Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/08/2008

ThomsonFly va désservir l'aéroport de Monastir

Thomsonfly, une compagnie aérienne low-cost britannique, vient de recevoir le feu vert des autorités aéronautiques tunisiennes pour desservir l’aéroport de Monastir à partir de novembre. Rien n’a été jusqu’ici communiqué sur la fréquence des vols de cette compagnie.

Une dizaine de compagnies européennes charter et low-cost ont réussi au cours des dernières années à se frayer un chemin dans le ciel tunisien. Il s’agit, entre autres, des compagnies françaises Transavia, Aigle Azur, Air Méditerranée, XL Airways, mais aussi allemandes comme HapagFly ou Air Berlin.

Une autre ne nouvelle compagnie low-cost, SBA Tunisia, est encore en gestation.
L’invasion de ces compagnies est désormais incontournable. Le fait de disposer d’un pôle aérien low-cost représente désormais un argument de taille pour attirer les flux touristiques. De ce fait, la Tunisie ne peut que s’engager les accords de l’Open Sky pour insuffler de nouvelles bouffées d’oxygène à son tourisme.

Vu leurs prix imbattables, les compagnies européennes opérant sur la Tunisie ont grignoté des parts de marchés importantes non seulement au transporteur national Tunisair mais aussi aux compagnies charters locales Nouvelair et Karthago Airlines.
Pour sa première année d’activité en Tunisie, Transavia a pris de l’altitude grâce à l’axe franco-tunisien. Elle a réalisé plus de 1000 vols réguliers sur les trois aéroports tunisiens qu’elle dessert (Djerba, Monastir et Tozeur) en plus des vols irréguliers affrétés directement par des tours opérateurs, selon un bilan publié récemment par la compagnie. Cette filiale d’Air France-KLM a transporté 141 000 passagers, dont 76 000 en vols réguliers sur Djerba, 53 000 sur Monastir et 12 000 sur Tozeur, soit un taux de remplissage moyen de plus de 70%.

1e7342d55e66a0574da6350ae8c95449.jpg
Publié le : 31/08/2008
TourismeMag.com

Présentation du métier de Personnel Naviguant Commerciale

Les hôtesses de l’air et les stewards sont: le Personnel Navigant Commercial (PNC).
De tous les personnels d’une compagnie aérienne, le PNC est celui qui est en contact le plus longtemps avec la clientèle. Sa fonction est très importante car il est le reflet de la compagnie aérienne.

Le rôle du PNC est :

Assurer la sécurité des passagers : procédures (normales et d'urgence), démonstrations et utilisation des équipements de secours.

Apporter les premiers secours en cas de nécessité.

Assurer la fonction commerciale auprès des passagers : accueil, service à bord, confort et bien-être du passager.

Pour pouvoir exercer ce métier, le PNC doit être titulaire du Certificat de Formation à la Sécurité (CFS), diplôme d’Etat délivré par la Direction Générale de l’Aviation Civile.

Pré-requis généraux des compagnies françaises :

- Certificat de Formation à la Sécurité (CFS)
- Niveau Bac
- Attestation d’aptitude physique et mentale (visite médicale)
- 18 ans révolus minimum
- Pratique courante de l’anglais
- Excellente présentation,
- Etre membre de l'Union Européenne

365f9fde3926bc30b792948afd9adae9.jpg

d09793579e2b33f3f3a34d39f80e6ad8.gif
48d0c6860ebc9e20bc5633cfbe1b24c8.jpg
f6a7175a54a3248691d80458cc398f1c.jpg

source: ESMA

30/08/2008

Transavia.com s'installe sur l'aéroport de Brussel

La compagnie Low-cost néerlandaise "Transavia" débarque sur l'aéroport de Brussel à t'elle annoncé jeudi soir dans un communiqué.
Elle débutera en proposant des destinations neiges telles que Innsbrück et Salzbourg. pour la première destination autrichienne la compagnie proposera 3 vols pas semaine au départ de Brussel Airport (Lundi, Mercredi, Vendredi) et pour la seconde, deux vols par semaine (Mardi, et Samedi). Ces nouvelles destinations répondent seulement du public intérréssé par les destinations "sport hiver".

Transavia n'a pas précisé d'éventuelle de nouvelles destinations au départ de Brussel vers d'autres régions européennes.

76f3637e9f1cbe15e0286f2758f8782c.jpg

Atlas Blue : après les 27 heures de retard,pagaille pour le dédommagement des passagers

Les passagers du vol AT 9798 ont vécu une véritable galère le samedi 19 juillet (notre édition du 22 juillet). Avec un retard de 27 heures sur le vol Marrakech - Lille, les passagers attendaient de la part d'Atlas Blue un peu mieux que la cacophonie actuelle.

Quand ils sont arrivés dans le hall de l'aéroport de Lesquin, les 130 passagers en provenance de Marrakech parlaient de « préjudice moral », de la sensation « d'être pris en otage ». Des sentiments qui s'expliquent après une nuit à dormir à même le sol pour certains, sans prise en charge ni informations précises de la compagnie Atlas Blue.

Au départ comme à l'arrivée, avec 27 heures de retard, les passagers ont rempli des formulaires pour être dédommagés. Mais faute de représentant de la compagnie low-cost marocaine, filiale à 100 % de Royal Air Maroc (RAM), aucune indemnité concrète n'avait été annoncée.

Un mois après les faits, c'est en ordre dispersé qu'arrivent les courriers de la compagnie. Najet Delhaye, habitante de Tourcoing, a reçu une lettre de la RAM. Il y est écrit : « Dans l'espoir d'atténuer ce fâcheux souvenir, nous avons le plaisir de vous accorder une indemnité de 400 euros par passager. » Soit 1 200 E pour Najet et ses deux filles. Enfin, si la compagnie remet les bons noms avec les bons prénoms puisque, pour l'instant, c'est un imbroglio complet
c929911044b9914cb068df9c9ee6bd1c.jpg

PAR GEOFFROY DE SAINT GILLES
source: lavoixdunord.fr

TUI Travel: fusion de Condor, Germanwings et TUIfly en vue.

f840218bc2f764db6e1869f38e41a92a.jpgTUI Travel a annoncé l'ouverture de discussions avec Lufthansa et Thomas Cook en vue de la conclusion d'une possible fusion entre Condor, Germanwings et TUIfly Germany, les compagnies aériennes des trois voyagistes.

Le voyagiste britannique précise toutefois qu'aucun accord commercial n'a été signé et il n'est pas certain qu'une opération émerge de ses discussions.

Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.

Source: le quotiden du tourisme

Transavia baisse sa surcharge pétrole

Le prix du baril de pétrole est en fort recul depuis environ 5 semaines.

Contrairement aux automobilistes, les clients des compagnies aériennes ne peuvent pas encore apprécier les effets de cette baisse d'un point de vue tarifaire. Du moins pour la plupart d'entre eux. En effet, si les grands transporteurs n'ont pas encore touché à leurs surcharges carburant d'autres commencent à bouger. C'est le cas de transavia.com, la filiale loisir d'Air France. Dans un communiqué, la compagnie indique que "la baisse du prix du carburant amorcée mi-juillet a été confirmée". Etant donné que le niveau du carburant est resté en dessous de la barre des 130 dollars le baril pendant trente jours consécutifs, transavia.com "a donc décidé de baisser le prix de sa surcharge fuel depuis vendredi dernier". La compagnie ajoute que "si le prix du baril de pétrole descend en dessous de la barre des 120 dollars pendant trente jours consécutifs, la compagnie répercutera alors de nouveau cette baisse sur ses tarifs. La baisse de la surcharge appliquée par Transavia n'est pas homogène puisqu'elle va de 2 à 10 euros par aller simple. A titre d'exemple, les clients de Transavia devront désormais s'acquitter de 36 euros de surcharge pétrole sur un Paris Gérone.

7817fe69ebacec5e0e71b33dbe1c710d.jpg

Hausse de 20% du trafic passagers d'Easyjet en juillet

LONDRES/STOCKHOLM (Reuters) - EasyJet fait état d'une hausse de 20% de son trafic passagers en juillet, à près de 4,5 millions de passagers.

Le coefficient d'occupation a légèrement augmenté à 89,3%, a précisé la compagnie aérienne à bas coûts.

De son côté, la compagnie scandinave SAS a annoncé une progression de 2,7% de son trafic passagers pour le mois dernier pour un coefficient d'occupation en recul de 1,7 point à 78,9%.

Le titre SAS progressait de 1,67% à 48,60 couronnes suédoises tandis qu'EasyJet reculait de 1,08% à 342,25 pence alors que l'indice regroupant les valeurs européennes du voyage et du transport aérien cédait dans le même 1,2%.

source: laTribune.fr

7b2c93f676690bf44753fbcd76c7e565.jpg

Un avion Easyjet interrompt sont vol à Nice après un incident technique

Un Boeing 737 de la compagnie Easyjet qui effectuait samedi la liaison entre Londres et Cagliari (Sardaigne) a dû interrompre son vol et atterrir à l'aéroport de Nice après un incident technique de nature encore indéterminée, a indiqué un porte-parole de l'aéroport.

Revenant sur de précédentes déclarations, le porte-parole, Philippe Bellissent, a précisé qu'une hôtesse d'Easyjet avait été hospitalisée pour examens à Nice à la suite d'"une intoxication de type respiratoire à l'intérieur de la carlingue".

Une seconde hôtesse a été incommodée, mais n'a pas été hospitalisée.

Précédemment, le porte-parole avait indiqué que le pilote et le copilote de l'avion, initialement présenté comme un Airbus, avaient été incommodés par un dégagement de fumée dans le cockpit.

Les quelque 13O passagers du vol ont été évacués et dirigés vers le terminal de l'aéroport dans l'attente d'un autre avion à destination de Cagliari, qui est attendu dans la journée.

Les pompiers ont indiqué de leur côté qu'un "problème électrique" est sans doute à l'origine de l'incident. "A l'arrivée des secours, il n'y avait plus de fumée" dans l'appareil, ont précisé les pompiers.

source: google actualité
Le porte-parole a indiqué que l'avion ne repartirait pas avant que la cause de l'incident soit déterminée.
24bfd1b6ecedf1dbc4617800e279e737.jpg

Ryanair contre les agences de voyages

1fdcf3f5b18fb3b5a89f83518906a377.jpgLa compagnie aérienne annule les billets de milliers de passagers européens.
source: le Figaro.fr

RYANAIR fait coup double. En quel­ques jours, la compagnie aérienne irlandaise s'est mis à dos l'ensemble des agences de voyages sur Internet et elle se retrouve dans le collimateur des autorités de la concurrence d'à peu près tous les pays européens. En cause, l'annulation programmée de milliers de billets d'avions que des voyageurs n'ont pas achetés directement auprès de Ryanair.

Malgré la polémique créée il y a quelques jours, la compagnie low-cost a reconfirmé hier qu'elle irait jusqu'au bout. Mais elle donne un délai de grâce aux passagers, puisque tous ceux qui devaient partir avant le 26 août pourront conserver leurs billets. Les autres ont dix jours pour trouver une autre solution. Entre-temps, Ryanair s'engage à rembourser les malchanceux.

La compagnie irlandaise n'en est pas à son coup d'essai en la matière. Au début de l'année, elle avait déjà attaqué l'agence en ligne Opodo, accusée de majorer le prix des billets Ryanair pour favoriser les autres compagnies actionnaires d'Opodo (Air France, Lufthansa, British Airways, Iberia, Alitalia, Austrian Airlines, Aer Lingus et Finnair).

Procès perdu

Après avoir perdu son procès contre Opodo, Ryanair avait menacé d'annuler les billets achetés auprès de l'agence en ligne. Mais la compagnie dirigée par le remuant Michael O'Leary n'était finalement pas passée à l'acte. La menace a cependant suffi pour qu'Opodo retire Ryanair de son comparateur de prix. Autre victoire pour la compagnie irlandaise : un tribunal allemand vient de condamner le comparateur de prix Vtour à retirer toutes les offres concernant Ryanair. Reste à voir ce qu'en dira la Commission européenne.

Franckfort: atterrissage d'urgence pour le vol FR 1024 (Ryanair)

Un Boeing 737-800 de la compagnie low-cost Irlandaise "RYANAIR", a effectué le vol entre Budapest (Hongrie) et Dublin (Irlande), a dû atterrir d'urgence sur l'aéroport international de Francfort (Allemagne) à cause d'un sac de champignon congelé!!
Un des passagers avait emmené dans la cabine son sac de champignons surgelés qu'il avait rangé dans un des coffres à bagages. Pendant le vol, les champignons ont commencés à fondre et la sauce à coulé sur un autre passager. Par la suite ce passager s'est plaint d'irritations, conduisant l'équipage à dérouter l'avion sur l'aéroport de Francfort. La passager à été emmené à l'hopital.

L'avion a ensuite redécollé atteignant sa destination finale (Dublin) avec plus de deux heures de retard.

Source: crash-aerien.com
4ccf21baa2df8cebe4085b8a76174dc9.jpg

Frayeur pour les passagers de RYANAIR

mercredi 27 août 2008
Grosse frayeur pour des passagers de Ryanair b6b9915644e9c00ffc54cdc0897888db.jpg

À cause d'un problème de dépressurisation, le pilote a dû faire plonger l'avion de 8 000 m, en cinq minutes. L'appareil a atterri d'urgence à Limoges.
« Il y a eu une chute soudaine de la température et un courant d'air froid. On aurait dit que quelqu'un avait ouvert la porte », a expliqué un passager du Boeing 737, atterri d'urgence, hier , vers 23 h 30, à Limoges. L'appareil de la compagnie irlandaise Ryanair avait décollé, à 21 h 35, de Bristol (Grande-Bretagne), et était en route vers Gérone (Espagne), lorsqu'il a été victime d'un problème de dépressurisation dans la cabine.

Aussitôt, les masques à oxygène sont tombés. Et le pilote a amorcé une descente très rapide : 8 000 m en cinq minutes. Grosse frayeur chez les passagers, qui n'ont pas compris ce qui se passait. « J'ai envoyé un texto à ma mère pour lui dire : « Je t'aime et on est en train de plonger » », a témoigné Charlotte Thorthon, une étudiante de Southampton.

Refus de réembarquer

« C'était une manoeuvre parfaitement maîtrisée, explique la Direction générale de l'aviation civile. Un avion vole à 10 000 m d'altitude. Pour que les gens puissent respirer normalement, on maintient, dans la cabine, une pression de l'oxygène équivalente à celle que l'on trouve à 3 000 m. En cas de dépressurisation dans l'avion, le pilote a seulement quelques minutes pour redescendre sous un palier de 3 000 m. Il doit ensuite se détourner vers l'aéroport disponible le plus proche. »

Les 168 passagers, 141 Britanniques et 26 Espagnols, et sept membres d'équipage, ont finalement été débarqués sains et saufs à Limoges. Seize personnes ont été hospitalisées, à leur demande, se plaignant de problèmes auditifs. Encore sous le choc, certains passagers dénonçaient, hier, le manque d'informations données par l'équipage. « Ce qui était effrayant, c'est que personne ne nous a expliqué ce qui se passait. On ne savait pas comment on allait atterrir », a raconté Charlotte Thorton.

Autre sujet polémique : les masques à oxygène. L'explorateur polaire Pen Hadow, présent dans l'avion, a affirmé que le sien et celui de son fils n'avaient pas marché : « J'ai essayé de respirer dedans, mais il n'y avait pas d'air. » Un témoignage contredit par le directeur général de Ryanair, Michael O'Leary. Pour lui, « tous les masques à oxygène étaient en état de fonctionnement ».

Les passagers sont finalement repartis de Limoges, dans la nuit, vers 3 h 30, à bord d'un autre appareil de la compagnie. Quarante et un ont refusé de réembarquer. Ils devaient être acheminés (en bus), hier après-midi, vers Gérone. Hier soir, les causes de la dépressurisation n'étaient toujours pas connues. Un rapide examen de l'appareil n'a pas laissé apparaître de défaillance particulière. Le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), chargé des incidents et accidents aériens en France, a ouvert une enquête.



Benjamin SEZE.