Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/10/2009

IATA va taxer un peu plus, les compagnies qui ne réduisent pas les émissions de C02...

090608070553_sp_iata_ap_226x283b[1].jpg

Les professionnels du transport aérien ont estimé mardi qu'infliger des taxes et impôts supplémentaires aux compagnies aériennes n'était pas la solution rapide pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Tony Tyler, président du conseil des gouverneurs de l'Association internationale du transport aérien (IATA), a estimé que l'industrie était diabolisée par les défenseurs de l'environnement, qui l'accusent d'être le "croque-mitaine du changement climatique", et traitée comme une vache à lait par les gouvernements pour régler la récession.

"Nous avons déterminé des détracteurs au sein du lobby environnemental qui soutiennent activement l'idée d'imposer de nouvelles taxes au secteur aéronautique, probablement sous la forme d'un impôt mondial sur les passagers aériens", a-t-il dit lors de la conférence annuelle consacrée à la réponse de l'industrie aux changements climatiques.

Selon l'organisation, l'industrie est responsable de 2% des émissions de dioxyde de carbone mondiales d'origine humaine et à hauteur de 3% des émissions responsables du changement climatique.

"Franchement, un tel impôt nous rendrait simplement victimes des gouvernements qui cherchent à augmenter leurs revenus", a déploré M. Tyler, également directeur général de la compagnie de Hong Kong Cathay Pacific.

Selon lui, la "prolifération de taxes nationales" ne bénéficie pas directement à l'environnement.

Il a estimé que la taxe dite "Devoir du passager aérien" décidée par le gouvernement britannique, qui consiste en un prélèvement sur les compagnies volant depuis un aéroport britannique, était le pire exemple.

"Cela générera 3,1 milliards de livres (4,94 milliards de dollars) de taxes supplémentaires lorsqu'il sera augmenté le mois prochain, mais pas un seul penny ne sera dédié à l'environnement", a-t-il dit.

IATA exhorte les dirigeants à envisager une approche mondiale pour réduire les émissions polluantes du secteur aéronautique lors du sommet sur le climat de Copenhague en décembre.

L'organisation a déclaré que cette industrie avait trouvé un consensus pour améliorer l'efficacité du carburant d'en moyenne 1,5% par an jusqu'en 2020, pour atteindre "une croissance des émissions de zéro" et réduire les émissions totales de moitié d'ici 2050 comparé à 2005.

Source : AFP

8 Octobre 2009

Les commentaires sont fermés.