notre croissance à deux chiffres », avance, confiant, François Bacchetta qui précise « que la clientèle d'affaires représente 21 % des voyageurs d'easyJet à Lyon et prévoit dans le futur l'ouverture d'autres lignes » sans écarter l'affectation d'un quatrième appareil pour les assurer.

 

« La raison de ce succès tient dans les prix plus bas que ceux de nos concurrents traditionnels », explique le directeur France d'easyJet insistant simultanément sur la qualité et la sécurité de son offre : « Notre flotte est la plus jeune existante, nos avions ont trois ans et demi de moyenne d'âge et nous les renouvelons tous les 6 à 7 ans. Cette flotte récente consomme moins qu'une plus ancienne et occasionne moins de frais de maintenance. » Autres clefs du succès révélées : l'homogénéité des avions, presque tous des Airbus A 319, ce qui limite les stocks de pièces détachées et les formations des équipages mais surtout l'absence de correspondances avec de vols de point à point, sans fret, ce qui réduit le temps d'escale à 20 à 25 minutes : « Nos avions peuvent ainsi faire chaque jour une rotation supplémentaire mais les équipages changent bien sûr ».

 

Les prix peuvent être bas certes mais pas toujours autant que les 25 euros l'aller simple vantés par les publicités. Ces tarifs existent mais pour les obtenir, il faut se décider très tôt. Le jeu de l'offre et la demande joue à plein. François Bacchetta chiffre le prix moyen aller-retour sur un vol au départ de Lyon à environ 150 euros.

 

Attaquée sur certaines de ses dessertes, Air France qui défend les services inclus dans ses propres prix, riposte aussi de manière frontale. Elle communiquait ainsi récemment sur un « Lyon-Bruxelles », ce n'est pas un hasard, à partir de 99 euros aller-retour. Et sa filiale charter mais aussi low-cost Transavia met un pied à Saint-Exupéry au printemps.

 

Source : Le Progès.fr

Les commentaires sont fermés.