Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/02/2009

Saint-Exupéry commence à faiblir

Gare_de_haut[1].jpg

Premiers ralentissements en vue à Saint-Exupéry. Après une année 2008 « exceptionnelle », marquée par une croissance du trafic passager de 8,2 % (7 924 063 voyageurs), l'aéroport de Lyon a commencé 2009 avec une fréquentation à la baisse. « Janvier a été un mois sinistré, comme dans de nombreux secteurs. Le trafic a diminué de 6,5 % », a indiqué hier Philippe Bernand, le directeur général de la société Aéroports de Lyon, récemment rebaptisée Lyonairports. La situation ne devrait pas s'améliorer dans les prochains mois, puisqu'en 2009, la société table sur une évolution du trafic comprise entre - 5,7 % et 1,7 %. « Nous nous attendons à de mauvais résultats, mais nous anticipons. Nous maintenons nos 210 millions d'euros d'investissements prévus d'ici à 2012, mais en les phasant davantage », ajoute-t-il.

« L'aéroport est, en comparaison avec d'autres plate-formes, comme Nice ou Toulouse, l'un de ceux qui souffrent le moins », rappelle le président du conseil de surveillance de Lyonairports, Guy Mathiolon, rassuré par la bonne santé d'Air France et de la compagnie à bas coût easyJet. Ces dernières, qui ont respectivement assuré en 2008 48,8 % et 10,8 % du trafic de Saint- Exupéry, ont pour le moment « bien résisté » à la morosité ambiante.

Seule ombre au tableau pour la compagnie française : la baisse de fréquentation de la ligne Lyon-New York, observée depuis le début de l'année. Après avoir frôlé les 70 % de remplissage sur les trois premiers mois d'exploitation et les 76 % en décembre, la ligne, aussi gérée par Delta Airlines, est redescendue à un taux d'occupation de 65 % en janvier. « Cela nous a un peu inquiétés, mais ça ne remet pas en cause la ligne », indique Philippe Bernand. Dès le mois de juin, les cinq vols hebdomadaires, baissés à trois en début d'année, devraient de nouveau être proposés au départ de Lyon.

Elisa Frisullo
Source: 20minutes.fr

27/02/2009

Diapo images sur le crash du vol Turkish


Un hommage aux passagers de ce vol

Vue aérienne du crash du 737 Turkish Airlines

C'est la crise chez Iberia

56_iberia[1].jpg

MADRID (AFP) — La première compagnie aérienne espagnole Iberia a connu une année 2008 difficile, avec un bénéfice net en baisse de 90,3% sur un an, et des pertes sur le seul quatrième trimestre, selon des chiffres publiés vendredi.

"2008 n'a pas été une année positive pour le secteur, nous avons été très affectés par la hausse des prix du carburant", a déclaré le président d'Iberia, Fernando Conte, lors d'une conférence de présentation des résultats aux analystes.

Iberia a dégagé en 2008 un bénéfice net 32 millions d'euros contre 327,61 millions d'euros en 2007, selon un communiqué du groupe.

Sur le seul quatrième trimestre la compagnie a enregistré une perte nette de 19 millions d'euros, après un bénéfice de 105 millions d'euros au quatrième trimestre 2007.

La compagnie ne se montre guère optimiste pour l'année en cours: "Il est difficile de prévoir le comportement de 2009, mais on peut dire que l'activité sera assez faible, au moins pendant la première moitié", a estimé M. Conte.

Ce dernier a annoncé que la compagnie allait réduire la fréquence de certains vols, en particuliers sur courts et moyens courriers et que des mesures de maîtrise des salaires étaient envisagées.

Face à cette situation, la compagnie a aussi prévu de retarder d'un an la commande de "trois Airbus A340", a précisé M. Conte.

En 2008, l'excédent brut d'exploitation avant loyers (Ebitdar) de la compagnie a reculé de 46,4% en 2008 à 500 millions d'euros tandis que le chiffre d'affaires a baissé de 1,3% à 5,45 milliards d'euros.

"Depuis fin 2007, l'industrie du transport aérien a enregistré un ralentissement de la croissance du trafic, qui s'est intensifié au deuxième semestre 2008 à cause de la détérioration de la situation économique internationale", selon le communiqué de la compagnie.

"Le secteur s'est adapté à la croissance de l'offre, mais dans une proportion insuffisante pour compenser la baisse de la demande", a poursuivi Iberia.

La compagnie avait déjà anticipé en janvier ces mauvais résultats, annonçant une baisse probable de plus de 90% de son bénéfice net.

"L'année 2008 a été une très difficile" en raison d'un environnement économique très dégradé, des prix extrêmement élevés pour le kérosène jusqu'à l'été et de la concurrence du nouveau train à grande vitesse Madrid-Barcelone, avait déclaré le responsable financier et stratégique Enrique Dupuy de Lôme.

Iberia et la britannique Bristish Airways (BA) avaient annoncé en juillet 2008 leur intention de fusionner pour donner naissance à la troisième compagnie aérienne au monde par chiffre d'affaires.

Le processus de fusion est entré dans la dernière ligne droite et une décision devrait être prise en mars, malgré des négociations toujours difficiles, avait indiqué début février M. Conte.

M. Conte a confirmé vendredi ce délai : "Toutes les données sont sur la table, les pourparlers de fusion devraient se terminer le mois prochain".

Concernant la fusion entre les compagnies à bas-coûts espagnoles Vueling et Clickair, détenue à 20% par Iberia, M. Conte a assuré que le processus "serait terminé avant cet été" en Juin précisement.

Source: AFP
Vendredi 27 Février 2009

25/02/2009

Vueling: nouveau départ à partir du mois de Juin

dyn004_original_600_488_pjpeg__511c0ebbb994b1226720dcc63ec4043f[1].jpg
La nouvelle compagnie née de la fusion de Vueling et de Clickair décollera au mois de Juin prochain. Ce regroupement annoncé dès le mois de Juillet 2008, prend désormais forme. Successivement, les conseils d'administration de Vueling et de Clickair ont approuvés l'opération.
Il reste encore à formaliser l'aval des actionnaires des deux compagnies et à obtenir officiellement l'agréement de l'organisme du contrôle de la bourse de Madrid, la Comission Nacional del mercado de Valores.

Clickair sera absorbée par la Vueling, qui va ainsi doubler sa taille pour devenir 4ème au rang européen des compagnies low-cost. Ibéria détiendra 45% des parts de la nouvelle compagnie "La nouvelle Vueling"

Mercredi 25 février 2009

Crash d'un 737 de la Turkish Airlines à Schipol

turkishplane-92821[1].jpg

Un Boeing 737-800 de la Turkish Airlines (du vol TK1951, Istanbul-Amsterdam) s'est écrasé ce matin à 10h42 avant d'atteindre la piste d'atterrissage de l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol (Hollande) et gisait non loin des maisons.

Il s'est brisé en trois morceaux et les deux parties du moteur jonchaient le sol. Aucun incendie ne s'est déclaré, selon les témoignages transmis par la NOS (communiqué neerlandais)

L’appareil transportant 135 passagers a été évacué par une cinquantaine d’entre-eux, mais le bilan est toujours provisoire, des sources parlant d’un mort et de vingt blessés. Les secours sont encore sur site...

Mercredi 25 février 2009

23/02/2009

Projet rejetté pour Air Asia

Air_Asia[1].jpg

KUALA LUMPUR (AFP) — Le gouvernement malaisien a annoncé qu'il avait mis son véto à l'ambitieux projet de la compagnie à bas coûts AirAsia de faire construire un nouvel aéroport à l'extérieur de Kuala Lumpur pour un coût de 460 millions de dollars.

Le vice-Premier ministre Najib Razak a indiqué que le projet avait été rejeté parce que le partenaire de la compagnie aérienne, le conglomérat malaisien Sime Darby, avait refusé d'apporter une contribution de 800 millions de ringgits (218 millions de dollars).

"S'ils ne participent pas, il n'y a aucune raison pour que le projet soit pris en considération", a-t-il dit dimanche soir, selon l'agence d'Etat Bernama.

Le fondateur d'AirAsia Tony Fernandes a déclaré qu'il se conformerait à la décision gouvernementale.

"Evidemment nous devons suivre le gouvernement. L'emplacement de l'aéroport n'est pas le problème. L'important pour AirAsia est que nous avons besoin de coûts bas", a-t-il dit à l'AFP.

"Nous sommes heureux de rester à l'aéroport international de Kuala Lumpur mais les aéroports malaisiens doivent fournir un service efficace à des coûts bas", a-t-il ajouté.

AirAsia utilise avec deux autres compagnies, Cebu Pacific et Tiger Airways, un terminal réservé aux compagnies à bas coûts, situé près de l'aéroport international de la capitale.

Elle voulait faire bâtir un terminal pour elle seule dans l'état de Negeri Sembilan, à l'extérieur de kuala Lumpur, capable d'accueillir à terme 30 millions de passagers par an et qui devait être achevé en mars 2011. La réduction des coûts envisagée était de 30%.

En constante expansion, AirAsia transporte annuellement plus de 15 millions de voyageurs.

Elle a annoncé lundi un accord de financement avec le groupe bancaire britannique Barclays pour l'achat de 15 nouveaux Airbus A320-200, malgré les sombres perspectives de l'industrie aérienne.

Lancée en 2001 avec seulement 2 appareils, elle dessert aujourd'hui 64 destinations.

La compagnie malaisienne est devenue le premier client d'Airbus A320-200 après une commande de 175 avions passée en décembre 2007, avec une option pour 50 appareils supplémentaires. Les livraisons s'étalent jusqu'en 2014.

Selon des informations de presse, Najib Razak, dont la nomination comme Premier ministre est attendue prochainement, a indiqué qu'un nouveau terminal pour AirAsia doit être construit par la société Malaysia Airports Holdings qui gère l'aéroport international de la capitale (KLIA).

"Nous sommes encore en train de négocier les termes et conditions du nouveau terminal low cost avec AirAsia", a déclaré M. Razak, selon le quotidien Star.

L'actuel terminal utilisé par AirAsia est en cours de rénovation et d'extension jusqu'à la fin mars, mais sa capacité devrait déjà être insuffisante d'ici là.

Source: AFP
Lundi 23 Février 2009

Ryanair plus de comptoir tout en ligne

ryan-air-counter[1].jpg
La compagnie aérienne irlandaise Ryanair souhaite supprimer ses comptoirs d'enregistrement dans les aéroports d'ici à la fin de l'année pour réduire ses coûts, a indiqué Michael O'Leary, le patron de la compagnie. "Tout ce que nous aurons, c'est un comptoir pour que les passagers déposent leurs bagages, autrement tout sera fait en ligne", a expliqué M. O'Leary au quotidien britannique Daily Telegraph.

"A terme, nous voulons qu'une personne sur cinq seulement enregistre ses bagages au comptoir", a-t-il relevé. Environ 97% des passagers de la compagnie à bas coûts réservent déjà leurs vols en ligne et 75% s'enregistrent aussi sur internet, a précisé un porte-parole de Ryanair cité par le journal, soulignant que cette annonce de M. O'Leary apparaissait comme "l'étape suivante logique". Ryanair a annoncé au début du mois qu'elle allait supprimer 200 emplois à Dublin, dont des postes de pilotes, à la suite d'une forte chute du trafic aérien prévu à partir et à destination de la capitale irlandaise cette année.

Source: AFP
Lundi 23 Février 2009

15:01 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (0)

22/02/2009

Virgin America

800px-Virgin_America_A320-214_LAX_N621VA[1].jpg

Seule compagnie américaine à miser sur le service en vol, Virgin America (créee par Richard Branson) a enregistré une perte de 175,4 millions de dollars durant les trois premiers trimestres de 2008. Il s'agit d'une des pires performances de l'histoire de l'aviation américaine, puisque la perte équivaut à 67% des revenus de la période, qui se chiffraient à 259,6 millions. Virgin America exploite une flotte de 25 Airbus A320 depuis sa plaque tournante de l'aéroport de San Francisco. C'est une compagnie à bas tarifs, mais à haut niveau de services dont le vol inaugural a eu lieu en août 2008. Elle relie actuellement neuf grandes villes situées pour la plupart sur les côtes Est et Ouest des États-Unis.

Dès son lancement, elle s'est targuée de rendre le voyage en avion à nouveau agréable. Les passagers de classe économique disposent de sièges en cuir équipés de prises d'ordinateur, de systèmes vidéo et MP3 individuels (une bibliothèque MP3 de 3000 morceaux). L'empattement est de 32 pouces, ce qui ménage un espacement bien raisonnable entre les sièges, tandis que les boissons et repas sont gratuits. L'éclairage de la cabine a été étudié pour créer une ambiance «cosy». Dès ce printemps, un service internet à haut débit sera disponible à bord de tous les avions.

Ces éléments ont valu à Virgin America de nombreuses distinctions. Le transporteur a notamment été désigné «meilleur transporteur domestique» en 2008 par Conde Nast Traveler, Travel”Leisure, Zagat Global Airlines Survey et Arthur Frommer. Malheureusement, ces beaux efforts pour améliorer la qualité des services en vol n'ont pas été récompensés par la rentabilité. Le lancement de Virgin America est une initiative du milliardaire britannique Richard Branson, propriétaire du groupe Virgin qui exploite également Virgin Atlantic et Virgin Blue (en Australie). La loi américaine limitant à 25% la participation étrangère au capital des compagnies aériennes, la majorité des actions est détenue par des investisseurs américains.

On peut se demander si, pour améliorer ses perspectives de rentabilité, Virgin America ne devrait pas prendre exemple sur US Airways, compagnie qui fait décidément preuve de leadership, pour aller chercher de l'argent dans les poches de ses clients. Après les repas, le café (1$) et les bagages (15$ par valise enregistrée), les passagers des vols nord-américains de US Airways devront débourser 7$US pour obtenir des couvertures. En fait, c'est un ensemble composé d'une couverture, d'un oreiller gonflable, d'un masque pour les yeux et d'oreillettes antibruit qu'ils obtiendront. Et en prime, on leur offre un coupon de réduction de 10$ sur les achats du Sky Mall, le catalogue de vente par correspondance inséré dans les pochettes qui font face à chaque siège.

Source: Crash-Aérien.com
Dimanche 22 Février 2009

Pourquoi Easyjet est la moins chère?

349231587_d9650114b3[1].jpg
Depuis l'installation de sa nouvelle base aérienne à Saint-Exupéry en avril 2008. L'Irlandais a d'ailleurs été primé meilleure compagnie low-cost de l'année par Skytrax, une agence de notation indépendante. Pour Thomas Meister, porte-parole d'EasyJet, les incidents de cet été ne remettent pas en cause le modèle low-cost : « Il s'agit d'une période de mise au point sur notre base lyonnaise. Si cela était arrivé à une compagnie traditionnelle, les choses se seraient passées exactement de la même manière ».

Ce n'est pourtant pas si certain, car derrière l'expression « low-cost » se profile un business-model bien particulier : le contrôle absolu des coûts sur toute la partie service. Toutes les prestations à bord sont facturées, les prestations au sol (enregistrement) sous-traitées et le système informatique simplifié, ce qui implique un placement libre dans l'avion et un recours systématique à la vente directe via Internet.

Côté flotte, en revanche, on ne plaisante pas avec la sécurité. Les avions sont soumis aux standards de révision européens, et EasyJet dispose d'une des flottes les plus modernes du paysage aérien, donc également d'une des moins polluantes. Par ailleurs, le modèle low-cost exploite une flotte totalement homogène de la famille des A320, des avions de petite taille, mono couloir, destinés aux court et moyen courriers. Cette standardisation leur permet d'optimiser les coûts de maintenance et de formation du personnel. Un mode de rationalisation qui réjouit les investisseurs : « Ces avions sont ceux qui se vendent le mieux au monde, ils font l'objet de beaucoup de demandes sur le marché secondaire, décrypte un banquier du secteur. Donc même au cas où l'entreprise serait mal gérée, elle reste pour les banques une compagnie très profitable puisque ces dernières sont sûres de récupérer l'emprunt en revendant les actifs sur le marché. »

Enfin, la compagnie fait tourner ses avions à flux tendu. EasyJet n'a ainsi que deux avions à Lyon pour couvrir l'ensemble de ses destinations. Aucune ouverture de desserte ne se fait sans fermeture parallèle. Pour ouvrir la liaison bi-hebdomadaire Lyon-Bastia, par exemple, EasyJet a supprimé deux vols Lyon-Venise, au taux de remplissage décevant. Les avions volent onze heures par jour, les hôtesses se chargent du nettoyage et les escales sont calculées au plus juste : 25 minutes. Ce qui laisse évidemment peu de marge, et décale inévitablement tous les vols suivants en cas de retard. Au risque d'annuler le dernier vol de la journée… C'est le risque que couraient sans le savoir les 312 passagers des deux vols EasyJet annulés cet été.


Comparatif : la différence se fait sur les taxes

Pour qu'EsayJet installe à Lyon l'une de ses vingt bases aériennes européennes, Saint Exupéry a dû créer un terminal spécial, afin de baisser les taxes d'aéroport. "Nous voulions un terminal adapté à nos besoins, explique Thomas Meister, porte parole d'EasyJet. Contrairement à d'autres compagnies aériennes, nous n'avons pas à gérer de passagers en transit, nous ne vendons que des allers simples. Nous n'avons donc pas besoin d'un système de tri de bagages très sophistiqué et plus coûteux, tel qu'il existe sur la majorité des terminaux. Il n'aurait pas été normal que nous payions pour un service que nous n'utilisons pas." L'aéroport a donc investi un peu moins de 2 millions d'euros pour construire le terminal simplifié "EasyJet", théoriquement ouvert à toutes les compagnies aériennes low-cost.

Attention aux options "forcées" : si vous ne souhaitez pas souscrire d'assurance de vacances, n'oubliez pas de décocher la case "Assurance" cochée par défaut sur les billets EasyJet au moment du paiement final !

À SAVOIR

En cas de litige avec une compagnie aérienne française, le médiateur compétent est la Délégation générale de l'Aviation civile (www.dgac.fr).
En cas d'annulation de vol, la compagnie se doit de rembourser le billet ou de proposer un réacheminement. L'indemnité légale de dédommagement (250 euros pour un moyen-courrier) est en pratique rarement versée, les compagnies pouvant faire valoir des
« circonstances extraordinaires » pour s'en exonérer.

Source: lyoncapital.fr
Samedi 21 Février 2009


11:29 Publié dans Easyjet | Lien permanent | Commentaires (0)

20/02/2009

Bmi réduit la capacité de ses vols

Bmi.a320-200.g-midt.800pix[1].jpg
Bmi a récement envoyé un email à ses membres Club Diamond détaillant les suppressions de vols. Ce programme sera appliqué à la fin du mois de mars. Bmi va supprimer ses vols depuis Heathrow vers Leeds et Durham. La compagnie va également réduire la fréquence de ses vols vers Amsterdam de sept vbols par jour à quatre et de 7 à 6 vols vers Dublin.

Bmi va par ailleurs diminuer la fréquence de ses vols depuis Heathrow vers Bruxelles et Aberdeen. Elle va remplacer ses Airbus A320 sur ces routes par des avions plus petits de marque Embraer.

La compagnie aérienne Lufthansa va finaliser son rachat de Bmi dans les prochaines semaines, après avoir annoncé en Octobre qu'elle augmentterait sa participation dans la Bmi à 80%.

Source: Business travel
Vendredi 20 Février 2009

19/02/2009

RYANAIR: service téléphonie mobile à bord

RyanAir[1].jpg

DUBLIN (Reuters) - Ryanair, la principale compagnie européenne à bas coûts, devait lancer ce jeudi un service permettant à ses passagers d'utiliser leur téléphone mobile en vol.

Ce service, d'abord proposé sur 20 appareils basés à Dublin, sera ensuite progressivement étendu à l'ensemble de la flotte de la compagnie irlandaise.

Cette initiative de Ryanair et de la société spécialisée OnAir constitue la première étape d'une offre de services de téléphonie mobile qui seront disponibles sur la totalité de la flotte, soit plus de 170 avions, au cours des 18 prochains mois, a indiqué le directeur général de la compagnie, Michael O'Leary, dans un communiqué.

Air France-KLM a déjà testé l'utilisation des téléphones portables en vol et la compagnie norvégienne à bas coûts Norwegian Air Shuttle ASA a annoncé l'an dernier qu'elle avait l'intention de proposer des services de téléphonie et d'internet mobiles sur ses vols.

Airbus, filiale d'EADS est un actionnaire minoritaire de d'OnAir, partenaire de Ryanair pour ce projet.

Source: Obsnouvel.com
Jeudi 19 février 2009
Andras Gergely, version française Myriam Rivet

13:54 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (0)

13/02/2009

Germanwings publie ses résultats de Janvier 2009

PicForNewsletterGermanWingsAug2006Deplaning[1].jpg
Germanwings vient de publier ses résultats de trafic du mois de janvier 2009 :

Passagers:

Janvier 2009: 442 092 (baisse de 8,3%)
Janvier 2008: 481 944

Coefficient d’occupation:

Janvier 2009: 71,2 % (baisse de 2,1 points de pourcentage)
Janvier 2008: 73,2 %

Source: Aérocontact
Mercredi 11 février 2009

12/02/2009

Ryanair: 200 emplois supprimés à Dublin

342304625[1].jpg
DUBLIN (AFP) — La compagnie aérienne à bas coûts irlandaise Ryanair a annoncé jeudi dans un communiqué qu'elle allait supprimer 200 emplois (pilotes, personnel de bord et ingénieurs) à l'aéroport de Dublin, imputant la situation aux taxes en vigueur à Dublin et à l'introduction d'une taxe aérienne.

Ryanair avait fait exactement la même chose la semaine dernière à Shannon, un autre aéroport irlandais, où le nombre d'emplois passera de 300 à "moins de 200".

Le directeur général Michael O'Leary a cependant assuré jeudi que ces décisions pourraient être annulées si le gouvernement change d'avis sur sa taxe aérienne.

Dans son communiqué de jeudi, la compagnie indique "que l'alliance de tarifs élevés et en hausse à l'aéroport de Dublin, et de la décision ridicule du gouvernement d'imposer une taxe de 10 euros par vol à partir du 30 mars va décimer le trafic et le tourisme dans cet aéroport".

La compagnie assure que déjà, "les coûts élevés et les installations de troisième classe de l'aéroport ont fait s'effondrer le trafic à Dublin de 9% en décembre par rapport à décembre dernier", soit 150.000 passagers par mois ou deux millions par an.

Ryanair va faire passer de 22 à 18 le nombre de ses avions à Dublin, de 700 à moins de 600 le nombre de rotations hebdomadaires, de 10,8 millions à 8,7 millions le nombre de passagers en 2009/10, ce qui aboutira à la perte des 200 emplois.

"De nouvelles coupes dans le plan d'activité hivernal de Dublin seront annoncées ultérieurement", a-t-elle d'ores et déjà prévenu.

Source: AFP
Jeudi 11 février 2009

21:04 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (0)

Mon départ pour Dublin (Mardi 10 Février 2009)

P1000023.JPG

Mon Avion (Airbus 320) Vol EZ533 Aer Lingus au départ de Lyon (LYS)

P1000033.JPG

Les hôtesses de l'air au nombre de 4...

P1000034.JPG

Pendant le vol

P1000038.JPG

A l'arrivée à Dublin (DUB), ciel couvert (normal!!)

10/02/2009

Ryanair defie SAS au Danemark

dyn005_original_596_242_jpeg_2567601_18a3210df0b9b6545c346669d3d9c491[1].jpg
La compagnie irlandaise à bas coûts ambitionne de transporter plus de passagers que la compagnie scandinave depuis l'aéroport de Copenhague d'ici deux à trois ans, si ce dernier accepte la proposition de Ryanair qui exige notamment la garantie d'une rotation très rapide.

Malgré , Ryanair ne manque toujours pas d'ambition. La compagnie à bas coûts irlandaise entend transporter plus de passagers que sa concurrente scandinave SAS "d'ici deux à trois ans" depuis l'aéroport de Copenhague, si ce dernier accepte sa proposition, a annoncé son PDG, Michael O'Leary. "Nous discutons avec Copenhague de la possibilité de commencer avec dix avions. Nous pourrions facilement grimper à 10 millions de passagers d'ici deux à trois ans, parce que nous sommes la seule compagnie aérienne qui va recevoir 50 nouveaux avions lors des quatre prochaines années", a-t-il ajouté.

Ryanair, qui deviendrait ainsi la première compagnie aérienne sur le "hub" (plate-forme de correspondances) de Copenhague, exige de l'aéroport la garantie d'une rotation très rapide : la possibilité d'atterrir, de vider l'avion, le remplir de nouveau et redécoller en 25 minutes maximum. "Si nous obtenions cela, nous pourrions ouvrir cet été. Mais la décision revient à l'aéroport de Copenhague", a estimé Michael O'Leary.

Un porte-parole de l'aéroport de Copenhague a indiqué à l'AFP qu'il n'y avait pas eu de demande formelle de Ryanair et que l'aéroport était simplement "en dialogue" avec la compagnie irlandaise, "comme avec d'autres compagnies". La compagnie irlandaise n'est pas présente au départ de Copenhague, mais dessert Billund dans l'ouest du Danemark, et des aéroports dans la lointaine périphérie d'Oslo et Stockholm.

"Je crois fermement que c'est possible pour Ryanair d'atteindre 10 millions de passagers en quelques années", a déclaré le directeur de l'aéroport, Brian Petersen. "Nous ferons tout ce qui n'est pas illégal ou qui ne nuise pas à l'aéroport pour être attractifs tant pour Ryanair que pour d'autres compagnies", a-t-il ajouté.

Le groupe aérien SAS, qui traverse d'importantes difficultés, occupe la place de numéro un, avec 9,4 millions de passagers transportés depuis l'aéroport de Copenhague l'an passé. Après de très mauvais résultats, la compagnie scandinave a annoncé la suppression de destinations et pris la décision de se recentrer sur la clientèle d'affaires.

Le marché aérien danois a également perdu un de ses acteurs avec la faillite fin octobre de la low-cost Sterling. SAS et Norwegian s'étaient attaqués aux créneaux laissés libres par Sterling, créneaux qui ont été pourvus depuis, selon l'aéroport de Copenhague.

Source: LesEchos.fr
Lundi 9 février 2009

11:22 Publié dans Ryanair | Lien permanent | Commentaires (0)

07/02/2009

Inauguration de Lufthansa Italia!!

610x[1].jpg
La compagnie allemande Lufthansa a lancé cette semaine une nouvelle filiale, Lufthansa Italia.
Cette compagnie, basée à Milan Malpensa en Italie, est possédée à 100% par la compagnie mère Lufthansa AG.

Pour le moment, seuls deux avions, des Airbus A319 appartenant précédemment à Germanwings, font partie de la flotte. La compagnie dessert pour le moment deux destinations: Paris - Charles de Gaulle et Barcelone.
D'ici fin mars, la compagnie sera composée d'une flotte de six appareils, toujours des Airbus A319 et desservira huit villes d'Europe à partir de l'aéroport de Milan Malpensa.

Cette nouvelle compagnie a été créée par Luftahansa de toute pièce après la non acquisition d'Alitalia l'an dernier. Alitalia ayant diminué sa présence à Malpensa, Lufthansa en a profité pour récupérer des créneaux laissés libres.

Source: Aéroweb-fr.net
Vendredi 6 février 2009

06/02/2009

EasyJet: probable révision de sa flotte

575782616_small[1].jpg
















EasyJet a révélé le 5 février que le début de l’année 2009 avait été meilleur que prévu. Ceci est notamment dû à la diminution des capacités de ses concurrentes et au report des voyageurs de loisir long-courrier sur des destinations dans le rayon d’action de la compagnie.

Les tarifs moyens de la low-cost britannique ont augmenté, ce qui lui permet de compenser partiellement les pertes causées par la dépréciation de sa couverture carburant et les coûts entraînés par la baisse de l’utilisation des appareils.

Cependant, easyJet reste prudente face au ralentissement du transport aérien et à la faiblesse de la livre sterling.

Elle n’exclut pas de revoir le plan de croissance de sa flotte si la situation empire dans les trois à six prochains mois.

Source: aérocontact
Vendredi 5 février 2009

20:44 Publié dans Easyjet | Lien permanent | Commentaires (0)

10min d'enregistrement du poste de pilotage du vol US1549 avant amérrissage

05/02/2009

Austrian Airlines est toujours en tangage

1084113982_OE-LBN_Airbus-A320-214_Austrian-Airline[1].jpg
Austrian Airlines (AUA) n'est toujours pas sortie d'affaire, la menace d'une faillite étant toujours d'actualité, rapporte le quotidien Standard dans son édition de jeudi. En cas d'échec d'un plan radical d'économies annoncé la semaine dernière, "AUA va dans le mur malgré la signature" du contrat de vente à Lufthansa, a affirmé lors d'une réunion avec des salariés l'un des deux nouveaux dirigeants intérimaires.

La compagnie "est un patient mort qui doit être très sérieusement revitalisé", a-t-il souligné, en ajoutant que faute de trésorerie le groupe avait dû recevoir le 22 décembre de l'Etat une aide d'urgence de 67 millions d'euros pour honorer des engagements. En poste depuis le départ de l'ancien PDG, Alfred Ötsch, Andreas Bierwirth et son homologue Peter Malanik s'exprimaient lors d'une réunion destinée à justifier auprès des salariés du groupe un plan d'économie d'urgence destiné à dégager 225 millions d'euros de trésorerie. Ce plan comprend notamment une réduction de 10% des dessertes, une baisse des investissements et le non-versement temporaire des salaires.

Lors de la réunion, Andreas Bierwirth a reconnu que la compagnie vendait trop peu de billets au grand public en raison de prix trop élevés. Sa clientèle d'affaires a par ailleurs chuté de jusqu'à 50%, pour certaines de ses principales firmes clientes, en raison de la crise économique. L'endettement d'AUA approche par ailleurs les 1,4 milliard d'euros après des pertes prévisionnelles de 100 à 125 millions en 2008.

Lufthansa espère finaliser en juin le rachat pour la somme symbolique de 366.000 euros de sa part publique (41,56%) et veut lancer une OPA sur le capital restant à 4,49 euros par action, soit environ 217 millions d'euros. L'opération, qui doit s'accompagner d'une aide de 500 millions d'euros par l'Etat autrichien pour éponger une partie des dettes, doit cependant encore être formellement validée par Bruxelles, les groupe Air France-KLM et Ryanair notamment protestant contre ces conditions de vente.

Source: E24
Mercredi 4 février 2009