Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/10/2009

LH conclue une baisse sur les 9 derniers mois de l'année 2009...

Lufthansa.d-avrl.rj85.750pix[1].jpg

Le groupe Lufthansa réalise un bénéfice opérationnel de 226 millions d’euros au cours des neuf premiers mois de l’année.

Durant les neuf premiers mois de l'année, Deutsche Lufthansa AG a atteint un résultat opérationnel de 226 millions d'euros. Ce montant inclut pour la première fois les résultats d’Austrian Airlines et de bmi pour un total 28 millions d’euros. Le résultat du groupe reste ainsi nettement en dessous du niveau de l’an dernier à l'issue du troisième trimestre. Les causes de cette baisse sont essentiellement une demande plus faible en raison de la conjoncture économique et financière ainsi qu’un recul en proportion plus élevé des recettes moyennes dans le secteur du transport des passagers. En raison de la crise, les produits du segment des voyages d’affaires sont également en perte de vitesse. La situation économique a par ailleurs renforcé la sensibilité des clients vis-à-vis des prix quelle que soit la classe. "Nous profitons aujourd’hui de notre capacité à avoir identifié à temps les turbulences, en nous reposant sur une base solide et des produits attrayants, et à avoir bien attaché notre ceinture. Nous ne pouvons toutefois pas nous satisfaire du résultat atteint jusqu’ici, nous devons redoubler d’efforts et nous concentrer sur la garantie du résultat", a déclaré Wolfgang Mayrhuber, Président du conseil d'administration de Deutsche Lufthansa AG, à l'occasion de la présentation des résultats du troisième trimestre.

Source : Quotidien du tourisme

28 Octobre 2009

Senegal Airlines remplacera Air Senegal International...

Air_Senegal_International_B737_6V-AHU[1].jpg

Senegal Airlines, devrait remplacer début 2010 Air Sénégal International, propriété de l'Etat du Sénégal et de la Royal Air Maroc (RAM).

"Le gouvernement du Sénégal a décidé de former une nouvelle compagnie nationale qui va remplir le vide laissé par la liquidation d'Air Sénégal International", a annoncé, dans un communiqué, le ministère des Transports aériens dirigé par le fils du président Abdoulaye Wade, Karim Wade. "La nouvelle compagnie va officiellement opérer sous le nom de Senegal Airlines et sera basée à Dakar. Ses opérations doivent commencer début 2010 et
la compagnie gérera par la suite une nouvelle flotte d'avions à destination de l'Afrique et de l'Europe", ajoute le ministère. La nouvelle compagnie, privée, membre d'une holding appelée Groupe Air Sénégal (Gas) assurera des vols intérieurs par le biais d'une filiale, selon le ministère.

Source : Quotidien du tourisme

30 Octobre 2009

29/10/2009

Ryanair : gros buzzz pour Bordeaux...

aereo_ryanair[1].jpg
Ryanair, la compagnie préférée du monde entier, a annoncé aujourd’hui (29octobre) qu’elle allait ouvrir quatre nouvelles liaisons au départ et à destination de Bordeaux, à partir du 17décembre 2009, offrant enfin aux clients et visiteurs se rendant dans la région de Bordeaux les avantages de la concurrence et du choix.
 
Les quatre nouvelles liaisons au départ de Bologne, Bruxelles (Charleroi), Edimbourg et Porto et à destination de Bordeaux permettront de transporter plus de 200 000 passagers par an et assureront 200 nouveaux emplois dans la région.
 
Ryanair célèbre ses quatre nouvelles liaisons vers Bordeaux et leurs 200,000 nouveaux passagers par an en proposant 1 million de billets à 15 € pour voyager sur son réseau européen en novembre et en décembre.
 
Ken O’Toole de Ryanair a déclaré :
 
“La compagnie Ryanair est heureuse d’ offrir enfin aux clients des tarifs vraiment bas, la concurrence et le choix. Ces quatre nouvelles liaisons au départ de Bologne, Bruxelles (Charleroi), Edimbourg et Porto font que pour la première fois, les Bordelais peuvent profiter des tarifs les plus bas garantis par Ryanair, et garantis sans surtaxes carburant, pour leurs voyages à travers toute l’Europe, à partir du mois de décembre prochain.
 
“Le partenariat entre Ryanair et Bordeaux créera un afflux de nouveaux touristes et visiteurs vers la région et nous nous attendons à transporter 200 000 passagers au cours de la première année, ce qui devrait permettre de créer 200 nouveaux emplois dans l’économie locale autour de Bordeaux.
Liaison
Ouverture
Fréquence
Bologne
Mar 10
4
Bruxelles (Char)
Déc. 09
3
Edimbourg
Mar 10
4
 Porto
Mar 10
3
 
Jeudi 29 Octobre 2009
 

13:37 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (1)

27/10/2009

Air France pourrait à l'avenir faire payer les bagages en soute...

air-france-greve-lg[1].jpg

La compagnie cherche à réaliser des économies. Les voyageurs pourraient bientôt devoir payer l’enregistrement des bagages en soute ainsi que les plateaux repas.

Air France aurait en préparation un vaste plan d’économie qui risque de faire grincer les dents. Avec une chute de 20,5% de son chiffre d’affaires au premier trimestre de l’exercice 2009-2010, la compagnie cherche à réaliser des économies et augmenter ses revenus. Selon le Journal du dimanche (JDD) parue le 25 octobre, un comité stratégique s’est réuni vendredi pour analyser le dernier volet du plan d’économies. Afin de concurrencer les compagnies low cost easyjet et Ryanair et diminuer les prix de ses billets, Air France enivisagerait de mettre fin au «tout compris» en classe économique. Les voyageurs pourraient ainsi devoir payer l’enregistrement des bagages en soute pour les moyen-courriers, ainsi que les places à l’avant des appareils et les plateaux repas. La compagnie ferait payer le deuxième bagage entre 40 et 50 euros en soute en classe économique sur les liaisons entre l’Europe et les Etats-Unis à compter du 1er novembre.

Air France envisagerait également de supprimer certaines liaisons intérieures dès le mois de novembre. Il s’agirait notamment des vols au départ d’Orly. Un porte-parole a déclaré «qu’Air France travaille actuellement sur différentes hypothèses mais aucune décision n’est pour l’heure encore prise», indique Relaxnews. «La réforme voulue par la compagnie concerne la refonte des courts et moyen-courriers», a-t-il ajouté. Les décisions seront présentées fin novembre.

Par ailleurs, selon La Tribune, la compagnie connaît une crise interne sur la question de la sécurité des vols depuis le crash de l’Airbus A330 du vol AF447 entre Rio et Paris. La direction aurait adressé une note interne aux pilotes leur rappelant de bien respecter les procédures de sécurité fixées après plusieurs incidents qui auraient pu avoir des conséquences plus graves.

Source : Le Figaro.fr

24/10/2009

Aéroport de Bâle Mulhouse secoué un peu par la crise...

swisstxt20080108_8602020_4[1].jpg

Secoué par la crise, l’EuroAirport va retomber sous la barre des 4 millions de passagers en 2009, mais le trafic devrait rebondir l’année prochaine grâce à de nouvelles destinations et une concurrence renforcée.

Durant les neuf premiers mois de l’année, le trafic passagers de l’EuroAirport a chuté de 12 %, entraînant la perte de 400 000 passagers. 2008 avait déjà été marquée par un tassement du trafic provoqué par les premiers soubresauts de la crise économique dont le transport aérien est généralement le premier secteur à faire les frais.
Un gros trou d’air Conséquence : l’EuroAirport va sans doute retomber sous la barre des 4 millions de passagers franchie la première fois en 2006.
Pour Jürg Rämi, le directeur de l’aéroport de Bâle-Mulhouse, la situation n’est pas préoccupante pour autant. « La baisse va se stabiliser en octobre et nous pouvons espérer une légère croissance en novembre et décembre car le programme des vols hiver a été étoffé ».
L’EuroAirport est fortement secoué par la crise, mais il a touché le fond. « Nous avons pris des mesures pour équilibrer les comptes, mais nous n’envisageons pas de licenciements », signale Jürg Rämi. Le développement du pôle de maintenance aéronautique assure de nouvelles recettes qui compensent en partie la chute du trafic.
Les compagnies s’adaptent à la crise La compagnie britannique à bas prix easyJet qui avec 129 vols par semaine vers 18 destinations assure 40 % du trafic à l’EuroAirport, estime qu’elle sortira renforcée de la crise.
« Bâle-Mulhouse a un point faible : la saisonnalité du trafic, élevé en été, faible en hiver », explique Thomas Haagensen, directeur commercial d’easyJet Switzerland.
La compagnie orange a optimisé les horaires et les fréquences de ses quatre Airbus A-319 basés à l’EuroAirport pour les adapter aux périodes de vacances des trois régions frontalières et à trois types de clientèles : court séjour, vacances et affaires. Bordeaux bénéficie d’une troisième liaison. « Nous avons désormais une base solide moins touchée par les fluctuations saisonnières », se réjouit Thomas Haagensen.
Globalement le nombre de vols a été réduit mais le taux de remplissage reste très élevé : « autour de 85 % ». Le modèle économique du low cost continue de fonctionner.
Air France utilise un autre « amortisseur » de la crise grâce à la souplesse d’utilisation de sa flotte. « Nous adaptons la taille des avions au niveau du trafic », explique Éric Fuchsmann, directeur régional, cela nous a permis de maintenir l’ensemble des vols sur Paris à l’EuroAirport »
Mais au lieu des Airbus-A-320, Air France utilise des A-319, des Fokker 100 et des Embraer 170 (76 sièges) sur cette ligne fortement concurrencée par le TGV.
Nouvelles destinations La baisse du trafic sur Paris (-15 %, soit 35 000 passagers de moins depuis le début de l’année) est pratiquement compensée par la « réussite » de la nouvelle liaison vers Amsterdam, le hub de KLM, partenaire d’Air France. « Avec 30 000 passagers depuis le début de l’année, nous avons conquis 40 % du trafic sur cette ligne », se félicite Éric Fuchsmann.
Le passage au programme hiver, le 26 octobre, sera marqué par l’ouverture d’une nouvelle ligne vers Casablanca. La plus grande ville du Maroc sera desservie par Air Arabia, une compagnie low cost, basée aux Émirats Arabes Unis, à raison de deux vols par semaine avec un Airbus A-320 (168 sièges) et un prix à partir de 130 € (aller-retour taxes comprises).
Air Méditerranée rouvre l’hiver prochain deux destinations long courrier dans les Caraïbes en affrétant un Boeing B-769 de la compagnie Monarch. Par contre, les vols vers Dakar opérés par Hello pour le tour opérateur mulhousien Starter ne figurent plus au programme.
Autre nouveauté : Tatry, la ville slovaque située aux pieds de massif des Hautes Tatras. Une destination exotique proposée par Danube Wings, compagnie à bas prix qui dessert déjà Bratislava. Une autre low cost, la compagnie turque Pegasus, développe son activité à Bâle-Mulhouse en proposant, à côté de la liaison sur Izmir, cinq vols hebdomadaires vers Istanbul-Sabiha, l’aéroport de la métropole turque implanté côté oriental du Bosphore.
Concurrence renforcée La compagnie irlandaise Ryanair, le leader du low cost en Europe, s’attaque à easyJet en ouvrant trois vols sur Porto. Son rival riposte en doublant la desserte (huit vols par semaine au lieu de quatre). easyJet va chasser sur les terres de Lufthansa à Dusseldorf en proposant deux vols par jour destinés avant tout aux hommes d’affaires. « Nous sommes bien armés pour la concurrence », commente Thomas Haagensen. Du coup Lufthansa a mis un avion plus grand sur cette ligne.
La concurrence continue de faire rage sur Londres (55 vols/semaine) Amsterdam (31 vols/semaine), Barcelone (19 vols/semaine) et désormais également sur Istanbul (16 vols/semaine). C’est une bonne nouvelle pour les consommateurs : la concurrence est une garantie contre l’envol des prix à la sortie de la crise.

22/10/2009

Fermeture de la ligne Lyon/New-york encore une fois...

delta-air-lines[1].jpg

Cette ligne bénéficiait pourtant d'un bon taux de remplissage indique Aéroport de Lyon dans un communiqué, mais elle ne répondait pas "aux objectifs de rentabilité financière de la compagnie américaine". Le contexte économique de l’année 2010 ne permet toutefois pas d’imaginer sa reprise avec une rentabilité suffisante. Pour Yves Guyon, président du directoire d’Aéroports de Lyon, "Les partenaires d'Onlylyon et les acteurs du monde économique en Rhône Alpes s'étaient fortement mobilisés autour du lancement de cette ligne emblématique. Cette démarche concertée entre les acteurs politiques et économiques est indispensable pour lancer et pérenniser de nouvelles lignes aériennes. Nous travaillons déjà avec les compagnies sur la mise en place, dès la constatation confirmée de la reprise économique, d’une liaison avec New York avec une fréquence suffisante pour satisfaire le développement du trafic affaires".

Source : Quotidien du tourisme

22 0ctobre 2009

16/10/2009

Transavia se dit satisfaite de ses rotations vers la Tunisie...

PH-HZN%20-%20B737-800%20Transavia%20-%20CFU%2023-06-07[1].jpg

Désormais, un Tunisien muni d’un visa, qui veut séjourner quelques jours en France, peut payer son billet aller retour 150 dinars (70 euros) à condition de s’y prendre à temps pour les réservations et de se déplacer dans l’un des aéroports de prédilection sur lesquels opère la compagnie franco-hollandaise Transavia : Monastir, Djerba tout au long de l’année ou encore Tozeur pendant la haute saison touristique.

Les vols ne sont pas des charters, ce sont plutôt des réguliers qui répondent à toutes les conditions requises pour les compagnies aériennes internationales tant au niveau de la ponctualité que de la qualité des services à bord ou du confort pour les avions moyen-courrier. Low cost ne rime pas forcément avec services approximatifs. Le niveau de satisfaction des clients de et vers la Tunisie sur les 2.000 vols réalisés depuis deux ans par  Transavia sont de 87%.

Transavia  France, représentée en Tunisie par Kars International, née il y a tout juste deux ans dans le sillage de l’hollandaise vieille de 40 ans et spécialisée dans le charter, répond aux besoins d’un marché qui n’est pas exploité par la compagnie mère et œuvre à soutenir le développement du e-tourisme en proposant des offres sur le marché moyen-courrier au départ de Paris-Orly Sud. Nous l’avons compris, ses principaux partenaires sont les opérateurs touristiques, TO et agences de voyages et les particuliers bien évidemment.

La Tunisie destination touristique privilégiée des Français, a été , après la ville de Porto, le deuxième marché sur lequel s’est déployée la toute jeune compagnie : «La Tunisie a surperformé, a assuré Lionel Guérin, PDG de Transavia  lors d’une conférence de presse organisée récemment à Paris, nous avons accompagné l’offre au fur et mesure de la demande, notre atout c’est une réactivité à tout bout de champs, une souplesse et une flexibilité qui ne sont généralement pas évidentes sur des vols réguliers».

 

Un taux de remplissage de 80%

Les vols affichent un taux de remplissage de 80% depuis le début de l’exploitation sur les lignes Djerba et Monastir. 190.000 passagers ont été transportés dont 95.000 de et vers Djerba, près de 83.000 de et vers Monastir et 12.400 de et vers Tozeur.

Les réalisations 2008 ont progressé de 78% par rapport à ceux de 2007 et la première moitié de 2009, le remplissage de Transavia affiche une croissance de 8% avec un taux de 83%. Ces performances ont incité la compagnie low cost à multiplier le nombre de ses vols en partance d’Orly Sud vers la Tunisie pour l’hiver 2009-2010. Ils seront donc 5 vols hebdomadaires vers Djerba, 3 à destination de Monastir et deux à destination de Tozeur. L’été prochain, la fréquence des vols sera quotidienne sur Monastir et Djerba, mais pas seulement, 3 vols hebdomadaires seront également programmés à partir de Nantes et d’autres à partir de Lyon tout au long de l’année sous réserve de l’approbation des autorités tunisiennes de l’aviation civile.

Tous les vols Transavia sont ouverts en allée simple ou retour simple, l’un des objectifs de la compagnie est de développer le trafic de et vers la Tunisie. Ce qui n’est pas évident même si Kars international a en permanence accès aux stocks car il n’est pas évident de trouver assez de sièges vacants qui pourraient être consacrés aux passagers en partance de Tunis. Les campagnes de publicité organisées pour booster la demande au niveau de la Tunisie risquent de créer un besoin qui pourrait ne pas être satisfait. Cette problématique a été pendant ce week end l’objet de réunions tenues entre Transavia  et son vis-à-vis tunisien.

Le but est de pouvoir garantir un maximum de sièges pour la clientèle locale, car l’on se doute bien que vu l’engouement des Tunisiens pour la destination France, la demande deviendra de plus en plus importante, ce qui nécessitera des moyens supplémentaires de la part de Transavia  et de son vis-à-vis en Tunisie, Kars International.

Source : Webmanager

16 Octobre 2009

15/10/2009

Bordeaux Mérignac enregistre une baisse en septembre...

aeroport-bordeaux-low-cost[1].jpg

L'aéroport entregistre une baisse continue du trafic depuis un an. Septembre confime cette tendance.

L'aéroport de Bordeaux-Mérignac a publié les chiffres du trafic pour septembre 2009, annonçant 305 000 passagers soit un recul de 7,9 %  par rapport à 2008. Une baisse un peu moins forte que les mois précédents mais continue depuis un an.

La navette d'Orly est la plus touchée (-7,5 %) mais les lignes low cost d'Easyjet comme Londres-Luton, Genève ou Bristol enregistrent elles aussi un déclain.

Marrakech reste une destination porteuse comme les grands aéroports internationaux de Paris-Roissy, Madrid ou Amsterdam. L'augmentation de la fréquence des vols pour Rome, assurés par Air France, et l'ouverture de Bordeaux-Bâle par Easyjet relativisent la baisse enregistrée du trafic depuis septembre 2008.

Source : France 3.fr

13 Octobre 2009

 
   
   
   
   
   

13/10/2009

O'Leary ne lache pas le morceau pour racheter Aer Lingus...

606753[1].jpg

Ryanair serait-elle sur le point de faire une nouvelle offre pour prendre le contrôle de Aer Lingus ? Tout semble l'indiquer. Michael O'Leary, le patron de la low cost, préparant cette fois-ci le terrain sur le plan médiatique.

Il a ainsi envoyé une lettre au Département des transports irlandais demandant des explications sur le rejet de sa dernière offre, en décembre 2008,  qui prévoyait pourtant de doubler la taille d'Aer Lingus et de créer 1000 nouveaux emplois dans les cinq ans.

Cette intervention survient alors que Aer Lingus vient d'annoncer un programme "radical" de baisse des coûts, passant par la suppression d'ici à fin 2011 de près de 700 emplois en deux phases, sur un total de 3 900 employés. De quoi, selon elle, dégager 97 M€ par an d'économies.

Et Michael O'Leary de regretter cette situation dans les colonnes de la presse irlandaise. Il espère probablement se poser en sauveur de la dernière chance pour les salariés de Aer Lingus qui détiennent encore une partie du capital d'Aer Lingus. Et qui avaient refusé l'hiver dernier de lui céder leur parts. Mais O'Leary assure que Ryanair, qui détient déjà près de 30% de sa conccurente, ne lancera pas une troisième OPA. Car Si Aer Lingus continue sur cette pente, "le gouvernement sera finalement forcé de demander de demander à  Ryanair de la sauver", a-t-il déclaré, toujours aussi provocant...

Source : Tour Hebdo

13 Octobre 2009

17:36 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (1)

Léger recule pour la Lufth...

Lufthansa.a320-200.d-aipa.arp[1].jpg

La première compagnie aérienne allemande Lufthansa a annoncé vendredi un léger recul de son trafic passagers en septembre.

La compagnie basée à Francfort (ouest de l'Allemagne) a transporté 5,07 millions de passagers, soit 2% de moins qu'en septembre 2008. La société avait augmenté son trafic les deux mois précédents en raison d'une demande accrue pendant les vacances estivales.

Le taux de remplissage, indicateur clé du secteur, a progressé de 0,7 point à 80,3%, selon un communiqué.

Au niveau du groupe, les chiffres sont au premier coup d'oeil flatteurs, puisque le trafic passagers a bondi de 24,9% à 7,93 millions. Le phénomène est lié à l'intégration dans les comptes de deux compagnies récemment acquises, Austrian Airlines et la britannique BMI, précise Lufthansa.

L'activité fret de la société, touchée de plein fouet par la crise, est restée déprimée en septembre, avec une baisse de 8,5% à 131'000 tonnes de marchandises et courriers convoyés.

Source : Romandie News

12 Octobre 2009

11/10/2009

Ryanair pointée du doight au congrès annuel des compagnies low-cost qui c'est déroulé à Barcelone...

iberia-confirme-fusion-low-cost-vueling-click-L-1[1].jpg

Toute l’industrie des compagnies aériennes à bas coûts (low-cost airlines) s’était donné rendez-vous à Barcelone à leur congrès annuel, au World Low Cost Airlines Congress. Près de 300 personnes étaient présentes, incluant les dirigeants des principales compagnies low-cost, quelques aéroports européens, des analystes sectoriels et des fournisseurs du marché. Les responsables des compagnies se sont réunis en sessions successives sur deux journées afin d’échanger sur les sujets les plus chauds du secteur.

Les compagnies sont face à une crise qui les oblige à s’adapter pour ne pas sombrer comme leur consœur SkyEurope en faillite depuis septembre dernier. Ryanair, la compagnie irlandaise leader des low-cost en Europe, a annoncé des pertes record de 101,5 millions d’Euros au troisième trimestre de l’année 2008, et Michael Cawley, DG délégué, d’ajouter : « Il est hautement improbable que Ryanair dégage le moindre profit cette année (2009), à moins d’une chute « vertigineuse » des prix du pétrole au cours du quatrième trimestre ». Cette situation est renforcée du fait que nous entrons dans une période particulièrement délicate, à savoir la saison hivernale, qui sonne la fin des vacances et des voyages touristiques. Les analystes du secteur annoncent que « d’autres compagnies à bas coûts vont avoir du mal à passer l’hiver », et Michael O’Leary, PDG de Ryanair, avait déjà prédit qu’il y aurait un « bain de sang » parmi les low-cost.

 C’était donc à Stelios Haji-Ioannou, CEO d’easyGroup et fondateur d’easyJet, d’ouvrir la première session et d’insister sur l’aspect « darwiniste » des compagnies low-cost. Selon lui, le ‘business model’ des  low-cost doit évoluer pour survivre. Les coûts étant le facteur-clé déclencheur d’achat pour les passagers, il est revenu sur l’importance de maintenir ses marges tout en offrant des billets bons marchés. Cette remarque visait directement Ryanair dont les marges s’effondrent, et dont le ‘business model’ est remis en cause. Selon Stelios, en acceptant de baisser les tarifs de ses billets (chute du yield de 15-20%), Ryanair rogne sur ses marges ce qui limite sa croissance à venir : « La croissance vient du capital, et non du volume de passagers » a insisté Stelios  Haji-Ioannou.

Ryanair a en effet adopté la "stratégie du volume" pour obtenir un taux de remplissage (load factor) le plus élevé possible afin d’optimiser au maximum l’utilisation de ses appareils, mais aussi pour atteindre les quotas de passagers fixés contractuellement avec les aéroports. Les compagnies low-cost touchent des subventions, dont certaines publiques font polémiques, de la part des aéroports et des collectivités locales en fonction du nombre de passagers transportés. Ce sont ces subventions qui permettent à la compagnie de proposer des tarifs peu chers.

 Ryanair sous le feu des critiques

Ryanair également a subi d’autres critiques de la part de ses concurrents présents, notamment sur sa communication autour des ‘revenus auxiliaires’. Une autre source de profits pour les compagnies low-cost provient de la vente de produits divers : nourriture à bord, location de voitures, assurances… Toujours à la recherche de nouveaux revenus, Michael O’Leary avait proposé de faire payer les toilettes à bord. Provocateur et comptant (à juste titre) sur la reprise par les média, Michael O’Leary a réussit une fois de plus à créer un ‘buzz’ autour de sa compagnie.

Cependant, les dirigeants des autres compagnies ont exprimé de manière unanime leur mécontentement à l’égard de Ryanair. Alex Cruz, PDG de la compagnie espagnole Vueling, s’est emporté en déclarant : « Nous sommes là à parler de revenus auxiliaires qui n’existent pas. Tout cela est irréel. Ces personnes se servent de nous pour que l’on parle d’eux ». Daniel Skjeldam, CCO de Norwegian, a poursuivi ainsi : « Si les passagers entendent à longueur de temps parler de ‘taxes’ pour les toilettes à bord, ce n’est pas bon pour l’industrie low-cost (…) La perception des clients est une chose très importante ». Les autres compagnies low-cost craignent que les extravagances et le modèle extrême de Ryanair n’entraînent plus de régulations pour protéger les passagers. « Nous devons trouver le bon équilibre, et nous autoréguler si nous ne voulons pas qu’on le fasse à notre place » a ajouté Mike Rutter, CCO de Flybe.

 Ainsi les compagnies low-cost sont apparues plus concurrentes que jamais à ce dernier congrès, chacune défendant son ‘business model’ comme étant le mieux adapté pour survivre à la crise actuelle. Les mois à venir vont être décisifs pour certaines d’entre elles pour affronter une saison hivernale difficile et dans un marché hyper-compétitif.

Source : UsineNouvelle.com

9 Octobre 2009

10/10/2009

Fusion entre deux compagnies aérienne d'Amérique du sud : Avianca et TACA...

0adcb9de-e947-457a-9964-ebaf4d8651d7[1].jpg

Les actionnaires majoritaires des compagnies aériennes Avianca (Colombie), Synergy, et TACA (El Salvador), Kingsland Holding, ont annoncé le 7 octobre dernier une opération de partenariat de grande ampleur. Les deux marques seront rassemblées dans le cadre d’une holding contrôlée à 67 % par l’opérateur colombien, son partenaire salvadorien ayant les 33 % restants.

Le nouvel ensemble disposera d’une flotte de 129 avions et emploiera 12 000 personnes. Ce sera la première compagnie aérienne latino-américaine devant la LAN chilienne. Le chiffre d’affaires du nouvel ensemble est estimé à 3 milliards de dollars.

Chaque compagnie maintiendra son identité, sa marque et continuera à opérer les lignes en vigueur actuellement. Le partenariat vise à créer des synergies en matière de coûts et de recettes recours tandis que les décisions se prendront dans le cadre d’une vision conjointe. Le nouvel ensemble disposera de quatre hubs : San Salvador ( El Salvador), San José (Costa Rica), Bogota (Colombie) et Lima (Pérou). Bien évidemment, cette fusion aura des effets positifs sur l’activité fret.

Les compagnies aériennes latino-américaines subissent également le contrecoup de la crise. Le rapprochement Avianca-TACA pourrait être suivi d’autres opérations et la concurrence risque va s’accentuer. La LAN est très intéressée par la Colombie et serait en négociations avec la compagnie colombienne Aires. Aeromexico étudie des partenariats avec des lignes latino-américaines et internationales.

Source : Le Moci.com

9 Octobre 2009

08/10/2009

IATA va taxer un peu plus, les compagnies qui ne réduisent pas les émissions de C02...

090608070553_sp_iata_ap_226x283b[1].jpg

Les professionnels du transport aérien ont estimé mardi qu'infliger des taxes et impôts supplémentaires aux compagnies aériennes n'était pas la solution rapide pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Tony Tyler, président du conseil des gouverneurs de l'Association internationale du transport aérien (IATA), a estimé que l'industrie était diabolisée par les défenseurs de l'environnement, qui l'accusent d'être le "croque-mitaine du changement climatique", et traitée comme une vache à lait par les gouvernements pour régler la récession.

"Nous avons déterminé des détracteurs au sein du lobby environnemental qui soutiennent activement l'idée d'imposer de nouvelles taxes au secteur aéronautique, probablement sous la forme d'un impôt mondial sur les passagers aériens", a-t-il dit lors de la conférence annuelle consacrée à la réponse de l'industrie aux changements climatiques.

Selon l'organisation, l'industrie est responsable de 2% des émissions de dioxyde de carbone mondiales d'origine humaine et à hauteur de 3% des émissions responsables du changement climatique.

"Franchement, un tel impôt nous rendrait simplement victimes des gouvernements qui cherchent à augmenter leurs revenus", a déploré M. Tyler, également directeur général de la compagnie de Hong Kong Cathay Pacific.

Selon lui, la "prolifération de taxes nationales" ne bénéficie pas directement à l'environnement.

Il a estimé que la taxe dite "Devoir du passager aérien" décidée par le gouvernement britannique, qui consiste en un prélèvement sur les compagnies volant depuis un aéroport britannique, était le pire exemple.

"Cela générera 3,1 milliards de livres (4,94 milliards de dollars) de taxes supplémentaires lorsqu'il sera augmenté le mois prochain, mais pas un seul penny ne sera dédié à l'environnement", a-t-il dit.

IATA exhorte les dirigeants à envisager une approche mondiale pour réduire les émissions polluantes du secteur aéronautique lors du sommet sur le climat de Copenhague en décembre.

L'organisation a déclaré que cette industrie avait trouvé un consensus pour améliorer l'efficacité du carburant d'en moyenne 1,5% par an jusqu'en 2020, pour atteindre "une croissance des émissions de zéro" et réduire les émissions totales de moitié d'ici 2050 comparé à 2005.

Source : AFP

8 Octobre 2009

Iberia pourrait bien faire payer ses bagages en soute...

1262645-1651712[1].jpg

La première compagnie aérienne espagnole Iberia étudie de rendre payant l'enregistrement des bagages en soute à ses passagers, un modèle traditionnellement utilisé jusqu'ici par les compagnies à bas-coûts, a déclaré mercredi une porte-parole.

"C'est à l'étude, mais nous ne savons pas si cela va affecter tous les passagers ou quand cela va être mis en place", a déclaré une porte-parole.

Le quotidien El Mundo affirme, citant un document interne, que la compagnie va faire payer au moins 15 euros l'enregistrement de la première valise à partir du 20 octobre.

Le fait de faire payer les bagages en soute est une pratique commerciale employée notamment par les compagnies à bas-coûts.

"Beaucoup de voyageurs veulent voyager à des prix très bas, et un des moyens d'y parvenir est de fractionner le produit" commercialisé, a déclaré la porte-parole, qualifiant cette évolution de tendance suivie par l'ensemble du secteur, alors que l'américain American Airlines fait payer l'enregistrement d'un deuxième bagage.

Iberia, qui est en train de mener un processus de fusion avec le transporteur britannique British Airways, a été durement affectée, comme l'ensemble du secteur, par la crise économique, et fait face sur le marché espagnol à la féroce concurrence des compagnies à bas-coût.

Elle est par ailleurs leader sur les liaisons entre l'Europe et l'Amérique latine.

Deux associations espagnoles de consommateurs (Facua et UCE) ont protesté mercredi contre ce projet et menacé de porter plainte contre Iberia, jugeant son projet "illégal".

Selon elle les lois en vigueur en Espagne sur le transport aérien prévoient que le prix du billet inclue le passager et ses bagages, si le poids n'est pas excessif.

Source : AFP

8 Octobre 2009

07/10/2009

EasyJet : résultat du trafic passager pour septembre 2009...

469094_photo-1238999235847-1-0[1].jpg

La compagnie aérienne britannique easyJet a vu son trafic progresser de 5,3% en septembre par rapport au même mois de 2008, à 4,42 millions de passagers. Le taux de remplissage a augmenté de 1,2 point à 88,1%.

En cumul sur les douze derniers mois, le trafic d'easyJet a progressé de 3,4% par rapport aux douze mois précédents, à 45,16 millions de passagers, pour un taux de remplissage en hausse de 1,4 point à 85,5%.

Source : Romandie News

6 Octobre 2009

18:46 Publié dans Easyjet | Lien permanent | Commentaires (0)

RYANAIR : résultat du trafic passager pour septembre...

ryanair_passagers_tar_5932b[1].jpg

Le trafic de RYANAIR a augmenté de 17% en Septembre avec 6,12 millions de passagers contre 5,23 millions à la même période de l'an dernier.

Sur les 9 premiers mois de l'année 2009, le trafic s'établiT à 63,3 millions de passagers.

Le taux de remplissage est plus modeste, avec une hausse de 1% à 85%, mais reste sur l'année à 82,2%.

Source : Tour Mag

6 Octobre 2009

18:43 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (0)

Aer Lingus réduit encore ses effectifs...

Aer.lingus.a321-200.ei-cph.arp[1].jpg

La compagnie aérienne irlandaise Aer Lingus annonce la suppression de 676 emplois et une baisse des salaires pour améliorer sa compétitivité, ce qui fait bondir son action de près de 8%.

Le transporteur, qui a déjà contrecarré deux projets de rachat hostile de son concurrent et compatriote Ryanair, souhaite réduire ses coûts de fonctionnement annuels de 97 millions d'euros d'ici 2011.

"Aer Lingus ne peut pas survivre dans un contexte où le personnel est sensiblement mieux rémunéré et travaille avec moins d'efficacité que des concurrents dans des conditions comparables", s'est justifié le groupe.

A 09h30 GMT, le titre gagne 7,7% à 77 centimes d'euros, la plus forte hausse du marché irlandais.

Aer Lingus a précisé qu'un plan de départs volontaires serait proposé à 489 salariés et que des réductions d'effectifs supplémentaires pourraient être mises en oeuvre si 74 millions d'euros de réductions de coûts ne sont pas obtenues d'ici 2011.

Le groupe va également réduire les salaires des personnels gagnant plus de 35.000 euros par an.

Source : Le Point.fr

7 Octobre 2009

04/10/2009

Lufthansa est sur le point d'acquérir la totalité de BMI...

OB-EH775_luftha_F_20090825112021[1].jpg

Scandinavian Air System (SAS)  a cédé les 20% qu'il lui restait au capital de British Midland (BMI) à un holding qui en détenait déjà 80%. Lufthansa, qui emmène ce holding, ajoute qu'il en sera bientôt le seul actionnaire. La compagnie aérienne allemande est sur le point de consolider 100% de BMI.

La compagnie aérienne scandinave SAS a fait savoir qu'elle avait cédé au holding LHBD 20% de ses parts dans British Midland contre 19 millions de livres, soit 21 millions d'euros environ. LHBD, qui détenait déjà 80% de BMI, est un holding dont Lufthansa détient 35% des parts. Et Lufthansa indique aujourd'hui qu''après avoir acquis les droits de navigations nécessaires, Lufthansa entend être en mesure de racheter 100% de LHBD', elle-même à la tête de 100% de British Midlands.

Lufthansa ajoute qu'elle paiera 19 millions de livres supplémentaires à SAS au titre d'un accord d'actionnaires datant de 1999. Si elle décide de céder, dans les deux ans qui viennent, tout ou partie de ses titres BMI, la compagnie aérienne allemande devra, sous conditions, régler une somme additionnelle non précisée à SAS.

Source : Cercle Finance

1 Octobre 2009

Nouveau départ pour Olympic Air...

1003593175[1].jpg

Le coup d'envoi d'Olympic Air, ex transporteur national de la Grèce sous le nom d'Olympic Airlines, elle-même succédant à la compagnie historique d'Aristote Onassis Olympic Airways, a été donné jeudi avec un premier vol Athènes - Thessalonique, l'occasion pour le nouveau propriétaire, Andreas Vgenopoulos, d'annoncer la création d'une filiale de l'Olympic, basée à Thessalonique, "Macedonian Airlines".

M. Vgenopoulos a affirmé que Marfin Investment (MIG), le groupe qu'il préside, a déposé la marque lui garantissant l'utilisation au niveau mondial du sigle "Macedonian Airlines", ajoutant que "nul autre que nous ne pourra utiliser cette appellation".

M. Vgenopoulos a encore affirmé que dès la semaine prochaine, il rencontrera les autorités locales du Nord de la Grèce pour discuter de questions structurelles, tout en annonçant que la nouvelle filiale d'OA sera prête à voler dans les prochains mois. Selon des informations, les premiers vols que réalisera la compagnie seront à destination de l'Allemagne et d'Amsterdam.

Enfin, répondant aux questions de la presse, M. Vgenopoulos n'a pas exclu la possibilité d'une participation minoritaire du secteur public à Olympic Air, précisant toutefois que "nous matérialiserons notre projet que ce soit avec la participation du secteur public ou pas".

La reprise d'Olympic par le groupe Marfin met fin à l'épineux problème de privatisation de l'aérotransporteur historique de la Grèce à la quelle s'opposaient les puissants syndicats de la compagnie, malgré les lourds déficits. Plusieurs appels d'offres au privé avaient échoué jusqu'ici.

Le sauvetage de la compagnie s'est fait non sans des drastiques restrictions et un redéploiement des lignes couvertes alors même que le secteur du transport aérien est soumis à la concurrence acharnée des compagnies low-cost. Par ailleurs, le jour de l'inauguration de la nouvelle Olympic Air, on annonçait la fin de la liaison directe New-York / Athènes avec des appareils d'Olympic. La liaison sera désormais assurée par Delta Airlines avec laquelle Olympic Air a passé des accords pour des vols sous un code share (commun).

Transport aérien : Légère remontée...

large_518766[1].jpg

Le trafic international de passagers a poursuivi sa lente reprise en août, accusant un recul de 1,1% sur un an après une baisse de 2,9% en juillet et de 7,2% en juin, a annoncé mardi l'Association internationale du transport aérien (IATA).

Le fret remonte également la pente avec une baisse de 9,6% sur un an après une chute de 11,3% le mois précédent, explique encore l'IATA dans un communiqué. Le taux de remplissage des avions a également suivi le mouvement, gagnant 1,2% à 80,9% en août.

"La demande continue de progresser, mais la rentabilité n'est pas encore au rendez-vous", a commenté dans ce communiqué le directeur général de l'Iata Giovanni Bisignani, estimant que le secteur n'était "pas encore sorti d'affaires".

"Les prix se sont stabilisés mais à des niveaux non rentables. Parallèlement la pression sur les coûts augmente en raison de la baisse d'utilisation des avions et du renchérissement des prix de l'essence", a-t-il ajouté.

Source : AFP

1 Octobre 2009