Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/05/2009

BA : Situation financière plus que critique...

2007-04-23T065541Z_01_NOOTR_RTRIDSP_2_OFRBS-IBERIA-BRITISH-AIRWAYS-20070423[1].jpg

Il y a un an, Willie Walsh se vantait haut et fort des résultats financiers "spectaculaires" de British Airways (BA). Depuis, la compagnie aérienne qu'il dirige est passée d'un niveau record de bénéfices à un niveau record de... pertes. Et elle puise dans ses réserves de liquidités. Pour faire face à ses difficultés, BA s'est mise au régime sec : il y a douze mois à peine, M. Walsh était fier de gratifier à nouveau les actionnaires de dividendes ; il doit maintenant assumer le devoir embarrassant d'amputer ces mêmes dividendes.

BA ne peut cependant pas tout mettre sur le compte de la situation économique générale ou de la faiblesse de la livre sterling. Le chiffre d'affaires a même légèrement progressé au cours des douze derniers mois. En revanche, la façon dont le transporteur britannique gère ses achats de carburant l'a empêché de profiter de l'accalmie sur le cours du pétrole observée début 2009.

ALLÉGER LES COÛTS SALARIAUX (aie aie aie...)

BA compte bien sûr une diminution de cette facture cette année, mais maintenant, le chiffre d'affaires se met à reculer lui aussi (- 8 % au dernier trimestre de 2008). La compagnie tirant une large partie de son revenu des voyages d'affaires transatlantiques, il faut s'attendre à ce qu'elle souffre longtemps des effets du retournement économique. La fréquentation de la clientèle haut de gamme a ainsi baissé de 17 % entre avril 2008 et avril 2009.

M. Walsh a par ailleurs intérêt à peindre un tableau plutôt sombre de la situation : BA est au coeur d'une négociation délicate avec les syndicats pour obtenir une baisse des salaires. L'allégement des coûts salariaux est une des décisions de bon sens adoptées pour retrouver le chemin des bénéfices et préserver la trésorerie. Les coupes dans le budget des investissements en sont une autre. La capacité d'accueil se verra aussi réduite de 4 % : 16 avions seront cloués au sol cet hiver.

Ces mesures seront-elles suffisantes ? S'il est clair que la situation financière de BA se dégrade, elle n'a pas atteint un état critique. En un an, l'endettement net a pratiquement doublé, pour s'élever à 2,4 milliards de livres sterling (2,7 milliards d'euros).

Quant aux analystes, ils anticipent de nouvelles pertes en 2009, et l'on ne peut pas écarter l'hypothèse d'un exercice 2010-2011 déficitaire. L'endettement net actuel est toutefois encore loin de son niveau record de 6,3 milliards de livres, établi en 2002.

Une fusion avec l'espagnole Iberia, pourvue d'une trésorerie confortable, contribuerait à améliorer la santé financière de la compagnie britannique. Les pourparlers sont en cours. Les synergies pourraient rapporter deux milliards de livres. Le problème, c'est que plus il est vital pour BA de conclure l'affaire du fait de ses mauvais résultats, plus il est difficile de ficeler un accord, étant donné le flou entourant certaines questions, comme celle du déficit du fonds de retraite. La communication financière de BA n'a accordé aux négociations avec Iberia qu'une modeste note en bas de page : espérons que c'était là une façon délibérée de rester discret sur leur importance.

Source : LeMonde.fr

28 Mai 2009

Les commentaires sont fermés.