Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/06/2009

Le commandant d'Air Comet a emit un témoignage sur le vol AF447

F-GZCE%20-%20A330-200%20Air%20France%20-%20CDG%2004-08-07[1].jpg

Un commandant de bord de la compagnie espagnole Air Comet qui volait entre Lima et Madrid non loin de la zone du crash du vol Rio-Paris d'Air France, a témoigné avoir vu un "intense éclat de lumière blanche", rapporte jeudi 4 juin le quotidien espagnol El Mundo.
Le commandant du vol 974 d'Air Comet a fait un rapport sur ce qu'il a vu dans la nuit de dimanche à lundi, dans une zone proche de l'accident, écrit le quotidien.
Il a transmis son rapport à la direction de sa compagnie, laquelle a transmis l'information à Air France, Airbus et à la Direction générale de l'aviation civile espagnole.
"Soudain, nous avons observé au loin un éclat fort et intense de lumière blanche, qui a suivi une trajectoire descendante et verticale et qui s'est dissipé en six segments", écrit le pilote.
Le co-pilote ainsi qu'une passagère ont vu la même chose, selon le journal.

"Situation upset"
A ce moment, l'avion d'Air Comet se trouvait en latitude à 7 degrés au nord de l'équateur et en longitude à 49 degrés ouest tandis que la position estimée du vol Rio-Paris était sur l'équateur et à 30 degrés ouest, selon El Mundo.
"Compte tenu de la coïncidence en terme d'heure et de lieu, je porte à votre connaissance ces éléments pour qu'ils puissent être, éventuellement, utiles à l'éclaircissement des faits", écrit le pilote dans son rapport dont a eu connaissance El Mundo.
Le journal écrit que "le rapport du pilote met sur la table une des hypothèses écartées comme cause de l'accident: l'explosion d'une bombe à bord de l'avion".
"Toutefois, poursuit El Mundo, les six derniers messages d'alerte émis par l'Airbus au centre de maintenance d'Air France à Paris," indiqueraient plutôt un enchaînement de type "situation upset" où "le pilote perd le contrôle de l'avion par des pannes dans les équipement de navigation" en raison de "graves turbulences".
Le journal fait référence à six messages d'alerte automatiques qu'aurait envoyé l'Airbus juste avant de s'abîmer en mer, entre 2H10 et 2H14 GMT, et dont a fait état, mercredi, la presse brésilienne.

Commentaires

Usted tiene ciertamente algunas de las opiniones y puntos de vista agradables. Tu blog ofrece una mirada fresca a la materia.

Écrit par : NEX-5 | 16/11/2011

Les commentaires sont fermés.