Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/08/2010

Lyon-Saint Exupéry affiche une très grande forme...

P1050236.JPG

Comme l’aéroport de Marseille, la plateforme lyonnaise a battu un record historique de fréquentation en juillet, avec près de 812 000 passagers, en croissance de 7,5% par rapport à juillet 2009.

 

 

 

Le mois de juillet a en effet été le meilleur mois de trafic depuis l’ouverture de l’aéroport de Lyon-Saint Exupéry en 1975. Les bons résultats ont été porté par le trafic international, qui globalement, enregistre une hausse de 9% par rapport au même mois de 2009, avec de bonnes progressions vers l’Europe (+8,8%), mais aussi sur les liaisons long courrier comme le Québec (+13,1%) et l’Afrique du Nord (+13,2%). Côté trafic intérieur, l’activité est aussi bien orientée avec une augmentation de 5,2% de trafic vers Paris et 3,7% sur les lignes transversales province-province. Ces dernières ont notamment été dopées par les bonnes performances de la Corse, ainsi que Brest, Pau et Rennes. L’ouverture de la ligne Lyon-Nantes par Easyjet a été aussi décisive, avec près de 30 000 passagers au mois de juillet.

 

 

Source : Quotidien du tourisme

 

12/07/2010

170 passagers à destination des Canaries bloqués à l'aéroport...

A320_VH-YQA_Perth_05Feb2010_Brenden-Scott2[1].jpg

LYON — Quelque 170 passagers d'un vol charter à destination des Canaries (Espagne) sont bloqués depuis samedi matin à l'aéroport Lyon-Saint-Exupéry en raison d'une série de "problèmes techniques" affectant leur avion, a-t-on appris dimanche auprès des Aéroports de Lyon...

 

 

"Ce vol devait décoller vers 07H00 samedi mais il a eu un problème technique. Les passagers ont été pris en charge et devaient repartir à 05H15 (dimanche, ndlr), mais il y a eu une nouvelle panne", a expliqué à l'AFP une porte-parole du gestionnaire de l'aéroport.

 

Selon elle, passagers et responsables de l'aéroport se sont réunis dimanche matin "pour essayer de trouver des solutions", notamment en distribuant des attestations d'annulation, en l'absence de représentant de la compagnie charter concernée, l'australienne Strategic Airlines.

 

 

Le major Katia Amsellem, de la police de l'air et des frontières, a confirmé que l'avion était retenu au sol par des "problèmes techniques", notamment "une fissure".

 

 

"C'est un avion-poubelle, il n'y a pas de mots pour décrire son état intérieur", s'est indigné auprès de l'AFP Philippe Merle, un passager de 39 ans, décrivant "des poignées de fauteuil qui tombent ou tiennent avec du chatterton".

 

 

Selon ce gérant de société qui partait en vacances avec sa femme et ses deux filles, l'appareil a été arrêté une première fois par "un problème hydraulique", qui a entraîné une importante fuite d'huile, avant que son pare-brise ne se fende lors de la deuxième tentative de décollage.

 

"Les hôtesses, qui venaient d'être embauchées, nous ont expliqué que l'avion avait 23 ans et n'était pas entretenu, parce que la compagnie attend la livraison de deux nouveaux Airbus", a-t-il expliqué par téléphone, jugeant "incompréhensible" que l'appareil ait obtenu l'autorisation de voler.

 

 

D'après lui, faute d'autres possibilités que cet avion pour rallier les Canaries, une grande partie des passagers a demandé des bons d'annulation auprès du voyagiste Fram, qui avait affrété le vol.

 

 

Créée en 2008, Strategic Airlines a obtenu en août 2009 l'autorisation de voler sur le territoire français.

 

 

Source : AFP

 

30/06/2010

Le groupe Lufthansa vole sur un nuage à LYS...

4626195_l[1].jpg
Si le groupe Air France / KLM assure encore près de la moitié de l'activité de l'Aéroport St-Exupéry à Lyon, il fait désormais face à une concurrence de plus en plus structurée: d'un côté, la montée en puissance des compagnies à bas coût (Easyjet, compagnies africaines, etc...), de l'autre, sur un secteur plus "haut de gamme", le développement de l'offre du groupe Lufthansa.

 

Réunis à Lyon pour faire le point sur l'évolution de leur stratégie, les dirigeants de Austrian Airlines, Brussel Airlines, Swiss et Lufthansa  ont mis en valeur leurs atouts pour concurrencer la compagnie nationale française  : "Malgré la crise, il n'a jamais été question pour nous de réduire notre présence à Lyon", assure Patrick Oberson, le représentant de Swiss  pour la France. Avec quatre vols par jour entre Lyon et Zürich, l'offre de la compagnie helvétique est encore modeste, mais elle fait le lien avec une plateforme reconnue internationalement (l'aéroport de Zürich a été primé pour la qualité de son hub), tôt le matin et avec un temps de transit très réduit. 
"Pas plus de 35 minutes d'attente entre deux avions, c'est un avantage considérable pour qui veut se rendre vers une de nos destinations en Asie, en Afrique et même à San Francisco", fait valoir le "country manager".  Swiss compte désormais 48 destinations européennes et 25 internationales ; sa participation au groupe Lufthansa, avec un personnel la plupart du temps bilingue, assure donc un lien très utile pour les allemands, qui ont fait de la qualité du service, au sol comme en vol, leur principal cheval de bataille. 
Pour Claus Becker, le directeur France et Benelux du groupe, rien n'est dû au hasard : Lufthansa  opère à partir de l'Allemagne (Frankfurt, Münich...) et de l'Italie (Malpensa), mais "la France reste un marché clé" :  avec 590 vols hebdomadaires entre la France et l'Allemagne, une forte présence sur les aéroports régionaux français ( Lyon, mais aussi Nice, Strasbourg, Toulouse...), la compagnie a de bonnes perspectives de développement.

L'effet Airbus A 380
Malgré une année difficile ("la compagnie n'a pas fait de bénéfice mais cela est surtout lié à une grève des pilotes"), Lufthansa a "digéré sans problème l'épisode du volcan islandais", assure Claus Becker. Elle a réalisé "plus d'un demi milliard d'Euros d'investissements en 2009", avec en particulier l'achat d'un A 380 qui vient de commencer à opérer en emmenant les joueurs de l'équipe nationale d'Allemagne à la coupe du monde d'Afrique du Sud. La compagnie bénéficie d'ailleurs d'un "effet Airbus A 380" avec un taux de réservation qui atteint presque les 100% sur les lignes desservies (Tokyo, Pékin, Johannesburg !). 
Avec près de 207000 voyageurs en 2009 et déjà plus de 48300 de janvier à mars 2010, Lyon est la deuxième plaque tournante de Lufthansa après Paris CDG. 

La signature avec Brussels Airlines et Austrian Airlines :
Depuis 2009, la compagnie aérienne belge Brussels Airlines, qui a pris la suite de Sabena après sa faillite, a signé elle aussi avec le groupe Lufthansa. Disposant de 51 avions et près de 3000 employés, les belges travaillent un segment complémentaire, celui du "point to point". "Avec Lyon, nous avons une clientèle d'affaires  qui se rend en Belgique... nous lui offrons un service de bon niveau", indique Thadée Nawrocki, qui  fait face sur ce secteur à la concurrence des compagnies à bas coût, ce qui ne semble pas lui poser de problème. La compagnie a aussi des destinations historiques vers l'Afrique, reprises de Sabena : pour travailler en Afrique, les belges apportent un savoir faire précieux, et là encore très complémentaire de l'offre du reste du groupe.

 

Reste le régional de l'étape : né à Lyon,  Matthieu Payet-Gaspard est "directeur coordination et développement" de la compagnie Austrian Airlines et ferait un excellent ambassadeur du réseau Only Lyon (lire sur LYonenFrance) !
La compagnie autrichienne "dispose, après l'Ex KGB, d'un des réseaux les plus denses en Europe Centrale et Orientale", s'amuse-t-il. Avec des prix concurrentiels, même vis à vis des compagnies à bas coût, Austrian Airlines ouvre donc les portes de l'Asie du Sud Est et de l'Orient à ses partenaires ; depuis Lyon, la compagnie propose des vols quotidiens vers sa plaque tournante historique de Vienne en Autriche, avec là encore des temps d'attente réduits : "là où nos clients mettent 25 minutes pour se rendre d'une porte à l'autre, ceux des compagnies concurrentes, qui passent par Londres ou Amsterdam, mettront près d'une heure !" fait-t-il valoir.
Pour l'ensemble des compagnies du groupe, il n'est donc pas question de parler de crise, mais bien de développement commercial... et Lyon fait partie des zones stratégiques pour ce développement...

08/06/2010

La Libye sera proposée aux passagers au départ de Lyon dès le 15 Juillet...

Afriaqua.jpg

L’aéroport Saint-Exupéry de Lyon va offrir une nouvelle destination à ses voyageurs, avec le lancement le 15 juillet par Afriqiyah d’une liaison vers la capitale libyenne Tripoli.


La compagnie aérienne libyenne Afriqiyah a décidé de mettre en place quatre vols aller-retour hebdomadaires entre Lyon et Tripoli. Ces vols opérés à bord d’Airbus A319 et A320 partiront de Lyon les lundi, mardi, vendredi et samedi, avec un décollage à 14h45 pour arriver en Libye à 17h00. Dans l’autre sens, les vols quitteront Tripoli les mêmes jours à 9h30 pour se poser dans la cité rhodanienne à 11h45.

 

Cette nouvelle liaison va permettre aux habitants de la région lyonnaise d’accéder aux 18 villes africaines desservies par Afriqiyah, parmi lesquelles Le Caire, Dakar, Lomé, Douala ou Johannesburg. Il s’agit de sa deuxième route vers la France, Paris – Charles de Gaulle étant déjà desservie au départ de Tripoli. La compagnie va d’autre part lancer une nouvelle liaison entre Tripoli et Milan – Malpensa, qui sera opérée trois fois par semaine à partir du 18 juillet.

 

Source : Air Journal

23/02/2010

Une grève des contrôleurs perturbe le trafic aérien...

757647_photo-1261920929698-1-0[1].jpg

Le trafic aérien français a été fortement perturbé mardi par une grève des aiguilleurs du ciel, a-t-on appris auprès de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC).

 

La moitié des vols au départ et à l'arrivée de l'aéroport de Paris-Orly ont été annulés et 25% sur Roissy-Charles-de-Gaulle, a déclaré un porte-parole de la direction générale de l'aviation civile.

 

Le trafic a aussi été perturbé en province, comme à Lyon-Saint Exupéry, où 29 vols (14 à l'arrivée et 15 au départ) ont été annulés sur les 345 programmés dans la journée.

 

Les vols sont des liaisons nationales d'Air France et un vol international vers Amsterdam.

 

Le mouvement doit se prolonger jusqu'à samedi. Au plan national, Air France prévoit d'assurer 100% de ses vols long-courriers sur les quatre jours de grève.

 

Pour les journées de mardi et mercredi, 75% de ses vols court et moyen-courriers seront assurés à Paris-Charles de Gaulle et 50% de ses vols court et moyen-courriers à Paris-Orly, prévoit la société.

 

"On ne pourra pas exclure quelques annulations de vols en cours de journée. Des retards seront également possibles", ajoute la compagnie française dans un communiqué diffusé lundi.

 

Cinq syndicats d'aiguilleurs du ciel ont appelé à ce mouvement en pleines vacances scolaires pour une partie de la France, notamment Paris, face à la perspective d'une réorganisation du contrôle aérien au plan européen.

 

Le Functional airspace block europe central (FABEC), signé en novembre 2008, associe six pays européens (Allemagne, Belgique, France, Luxembourg, Pays-Bas et Suisse) qui souhaitent moderniser la gestion du trafic aérien en termes de sécurité, de capacité, d'efficacité et de défis économiques.

 

L'intersyndicale (CGC, CGT, FO SNNA, FO, Unsa) craint que ce projet conduise au démantèlement de la Direction générale de DGAC et menace l'emploi et le statut de ses 12.000 agents.

 

Elle dénonce parallèlement la forte réduction des effectifs prévue pour 2010 et 2011 par le gouvernement dans le cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP).

 

Thierry Lévêque avec Catherine Lagrange et Sophie Hardache

 

Source : Le Point.fr

04/02/2010

L'aéroport de Lyon-Saint Exupéry en légère baisse en 2009...

4626195_l[1].jpg
Avec 7,71 millions de passagers (transit compris) en 2009, l'Aéroport de Lyon-Saint Exupéry enregistre une baisse de trafic de 2,6% par rapport à 2008.


Si le trafic charter et le trafic régulier traditionnel accusent une baisse respectivement de 19,2 et 5,4%, les low cost sauvent la plate-forme comme dans beaucoup d'aéroports européens.


Les low cost, et principalement Easyjet, qui dispose depuis 2008 d'une base et a ouvert trois nouvelles lignes en 2009 (Nantes, Edimbourg, Bruxelles), représentent désormais 18% du trafic global de l'aéroport lyonnais (6% en 2007).

L'international (-2,8%) réalise 4 724 956 passagers et les plus fortes baisses se trouvent sur les liaisons européennes (- 5,3% et notamment un -17,4% pour l'Allemagne) alors que l'Afrique du nord (+2,9%) bénéficient de la bonne tenue de l'Algérie (+7,9% avec 356 777 passagers) et du Maroc (+2,7% avec 394 113 passagers). La Tunisie chute de 0,4% (473 575 passagers).


Le trafic national, malgré le hub d'Air France, recule de 3% avec 2 847 857 passagers. Les destinations parisiennes continuent de s'éroder (- 13,2% sur Roissy CDG et -20,2% sur Orly). Seuls Bordeaux et Lille tirent leur épingle du jeu.


Au niveau fret et poste avionnés, les 32 609 tonnes enregistrées représentent un recul de 0,6% par rapport à l'exercice précédent.

Extension du terminal low cost en 2011

En 2010, l'aéroport Lyon-Saint Exupéry entend développer les axes internationaux et principalement l'Amérique du Nord, l'Asie et le Moyen-Orient ainsi que les courts et moyens courriers vers les pays nordiques et l'est de l'Europe.


Le trafic low cost devrait encore constituer une bonne partie des résultats de la plate-forme avec notamment l'arrivée, en mars 2010, de Transavia qui opérera trois nouvelles destinations : Monastir, Djerba et Héraklion. 


Une extension du Terminal 3 dédié à ce trafic est programmée, et confiée après appel d'offres au groupement emmené par GFC Construction. Livré fin 2011 pour un coût global de 34,2 M€, le nouveau satellite d'embarquement de 7 000 m² (dont 600 m² de commerces) permettra de doubler la capacité d'accueil du Terminal 3 pour atteindre les trois millions de passagers.


Nouveauté pour l'été 2010, un tramway express reliera le centre-ville de Lyon (gare de la Part Dieu) à l'aéroport toutes les quinze minutes pour un trajet d'une durée de 30 minutes.
Source : Econostrum.info

26/01/2010

Aéroport de Lyon : beaucoup d’ambitions et les moyens de se développer...

524518423.jpg

En faisant le point lundi 25 janvier sur son activité 2009, Philippe Bernand, le "patron" de l’Aéroport de Lyon fait preuve d'optimise après une année difficile. 2010 doit démontrer que la place de seconde plateforme aéroportuaire française est une réalité envisageable.


Côté résultats pour 2009, Lyon-Saint Exupéry dépasse le seuil des 7.7 millions de passagers (7 717 609 passagers), malgré un trafic en baisse de 2,6 % par rapport à 2008. Autre constat, la montée en puissance du low cost avec une hausse de 26% attribuée, entre autres, à l’arrivée du 3ème avion d’EasyJet en octobre dernier. Un bon résultat mitigé par la baisse du trafic charter (- 19.2 %) et du trafic régulier traditionnel (-5.4 %). Au global, le trafic low cost représente 18 % du trafic global en 2009, contre seulement 6 % en 2007. 3 nouvelles lignes ont été ouvertes par easyJet ; Nantes, Edimbourg et Bruxelles, alors qu’Air Arabia, nouvelle compagnie aérienne à Lyon a lancé en mars dernier une nouvelle desserte sur Casablanca. D'autres ouvertures de ligne ont eu lieu: Tarom a ouvert 4 fréquences hebdomadaires sur Bucarest en septembre. La compagnie Swiss a lancé 4 fréquences quotidiennes sur Zurich depuis mars. En 2009, des fréquences sur des lignes existantes ont été également rajoutées telle que le passage de 5 à 10 fréquences sur Istanbul par la compagnie Turkish Airlines affichant depuis une croissance de + 23.8 % avec 102 288 passagers.

Des chiffres en montagnes russes

Sur l’Europe, (- 5.3 %), l’Allemagne a enregistré la plus forte baisse (- 17.4 % et 604 452 passagers). A contrario, le Portugal culmine à + 13.6 % avec 183 679 passagers. L’Afrique du Nord résiste bien et score à + 2.9 % avec une hausse significative de + 7.9 % sur l’Algérie (356 777 passagers), une croissance régulière sur le Maroc de + 2.7 % (394 113 passagers) et la stabilisation de la Tunisie à -0.4 % avec 473 575 passagers. Le trafic national comptabilise 2 847 857 passagers, soit – 3 % par rapport à 2008. Enregistrant le plus important recul avec -13.2 %, le trafic parisien pâtit de la réduction de fréquences sur Roissy CDG (-11.5 % avec 498 880 passagers) et des mauvais résultats sur Orly (-20.2 % avec 88 171 passagers). Les transversales qui représentent 31 % du trafic global de la plate-forme, affichent des résultats en légère augmentation par rapport à 2008 (+0.6 %). Bordeaux avec 431 483 passagers est la première destination régionale. Elle atteint + 11.4 % par rapport à 2008. Opérée par Air France et easyJet, Bordeaux est l’exemple de la dynamisation du marché qu’apporte l’arrivée d’une liaison low cost sur une destination. En effet sur la desserte bordelaise, la croissance de la compagnie orange est importante mais le trafic d’Air France reste stable.

Le développement du réseau aérien

Fort de ces chiffres, Lyon Saint Exupéry veut aller de l’avant et travaille à plusieurs axes de développement comme, entre autres :
  • les dessertes internationales longs courriers vers l’Amérique du Nord, l’Asie et le Moyen Orient
  • les courts courriers et moyens courriers vers les pays nordiques et l’est.
  • le trafic low cost qui représente en 2009, 18 % du trafic total de l’aéroport avec 5 compagnies aériennes : EasyJet, Aer Lingus, Jet4You, Blue Air et Air Arabia.
A noter qu’en mars 2010, Transavia.com s’implante sur l’aéroport Lyon-Saint Exupéry pour opérer 3 nouvelles destinations, Monastir, Djerba et Héraklion - .

Afin d’anticiper cet essor, un appel d’offres a été lancé pour la conception et la réalisation d’une extension du Terminal 3 dédiée au traitement du trafic low cost. Le Groupement GFC Construction a été retenu. L’objectif est de doubler la capacité d’accueil de ce terminal construit aux normes HQE (Haute Qualité Environnementale) pour atteindre 3 millions de passagers, grâce à la création d’une nouvelle infrastructure de 7000 m dont 600 m² de commerces. Les travaux débuteront cet été pour une ouverture fin 2011.

 

Source : Deplacement Pros


10/01/2010

L'aéroport de Lyon fermé pour cause de neige...

photo_1261304918914-1-0[1].jpg

LYON - Les pistes de l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry ont été fermées samedi soir à 19h00 heures en raison des intempéries, apprend-on auprès de la direction.

 

Elles pourraient rouvrir à la mi-journée si les conditions météorologiques s'améliorent. L'accès routier à l'aéroport est en outre rendu difficile par les fortes chutes de neige qui se sont abattues sur la région depuis vendredi.

 

Sur l'ensemble de la journée de samedi, 36 vols à l'arrivée et 47 au départ ont été annulés. Une soixantaine de vols ont par ailleurs affiché un retard compris entre 30 minutes et deux heures et la journée de dimanche s'annonce encore très difficile.

 

Source : L'Express

09/01/2010

Neige: L'aéroport de Lyon fermé...

20030105.OBS1074[1].jpg

L'aéroport Saint-Exupéry de Lyon a été fermé vendredi soir en raison des fortes chutes de neige et du brouillard, selon une information du journal Le Progrès . Quelque 40% des vols avaient déjà été annulés durant la journée. Les réseaux de bus et de Velo'v (bicyclettes en libre service) sont également à l'arrêt dans le chef-lieu de la région Rhône-Alpes.

 

Source : le JDD

20/12/2009

Saint-Exupéry : easyJet va fêter ses trois millions de passagers...

easyjet_A320[1].jpg

La compagnie low-cost qui a ouvert une base à Lyon, depuis avril 2008, propose trois nouvelles destinations. Elle assure désormais près de   15 % de l'offre de Saint-Exupéry.

 

 

Venu inaugurer à Lyon l'arrivée d'un troisième Airbus A 319 de 156 sièges sur sa base lyonnaise de Saint-Exupéry et deux nouvelles destinations, François Bacchetta, directeur France d'easyJet évoque la marche en avant de sa compagnie certes avec une grande satisfaction mais aussi une tranquille assurance.

 

Cette réussite à Lyon semble logique, évidente. Sous-entendu, la recette d'easyJet ne pouvait être que couronnée de succès sur un aéroport où les vols low-cost ne représentaient que 6 % du trafic en 2007, et qu'ils atteignent 18 % aujourd'hui ainsi que le souligne Philippe Bernand, le directeur général d'Aéroports de Lyon. A elle seule, la compagnie britannique easyJet réalise près de 15 % du trafic global de Saint-Exupéry.

 

« Nous offrons désormais vingt routes depuis Lyon. Après le vol vers Nantes depuis le 2 novembre, nous ajoutons ceux vers Edimbourg et Bruxelles. Et je peux vous dire qu'ils marchent très bien. Les Ecossais se sont notamment rué pour réserver et aller vers les stations de ski ».

 

La compagnie qui, avant de créer sa base lyonnaise, génératrice de la création d'une centaine d'emplois en avril 2008, avait ouvert dès décembre 1999 une liaison avec Londres. Celle qui se présente comme la deuxième compagnie par son nombre de passagers à Lyon après Air France, fêtera bientôt ses trois millions de passagers à Saint-Exupéry. « Nous comptons bien poursuivre notre croissance à deux chiffres », avance, confiant, François Bacchetta qui précise « que la clientèle d'affaires représente 21 % des voyageurs d'easyJet à Lyon et prévoit dans le futur l'ouverture d'autres lignes » sans écarter l'affectation d'un quatrième appareil pour les assurer.

 

« La raison de ce succès tient dans les prix plus bas que ceux de nos concurrents traditionnels », explique le directeur France d'easyJet insistant simultanément sur la qualité et la sécurité de son offre : « Notre flotte est la plus jeune existante, nos avions ont trois ans et demi de moyenne d'âge et nous les renouvelons tous les 6 à 7 ans. Cette flotte récente consomme moins qu'une plus ancienne et occasionne moins de frais de maintenance. » Autres clefs du succès révélées : l'homogénéité des avions, presque tous des Airbus A 319, ce qui limite les stocks de pièces détachées et les formations des équipages mais surtout l'absence de correspondances avec de vols de point à point, sans fret, ce qui réduit le temps d'escale à 20 à 25 minutes : « Nos avions peuvent ainsi faire chaque jour une rotation supplémentaire mais les équipages changent bien sûr ».

 

Les prix peuvent être bas certes mais pas toujours autant que les 25 euros l'aller simple vantés par les publicités. Ces tarifs existent mais pour les obtenir, il faut se décider très tôt. Le jeu de l'offre et la demande joue à plein. François Bacchetta chiffre le prix moyen aller-retour sur un vol au départ de Lyon à environ 150 euros.

 

Attaquée sur certaines de ses dessertes, Air France qui défend les services inclus dans ses propres prix, riposte aussi de manière frontale. Elle communiquait ainsi récemment sur un « Lyon-Bruxelles », ce n'est pas un hasard, à partir de 99 euros aller-retour. Et sa filiale charter mais aussi low-cost Transavia met un pied à Saint-Exupéry au printemps.

 

Source : Le Progès.fr

18/12/2009

Saint-Exupéry (LYON) : 13 vols annulés à cause de la neige...

DSCF0014[1].jpg

Les pistes de l'aéroport lyonnais ont été dégagées la nuit dernière mais d'autres plate-formes françaises ou étrangères ont davantage subi d'enneigement. Aussi, treize vols ont été annulés ce vendredi, à l'arrivée de Saint-Ex et beaucoup d'autres ont accusé du retard, notamment Easyjet. Des perturbations qui ne sont pas sans conséquence sur les départs : ils sont nombreux ce soir à espérer, bagages à la main, pouvoir décoller mais ils devront peut-être se résoudre à dormir à l'hôtel. Saint-Ex recommande aux passagers de contacter directement les compagnies aériennes pour plus de renseignements.

 

Source : LyonCapitale.fr

22/10/2009

Fermeture de la ligne Lyon/New-york encore une fois...

delta-air-lines[1].jpg

Cette ligne bénéficiait pourtant d'un bon taux de remplissage indique Aéroport de Lyon dans un communiqué, mais elle ne répondait pas "aux objectifs de rentabilité financière de la compagnie américaine". Le contexte économique de l’année 2010 ne permet toutefois pas d’imaginer sa reprise avec une rentabilité suffisante. Pour Yves Guyon, président du directoire d’Aéroports de Lyon, "Les partenaires d'Onlylyon et les acteurs du monde économique en Rhône Alpes s'étaient fortement mobilisés autour du lancement de cette ligne emblématique. Cette démarche concertée entre les acteurs politiques et économiques est indispensable pour lancer et pérenniser de nouvelles lignes aériennes. Nous travaillons déjà avec les compagnies sur la mise en place, dès la constatation confirmée de la reprise économique, d’une liaison avec New York avec une fréquence suffisante pour satisfaire le développement du trafic affaires".

Source : Quotidien du tourisme

22 0ctobre 2009